RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
13 
Etre radical, c’est aller à (ou partir de) la racine, aux causes

Les escrocs de la radicalité

Il y a des escrocs de la sémantique comme il y des escrocs de la mémoire. Tous tentent de dépolitiser, de vider de son contenu de classe, de consensualiser, voire d’éliminer, la mémoire populaire, celle du monde des travailleurs.

Au diable leurs visions du monde, les rapports de classe, les différentes formes de lutte, l’histoire ouvrière, la nécessité de se « connecter » à ce passé, de le faire vivre au présent.

Il s’agit de nous priver des outils de compréhension, d’analyse, de maîtrise, de la société actuelle. Et de nous interdire de la transformer.
Il en va de même avec la « radicalité ». Etre radical, c’était hier, selon le champ lexical, botanique, physique, politique, etc. aller (ou partir) à la racine, à la nature et aux causes profondes des choses, transformer complètement...Un militant radical, un discours radical, un programme radical, cela équivalait le plus souvent à « révolutionnaire ».Sauf à être membre du parti radical, aussi radical que messe du dimanche.

Depuis l’offensive des classes dominantes sur les thèmes pourris de « la guerre des civilisations », du « terrorisme global », « radical » est devenu synonyme de « terroriste ». Les exploiteurs ont gagné la guerre des mots. Si « radical » devient synonyme d’ « extrémiste », de « terroriste », il ne reste plus qu’à être bien-pensant, conservateur ou réformiste ou modéré ou collabo ou social libéral, ou néolibéral. A ne pas transgresser les frontières fixées par le « modèle libéral », indépassable.

La récente pantalonnade de la contre-révolution que mènent les puissants, consiste à envisager la mise en place de « cellules », de « centres », de « déradicalisation », des sortes de « terroristoriums », afin de détecter et guérir les futurs « terroristes ». En ciblant surtout les gamins des banlieues, ceux qui relèvent du délit de faciès, les plus pauvres, les plus largués par le système, les plus victimes de l’apartheid social.

Qu’entend-t-on par ce mot horrible : « déradicaliser » ? Que fera-t-on dans ces centres de remise aux normes ? Avec quel personnel ? Des lavages de cerveau ? des tests ADN ? de la psychologie musclée ? des leçons de « morale » ? l’apprentissage des bonnes manières bourgeoises, de la docilité, de la soumission ?

Et pourquoi pas des centres de « délibéralisation » pour patrons voyous, politiciens corrompus, traders dingues, exilés fiscaux, licencieurs compulsifs, managers harceleurs, ministres en coma dépassé, bombardeurs et affameurs de peuples, chasseurs de syndicalistes, semeurs de ruines sociales, apostats en tous genres ?
Soyons sérieux et revenons à nos moutons noirs... On ne se « radicalise » pas d’un seul coup. Ce long processus, sur un terreau d’inégalités, de violence sociale, exige comme réponse de travailler d’arrache pieds, d’arrache clichés, à la justice sociale, à l’émancipation des exclus, des opprimés, à l’égalité concrète des hommes, des femmes, quelles que soient leurs origines. Sans le ventre plein, sans la scolarisation, sans l’égalité des chances, sans un emploi, un logement décent, l’apprentissage de la pensée critique, de la citoyenneté, ne vaut que tripette. On connaît tous globalement ce qui produit les « monstres ». Nos « monstres ». Je ne les excuse pas. Je n’ai aucune sympathie pour leurs « idées ». Mais la seule réponse sécuritaire à la « radicalisation » (mot valise, ambigu) ne peut, ni aujourd’hui ni à long terme, tenir lieu de projet de société humain, juste, solidaire. De « radicalité » sociale et démocratique, indispensable à l’ horizon d’émancipation de tous. DE TOUS.

A moins qu’en sous main l’on s’accommode, à des fins politiciennes, électoralistes, de « l’urgence sécuritaire » anxiogène permanente. Et cache misère. Cache austérité. Le capitalisme roule souvent les mécaniques pour la galerie, tout en instrumentalisant « le terrorisme » à des fins crapuleusement intéressées. Inavouables. Pour se pérenniser ad vitam aeternam. En toute radicalisation.

Jean ORTIZ

»» http://www.humanite.fr/blogs/les-escrocs-de-la-radicalite-598933
URL de cet article 29936
  

Même Auteur
Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de vous n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, n’importe où dans le monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire.

Ernesto "Che" Guevara

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.