Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les destructeurs de la Libye maintenant "pour la Libye" (Il Manifesto)

Un croissant de lune (symbole de l’islamisme) dessiné comme un hémisphère stylisé qui, flanqué d’une étoile et des mots “for/with Libya” (pour/avec la Libye), représente “un monde qui veut se mettre du côté de la Libye” : c’est le logo de la “Conférence pour la Libye” organisée par le gouvernement italien, comme le montre le drapeau tricolore dans la partie inférieure du croissant de lune/hémisphère.

La Conférence internationale se déroule les 12-13 novembre à Palerme, dans cette Sicile qui il y a sept ans a été la principale base de lancement de la guerre par laquelle l’Otan sous commandement USA a démoli l’État libyen. Cette guerre démarrait en finançant et armant en Libye des secteurs tribaux et des groupes islamistes hostiles au gouvernement de Tripoli et en infiltrant dans le pays des forces spéciales, parmi lesquelles des milliers de commandos qatari camouflés en “rebelles libyens”. Puis était lancée, en mars 2011, l’attaque aéronavale USA/Otan qui a duré 7 mois. L’aviation effectuait 30 mille missions, dont 10 mille d’attaque, en employant plus de 40 mille bombes et missiles.

L’Italie, par la volonté d’un vaste ensemble politique allant de la droite à la gauche, participait à la guerre non seulement avec son aéronautique et sa marine, mais en mettant à disposition des forces USA/Otan 7 bases aériennes : Trapani, Sigonella, Pantelleria, Gioia del Colle, Amendola, Decimomannu et Aviano.

Avec cette guerre de 2011 l’Otan démolissait cet État qui, sur la rive sud de la Méditerranée face à l’Italie, avait atteint, fut-ce avec de notables disparités internes, “de hauts niveaux de croissance économique et développement humain” (comme le documentait en 2010 la Banque Mondiale même), supérieurs à ceux des autres pays africains. En témoignait le fait qu’avaient trouvé du travail en Libye environ deux millions d’immigrants, le plus souvent Africains. En même temps la Libye aurait rendu possible, avec ses fonds souverains, la naissance en Afrique d’organismes économiques indépendants et d’une monnaie africaine.

USA et France -comme le prouvent les emails de la secrétaire d’état Hillary Clinton- s’étaient mis d’accord pour bloquer avant tout le plan de Kadhafi de créer une monnaie africaine, alternative au dollar et au franc CFA imposé par la France à 14 ex-colonies africaines.

Après la démolition de l’État et l’assassinat de Kadhafi, dans la situation chaotique qui s’en est suivie, a commencé, sur le pan international et interne, une lutte au couteau pour la partition d’un énorme butin : les réserves pétrolifères, les plus grandes d’Afrique, et de gaz naturel ; l’immense nappe nubienne d’eau fossile, cet or blanc en perspective plus précieux que l’or noir ; le territoire libyen même, de première importance géostratégique ; les fonds souverains, environ 150 milliards de dollars investis à l’étranger par l’État libyen, “gelés” en 2011 dans les plus grandes banques européennes et étasuniennes, en d’autres termes volés. Par exemple, des 16 milliards d’euros de fonds libyens, bloqués dans la Euroclear Bank en Belgique et au Luxembourg, plus de 10 ont disparu. “Depuis 2013 -documente la RTBF (radiotélévision francophone belge)- des centaines de millions d’euros, provenant de ces fonds, ont été envoyés en Libye pour financer la guerre civile qui a provoqué une grave crise migratoire”.

De nombreux immigrés africains en Libye ont été emprisonnés et torturés par les milices islamiques. La Libye est devenue la principale voie de transit, aux mains des trafiquants et opérateurs internationaux, d’un chaotique flux migratoire qui en Méditerranée a provoqué chaque année plus de victimes que les bombes Otan en 2011.

On ne peut pas taire, comme l’ont fait même les organisateurs du contre-sommet de Palerme, qu’à l’origine de cette tragédie humaine on trouve la guerre USA/Otan qui, il y a sept ans, a démoli en Afrique un État entier.

Manlio Dinucci

Édition de mardi 13 novembre 2018 de il manifesto

Traduit de l’italien par M-A P.

»» https://ilmanifesto.it/i-distruttori-della-libia-ora-per-la-libia/
URL de cet article 34080
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...


Vous avez une minute ?

Même Thème
Libye, OTAN et médiamensonges
Michel COLLON
Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange. La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.