RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
13 
Fraudes à la Sécurité sociale, fraudes aux allocations-chômage ou au R.S.A... Salauds de pauvres !

Les médias et le CE de la RATP

Les remarques qui suivent portent sur un sujet qui a été traité par le journal télévisé de France 2 du 6 décembre, une première fois à 13 h, et une seconde fois à 20 h. Il était assez important pour être annoncé en début de journal et traité parmi les premiers. De quoi s’agissait-il ?

Il s’agissait, comme l’indiquait le titre, d’un "rapport accablant de la Cour des Comptes sur le comité d’entreprise (CE) de la R.A.T.P., l’un des plus riches de France." On y apprend que "les dirigeants du CE organisaient des soirées très coûteuses dans un château appartenant à la C.G.T." On y apprenait aussi que "le CE a financé la C.G.T." Et que le "CE assure un financement occulte et parallèle des syndicats".

Puis le journaliste élargit le scandale, en l’étendant au CE de E.D.F./G.D.F., qui aurait assuré le "financement de la C.G.T. et du Parti communiste". Il y est aussi question du CE d’Air France.

Enfin, on écoute : "Cela n’est pas mieux à la S.N.C.F." et "Cela touche au financement des syndicats".

A 13 h, la journaliste, Elise Lucet, reçoit même le député Nouveau Centre Nicolas Perruchot (du Loir-et-Cher) qui a rédigé un gros rapport sur le sujet, rapport qui est passé au broyeur, du fait que le Parti socialiste et le Parti communiste ont voté contre, et que l’U.M.P. s’est abstenue. Et Elise Lucet demande au député : "En somme, pour le financement des syndicats, c’est l’omerta ?".

Remarques.

1. Dans tous les cas, les entreprises concernées sont des entreprises publiques (R.A.T.P., E.D.F./G.D.F., Air France, S.N.C.F.). Or, ce sont ces mêmes entreprises qui sont sans cesse dans le collimateur du patronat, de l’U.M.P. (et de tous les partis de droite), des journaux tels que Le Figaro ou Le Point, comme étant des services inefficaces, qui peuvent, à leur gré, paralyser la France (ou la région parisienne pour la R.A.T.P.), et où les salariés sont payés comme des nababs, ont des retraites somptueuses... et ne fichent rien ! [D’où l’idée, instillée depuis des années dans l’esprit du public, comme de l’eau qui tombe goutte à goutte sur une pierre et finit par la creuser, qu’il faut, au minimum démembrer ces entreprises, au maximum les privatiser pour leur ôter leur capacité de nuire].

2. Derrière les entreprises publiques, d’autres entités sont visées : les syndicats, et spécialement la C.G.T. L’idée qui est diffusée est que ces syndicats, loin de répondre à leur vocation originelle (qui est de défendre les salariés), sont au contraire de grosses machines parasites, qui pompent les cotisations (et les subventions) pour vivres comme des satrapes. Il s’ajoute même à cette idée de parasitisme celle de mafia puisqu’il y est question d’omerta (la loi du silence de la mafia) qui terroriserait jusqu’aux pouvoirs publics et aux partis de droite. [D’où l’idée que les syndicats sont des pieuvres, des vampires, et pas seulement dans les services publics].

3. Pourquoi ce sujet, traité ainsi, suscite-t-il une impression de fausseté ? Fausseté dans le sens où, derrière le scandale dénoncé, on pressent qu’autre chose est visé, que l’on jette le bébé avec l’eau du bain. Parce qu’il vient après des semaines d’autres journaux télévisés où il fut question de fraudes à la Sécurité sociale, de fraudes aux allocations-chômage ou au R.S.A., suggérant - plus qu’à demi-mot - que ce qu’il fallait, ce n’était pas tant remédier à ces fraudes que de carrément supprimer la Sécurité sociale, les allocations-chômage et le R.S.A.

Philippe Arnaud


EN COMPLEMENT

Communiqué CGT RATP

Gestion du Comité d’Entreprise de la RATP : « Des mensonges, mille fois répétés n’en font pas des vérités ! »

La CGT/RATP, avec les Organisations Syndicales UNSA, CFDT, FO et CFE-CGC de la RATP est en charge de la gestion du Comité d’Entreprise de la RATP sur la période sur laquelle porte le rapport de la Cour des Comptes, rendu public ce jour et qui, relayé/déformé médiatiquement, fait l’actualité.

Sans développer sur les 233 pages que contient ce rapport, notre Organisation Syndicale tient à réaffirmer les principes de gestion qui prévalent au CRE et qui amènent ce dernier à une situation financière tout à fait saine, plus saine que l’état des finances publiques …

Dans son communiqué de presse, la Cour des Comptes conjugue les approximations avec des affirmations gratuites.

Des approximations à l’exemple de l’oubli qu’elle a de préciser que la subvention sert à l’ensemble des prestations, non seulement en direction des 45.000 agents actifs de la RATP, mais aussi de leur famille et les retraités, soit : plus de 120.000 ayant droits.

Des affirmations gratuites lorsqu’elle affirme que le Comité d’Entreprise fait l’objet d’une gestion marquée par de « graves irrégularités ». Sans, à aucun moment, en démontrer la nature.

Dans son communiqué, la Cour des Comptes pointe que « le Secrétaire et le Trésorier interfèrent dans la gestion quotidienne des activités sociales et culturelles … ». C’est exact et c’est d’ailleurs bien pour cela qu’ils ont été élus pour gérer, avec l’ensemble des autres élus, le Comité d’Entreprise et ne pas laisser à des « techniciens » des choix portant sur la gestion et les orientations du Comité. Cela n’est pas chose nouvelle, cela existe depuis 1945 et la loi sur les Comité d’Entreprise, c’est d’ailleurs aussi une notion développée dans l’ensemble des matériels de campagne électorale de notre Organisation Syndicale.

