RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le virus Zika ne provoque pas de malformations congénitales – Mais les produits utilisés pour le combattre, probablement !

Les médias ont dit que le virus Zika, transmis par les moustiques, cause probablement la microcéphalie, ainsi que des dizaines d’autres maladies. Ils ont également affirmé que les insecticides ne sont pas liés au trouble du développement. Ils semblent avoir eu tort sur les deux cas.

Depuis décembre 2015 les médias américains mènent campagne pour semer la panique autour du virus Zika. Ce virus est supposé causer beaucoup de problèmes de santé, y compris la microcéphalie, une anomalie du développement de la tête des bébés non encore nés, si la mère a été infectée par Zika pendant la grossesse.

Après avoir examiné la question et les données disponibles, j’avais conclu que : Le virus Zika est inoffensif :

Le virus est connu depuis longtemps, il est inoffensif, et la principale crainte actuelle, à savoir que le virus cause des malformations aux fœtus, se base sur des informations non vérifiées et probablement fausses.
...
Il n’y a absolument aucune raison valable de semer la panique à coup de grands titres alarmants.

Le virus est inoffensif. Il est possible, mais cela semble pour l’instant très peu probable, qu’il affecte quelques fœtus. Il n’y a absolument aucune raison d’en faire un problème particulier.

Mais tout cela est bien connu ou facile à savoir, alors pourquoi les médias sèment-ils la panique ?

En mars les médias ont accusé Zika de tous les maux humains connus tout en incluant le mot « peut-être » dans chaque titre. Je me suis moqué d’eux dans l’article « Etudier Zika risque peut-être de vous déformer le cerveau » :

Alors même qu’on sait que Zika est moins dangereux que la grippe, les médias essaient de donner l’impression que c’est un nouveau microbe vraiment terrible, qui est peut être responsable de tous les maux. Qui peut peut-être se propager comme une traînée de poudre et peut peut-être avoir d’autres conséquences terribles. Peut-être, comme dans « le ciel va peut-être nous tomber sur la tête », est vraiment le mot clé ici.

Et j’avais donné une liste d’environ 35 manchettes de journaux récentes où il était écrit « Zika provoque peut-être... ».

Pendant ce temps, les médecins dans les zones touchées par le Zika au Brésil ont dit que la cause réelle de l’augmentation des microcéphalies dans la région était probablement l’insecticide pyriproxyfène, utilisé pour tuer les larves de moustiques dans l’eau potable :

Les médecins brésiliens ont noté que les zones du nord-est du Brésil où l’on a répertorié le plus grand nombre de cas de microcéphalie correspondent aux zones où le pyriproxyfène a été ajouté à l’eau potable dans un effort pour lutter contre les moustiques porteurs de Zika. Le pyriproxyfène cause des malformations chez les larves de moustiques, et il a été ajouté à l’eau potable dans la région, au cours de ces 18 derniers mois.

Le pyriproxyfène est fabriqué par Sumitomo Chemical – un géant japonais du poison. Il n’est donc pas surprenant que le New York Times et d’autres médias aient qualifié le rapport des médecins de « théorie du complot » et aient sorti de leurs chapeaux quelques « experts » pour le contredire.

Mais les faits sont les faits et maintenant qu’ils deviennent irréfutables, les médias vont se terrer.

The New England Complex Systems Institute à Cambridge vient de publier une nouvelle étude qui nie le lien supposé entre Zika et la microcéphalie. Et Science Daily rapporte :

Au Brésil, le taux de microcéphalie a grimpé à plus de 1500 cas confirmés. Mais en Colombie, une étude récente sur près de 12 000 femmes enceintes infectées par Zika n’a pas révélé un seul cas de microcéphalie. Si Zika est à blâmer pour la microcéphalie, où sont les cas manquants ? Peut-être il y a une autre raison à l’épidémie au Brésil.

Quiauraitpusavoir ?

Eh bien, peut-être que les médecins sur le terrain au Brésil savaient de quoi ils parlaient. Les chercheurs du New England Complex Systems Institute ont également étudié la piste du pyriproxyfène. Voilà ce qu’ils ont trouvé :

Le pyriproxifène agit comme une hormone juvénile qui correspond chez les mammifères à des molécules régulatrices qui contiennent de l’acide rétinoïque, un métabolite de la vitamine A, avec lequel il a une réactivité croisée, et son application au cours du développement provoque la microcéphalie.
...
Les tests sur le pyriproxyfène effectués par le fabricant, Sumitomo, dont on prétend habituellement qu’ils n’ont apporté aucune preuve de sa toxicité sur le développement, en ont en fait apporté. Il a notamment été constaté, chez les bébés rats, la faible masse du cerveau et l’arhinencéphalie - la formation incomplète des hémisphères cérébraux antérieurs. Enfin, l’utilisation du pyriproxyfène au Brésil est sans précédent, il n’avait jamais auparavant été ajouté à l’eau potable en pareille quantité.
...
Compte tenu de ces informations, nous vous recommandons fortement de suspendre l’utilisation de pyriproxyfène au Brésil en attendant une enquête plus approfondie.

Sumitomo a vendu au Brésil un poison qui était censé prévenir la propagation du virus Zika transmis par les moustiques, en empêchant le développement des larves de moustiques. Soudain, des cas de troubles du développement humain, la microcéphalie, sont apparus. L’entreprise savait que son insecticide pouvait causer des malformations congénitales chez les mammifères. Mais ils ont continué à accuser le virus Zika, ce qui a augmenté la demande pour leur poison pour « empêcher » la propagation du Zika, mensongèrement désigné comme la cause des malformations.

Certains avocats entreprenants pourraient trouver là matière à rendre la firme responsable de la souffrance qu’elle a probablement causé à de nombreuses familles au Brésil.

Mais il faut aussi demander des comptes aux médias. D’abord pour avoir semé inutilement la panique en attribuant toutes sortes de maux ridicules à un virus de la grippe inoffensif. Ensuite pour ne pas s’être demandé si la cause du trouble du développement ne pouvait pas être humaine. C’est pourtant bien un facteur humain qui semble être à l’origine des malformations, et donc le coupable est bel et bien humain.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2016/06/not-the-zika-virus-but-fighting-i...
URL de cet article 30575
  

LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« La démocratie et les droits de l’homme ne nous intéressent que très peu. Nous utilisons simplement ces mots pour cacher nos véritables motifs. Si la démocratie et les droits de l’homme nous importaient, nos ennemis seraient l’Indonésie, la Turquie, le Pérou ou la Colombie, par exemple. Parce que la situation à Cuba, comparée à celle de ces pays-là et de la plupart des pays du monde, est paradisiaque »

Wayne Smith, ancien chef de la Section des Intérêts Américains à La Havane (SINA) sous l’administration Reagan

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.