Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le vent nouveau se lève (2)

Je poursuis mes réflexions sur le grand rassemblement populaire pour lequel je m’implique depuis autant d’années que je participe à la vie politique. C’est pour moi une ligne qui a subi des inflexions en fonction des événements qui m’ont secoué. Autant dire assez souvent en ce demi siècle. Pour ne pas vous ennuyer, je résume : j’étais persuadé que l’union des travailleurs ne trouverait sa conclusion qu’autour du parti communiste étant donné sa force dans les années 60/70. Depuis, l’expérience vécue contredit cette affirmation. Dans les années 80/90, le parti socialiste devient le catalyseur, le capteur du mouvement de transformation malgré le combat communiste que je partageais.

En 2000, la confusion est totale, l’électorat populaire déçu se retranche dans l’abstention, laissant le Front national reprendre des couleurs en jouant sur le mécontentement et le trouble idéologique entretenu par les différentes cohabitations gauche/droite et vice versa. Le parti communiste, avec des positions sinueuses, électoralistes, connaît le désenchantement, une perte progressive de ses effectifs et de ses électeurs. Les dits repères de classe s’effacent laissant le peuple communiste sans boussole. 2006/2007 l’année horibilis qui voit voler en éclats le mouvement alternatif faute d’entente sur la personnalité apte à le réunir. Le parti communiste, les alternatifs sont pulvérisés.

Comme de nombreux militants, mon cheminement vers un nouveau type d’union s’accélère. Tout doit être revu : les partis, leur rôle, leur forme, leur programme. D’où l’idée que je partage assez tôt, d’un rassemblement dans un mouvement qui regrouperait les partis progressistes, les associations humanistes et culturelles, les syndicalistes et toutes celles et ceux qui n’étant affiliés à personne ont envie de participer à transformer la société pour vivre autrement que dans cette société uniformisée, muselée, corsetée et rabougrie. Nous sommes des dizaines de millions de femmes et d’hommes qui aspirons à vivre dignement dans un pays accueillant et ouvert, solidaire, avec notre devise républicaine en point de mire.

Nous devons nous rassembler avec nos contradictions. Pas facile mais obligé. Hors de cette idée, point de salut. Aucun parti, aucune personnalité ne peut réussir cet objectif. Seul, un mouvement dépassant les frontières de la gauche traditionnelle peut y arriver à condition de préserver les identités de chacun, d’avoir un programme clair, accepté par tous, de concentrer toutes les forces pour faire vivre ce programme. Il s’agit d’un remue-méninges pour les états majors des partis. Faut une remise en cause fondamentale de leur fonction et accepter l’idée de la perte du leadership. Pas facile non plus mais obligatoire pour ouvrir une réelle dynamique citoyenne. Ceci explique les crispations actuelles de certains dirigeants dont les stratégies politiques ne correspondent pas à cette visée. Tenter de reproduire l’union de la gauche autour du parti socialiste serait mortifère. L’idée d’un parti jouant un rôle central est une stratégie vouée à l’échec. Le logiciel est en panne. C’est le système qui ne fonctionne plus. Le PCF va-t-il trouver une voie salvatrice pour ses militants ? Rien n’est moins sûr en écoutant leur candidat aux élections européennes ! Réponse de leur congrès en novembre.

La vie n’attend pas. Les attaques de Macron requièrent des actions communes, des propositions concrètes, des rapprochements. Un mouvement bien plus large qu’à l’élection présidentielle doit se construire, France insoumise en étant le pivot. Les électeurs en ont décidé ainsi. Plutôt que la déchirure, prenons acte du fait et avançons. Le mouvement n’efface pas les partis et organisations. Chacun son rôle. Le mouvement, c’est la structure souple, ouverte, qui rassemble sans contrainte. La recherche de l’efficacité pour prendre le pouvoir. Les expériences diverses l’ont montré en Amérique latine et dans d’autres endroits dans le monde. Il faut conquérir une majorité électorale. La question étant comment faire pour y parvenir ? La réponse évidente étant ensemble !

Au final, c’est bien le peuple qui choisira ses représentants !

URL de cet article 33836
   
Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’abstrait n’a pas d’image, c’est son défaut ontologique. Seul le réel est filmable. Pas la réalité.

Ignacio Ramonet


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.