La Cour des Comptes affirme péremptoirement qu’il n’y a pas d’appel à la concurrence avec les fournisseurs. C’est faux ! Et cela appelle à deux précisions :

- Le Comité d’Entreprise, considéré de droit privé, n’a pas l’obligation légale de
mettre en oeuvre des appels d’offres. A l’image de tout un chacun, le Comité
d’Entreprise choisit ses fournisseurs et prestataires sur la base de critères qu’il définit ;

- Pour autant, et sans attendre un cadre législatif et réglementaire, le Comité a, depuis de nombreuses années, mis en place une « Commission des Marchés » regroupant élus et professionnels. Cette Commission des Marchés a en charge de définir le mieux-disant, ce qui implique de ne pas recourir systématiquement au moins-disant social (des devis sous-évalués souvent pour des travaux effectués par des entreprises peu regardantes quant au niveau des salaires et des conditions sociales de leurs salariés).

Sans doute la Cour des Comptes regrette-t-elle que nous ne portions pas le dogme d’une concurrence « libre et non faussée », nos choix de gestion au sein du Comité d’Entreprise portent d’autres principes, d’autres valeurs !

Concernant une soi-disant « dégradation du climat social », force est de constater que la Cour des Comptes, dans son communiqué, associe cela au fait que 450 salariés du CRE soient en CDI. Oui, nous sommes, à la CGT, pour privilégier l’emploi en CDI ! C’est pour nous une orientation politique forte qui vise à lutter contre la précarité qui se multiplie partout y compris au sein même de la RATP.

600 salariés sont en « équivalent temps plein », c’est une chose normale au regard des activités du Comité, particulièrement les centres de vacances qui, tant d’un point de vue des directeurs, adjoints, animateurs, équipes de montage, etc. appellent à la mise en place d’équipes de travailleurs saisonniers.

La Cour des Comptes tente d’argumenter la dégradation du climat social en mentionnant une alerte donnée par le médecin du travail. Deux remarques :

- Comme dans toute organisation humaine, les risques psycho-sociaux sont une réalité qu’il faut anticiper et combattre afin de permettre à ce que l’activité professionnelle soit facteur d’épanouissement. C’est aussi en ce sens que notre Organisation Syndicale, au travers le travail des élus au sein du Comité, a participé à la construction du « projet d’entreprise pour le CRE » qui fait aujourd’hui même, l’objet de discussions/négociations avec les Organisations Syndicales des salariés du CRE quant à sa mise en oeuvre.

- Le hasard de la sectorisation décidée par la RATP fait que le médecin du travail cité par la Cour des Comptes est aussi un des dirigeants de la CGT/RATP, il travaille également au sein de la CGT au niveau national sur ces questions…

Pour ce qui de la certification des comptes du CRE, là aussi, la Cour des Comptes tente de faire porter la suspicion sur des comptes qui ne seraient pas sincères. D’une part, là encore, aucune obligation légale n’est faite au Comité d’Entreprise à certifier ses comptes. Pour autant, la mise en place d’une certification a été anticipée et est d’ores et déjà prévue pour 2012. La comptabilité est tenue par un service spécialisé constitué de salariés du CRE qui, contrairement aux affirmations de la Cour des Comptes, appliquent le plan comptable général, contrôlé par deux cabinets d’expertises indépendants dont la compétence et l’impartialité sont de notoriété publique (IMA et ADEXI), c’est dire combien cette question est suivie avec le sérieux et la rigueur qui s’imposent par les élus du Comité comme par notre Organisation Syndicale !

Le rapport de la Cour des Comptes a été construit exclusivement « à charge », il est partiellement repris par une partie des médias comme par une organisation syndicale de la RATP qui, une nouvelle fois, vise à porter le discrédit sur l’ensemble du syndicalisme et tente de fragiliser la gestion saine et honnête qu’a notre Organisation Syndicale au travers les élus CGT.

Si des dysfonctionnements nouveaux d’ordre organisationnel et/ou structurel apparaissaient, il va sans dire que les élus CGT mettraient tout en oeuvre pour y remédier comme c’est déjà actuellement le cas pour la recherche d’une meilleure efficacité sociale dans l’intérêt premier des agents, des familles et des retraités.

Si des malversations, de l’enrichissement personnel, des surfacturations, etc. étaient démontrés, notre Organisation Syndicale mettrait tout en oeuvre devant les autorités judiciaires compétentes, pour que le Comité d’Entreprise recouvre les sommes prétendument extorquées. Dans ce cadre, nous porterions plainte ou nous nous porterions partie civile sur une plainte déposée par le CRE.

Le traitement médiatique de cette « affaire » vise à porter, une nouvelle fois, la suspicion sur la gestion d’un Comité d’Entreprise qui serait utilisée par des organisations syndicales et singulièrement par la CGT, pour des financements occultes. Nous dénonçons cette pratique et ferons, si besoin en était, la démonstration qu’aucune forme de malversation, au bénéfice de notre Organisation Syndicale, n’a eu lieu, nous prendrons aussi toutes les mesures qui s’imposent à l’encontre de ceux qui porteront des propos diffamatoires.

Paris le 6 décembre 2011 - 15 H 30

http://www.cgt-ratp.fr/fichiers/wb_DC5A9988AF9B42B38BB947B931A63AA2.pdf

URL de cet article 15338
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le conservatisme moderne est engagé dans un des exercices philosophiques les plus anciens qui soient : à savoir, la recherche d’une justification morale à l’égoïsme.

John Kenneth Galbraith

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.