Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Israël » et les Territoires occupés : pas la même chose

Les choses à l’endroit !

En prenant la décision de faire désormais la distinction entre « Israël » et les Territoires occupés (Cisjordanie, Ghaza, Jérusalem-Est et le Golan syrien), l’Union européenne (UE) a enfin clarifié sa position en prenant un jugement de plain-pied avec l’évolution du contentieux israélo-palestinien.

Dans un communiqué il est préconisé que « tous les accords entre l’État d’Israël et l’UE doivent indiquer sans ambiguïté et explicitement qu’ils ne s’appliquent pas aux territoires occupés par Israël en 1967 ».

Après avoir longtemps tergiversé, l’UE a pris une décision administrative, certes, mais à connotation politique incontestable. L’Europe rectifie quelque part le tir en revenant à la conformité onusienne qui reconnaît la contexture des territoires palestiniens dans leur configuration de 1967 suivant les résolution 242 de la même année et 338 de 1973. Cela est important à souligner dès lors que cela remet en cause la colonisation des territoires occupés. Certes, l’Union européenne ne le dit pas explicitement, mais le fait de spécifier précisément les frontières de 1967 rend caducs les arguments et justifications d’Israël quant à la colonisation et la judaïsation de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie.

Il est patent que la paix y aurait gagné beaucoup si, dès le départ, les amis de l’État hébreu lui avaient fait comprendre l’insanité de ses prétentions à la paix et à la sécurité sans rendre les territoires. Toute la clé du processus de paix est là. La terre contre la paix. Or, la vision de deux États (Palestine et Israël) vivant côte à côte en paix, ne saurait se concrétiser si Israël poursuit l’occupation et la colonisation de ces territoires. Comment, dès lors, Israël conçoit-il le futur État palestinien et sur quelles frontières ? C’est pourtant la question essentielle, nodale du processus de paix. Israël qui se dit « prêt » à négocier avec les Palestiniens refuse dans le même temps de geler la colonisation. Personne n’a tenté de faire comprendre aux dirigeants de l’État hébreu que leur position est inacceptable et intenable car elle constitue une sérieuse entrave au processus de paix dont les pourparlers ne pouvaient avoir lieu parallèlement à la judaïsation des territoires palestiniens. John Kerry secrétaire d’État étasunien (de retour mardi dans la région), qui s’éreinte depuis quelques semaines à vouloir faire redémarrer le processus de paix, n’a pas jugé indispensable de faire saisir à ses interlocuteurs israéliens ce fait : l’arrêt de la colonisation est une condition sine qua non pour parvenir à la paix. En fait, ni la précédente titulaire du poste, Hillary Clinton – pour ne point remonter aux origines de l’affaire – et encore moins l’Union européenne n’ont tenté de mettre les Israéliens face à leur responsabilité et à leur faire assumer l’échec du processus de paix. En effet, qu’a fait l’Occident (dont l’Union européenne est un des piliers) ces dernières années pour amener Israël à plus de mesure et lui signifier où se trouvait son intérêt ? L’Europe, qui n’a pas été cohérente dans ses positions en refusant de soutenir la demande d’adhésion de la Palestine à l’ONU, s’est rattrapée par sa décision de mardi, singulièrement sur le fait qu’elle reconnaît les territoires palestiniens dans leurs frontières de 1967. Cela est important car cette décision conforte les demandes palestiniennes de négocier avec Israël dans le contexte de la frontière – ou ligne verte – de 1967.

Aussi, soyons sérieux, si quelqu’un menace la paix au Proche-Orient c’est bien Israël qui, par son irrédentisme, par son refus de mettre un terme à la judaïsation des territoires palestiniens occupés, met en péril le fragile processus de paix, à l’arrêt depuis trois ans. Période qu’Israël a mise à profit pour accentuer la reconfiguration de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Notons à ce propos que la déclaration de l’Union européenne sur la distinction entre Israël et les territoires occupés, cite nommément la ville de Jérusalem-Est. L’ONU, et la communauté internationale ne reconnaissent pas l’annexion par Israël de la ville d’Al Quds. Les Palestiniens ont fait beaucoup de concessions ces dernières décennies, sans contrepartie de la part d’Israël qui n’a pas fait le moindre petit geste pour donner au processus de paix la chance de pouvoir aboutir sur du concret. Cela, l’Union européenne, notamment, le savait mais n’a jamais osé le faire savoir clairement à Israël. En fait, la décision de l’UE d’exclure de ses accords les productions des territoires occupés va plus loin que le simple fait commercial. Il a surtout une portée politique qu’il serait erroné de ne pas prendre en compte. En vérité, par cet arrêt – qui appelle chaque chose par son nom – l’UE a remis les choses à l’endroit. Il était temps !

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/177754-les-choses-a-l-endroit.html
URL de cet article 21506
   
AGENDA
jeudi 14 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
samedi 16 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
mardi 19 novembre 2019
jeudi 21 novembre 2019
vendredi 22 novembre 2019
samedi 23 novembre 2019
dimanche 24 novembre 2019
samedi 30 novembre 2019
samedi 14 décembre 2019
Même Thème
Désobéissons à l’Union européenne !
Aurélien BERNIER
Délocalisations, destruction méthodique des droits sociaux, incapacité à protéger l’environnement, refus de la démocratie... Après l’adoption du traité de Lisbonne en 2008, on pouvait croire que l’Union européenne avait atteint le fond du trou libéral. Erreur ! Depuis la crise financière, elle creuse ! Même l’idéal de solidarité entre États vole aujourd’hui en éclat. Une vague d’austérité sans précédent déferle sur l’Europe, qui place elle-même ses peuples sous la tutelle des marchés financiers. Faut-il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Etre radical, c’est prendre les choses par la racine. Et la racine de l’homme, c’est l’homme lui-même.

Karl Marx


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.