RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Libérer des prisonniers ne doit pas être un prétexte pour renforcer la colonisation de la Palestine (Al-monitor)

Des ouvriers palestiniens travaillent sur ​​un chantier de construction à Ramat Shlomo, une colonie juive religieuse dans une zone de Cisjordanie occupée, où Israël a annoncé des plans pour de nouveaux logements - Photo : Reuters/Baz Ratner

Les nouvelles annonçant qu’Israël a libéré 26 prisonniers palestiniens aujourd’hui 30 octobre, ont été accompagnées d’une annonce par le ministère israélien de l’Intérieur, du projet de construction de 1500 logements à Ramat Shlomo, une colonie en Cisjordanie occupée qu’Israël considère comme faisant partie de Jérusalem.

Alors que les familles palestiniennes accueillaient les prisonniers libérés, le porte-parole de l’ex-président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, déclarait que la décision de renforcer la colonisation était « destructrice pour le processus de paix. »

Mieux vaut tard que jamais... Pour renforcer cette déclaration, Abbas, lors de l’accueil des prisonniers libérés, a déclaré : « Les colonies sont vides, vides, vides. » Soit Abbas est dans le déni de la réalité, soit son porte-parole a décrit les effets de la décision israélienne comme il le fallait. Il n’est pas supportable que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu profite de chaque libération de prisonniers, pour faire construire des tranches supplémentaires de colonies !

La question est de savoir si le secrétaire d’État américain John Kerry était au courant de cette transaction entre la libération des prisonniers et de nouvelles constructions dans les colonies. S’il n’y a pas eu de combine entre Kerry et Netanyahu, il reste à espérer qu’une déclaration de clarification finisse par sortir.

Avant qu’il ne soit trop tard, cela devrait conduire Abbas à réintroduire l’État palestinien sous occupation - qui est reconnu par 153 membres des Nations Unies - comme seul organe habilité à négocier les droits des Palestiniens, par opposition au prétendu débat sur le « processus de paix ». Si l’État palestinien sous occupation, comme reconnu par la résolution de l’ONU, n’a pas de pouvoir de négociation, alors l’Autorité nationale palestinienne à Ramallah a tort d’utiliser le terme de « négociations », puisqu’en réalité il ne s’agit que de discussions futiles avec Israël qui veut gagner du temps pour développer la colonisation et étendre toujours plus loin son contrôle sur les territoires palestiniens.

Il est grand temps que l’Organisation de libération de la Palestine entreprenne une réévaluation sérieuse des futiles discussions qui ont eu lieu depuis Oslo avant de faire de la Palestine une vue de l’esprit plutôt qu’un État réel. Il est temps que cette réévaluation soit faite, de sorte que la déclaration d’Abbas, lors de l’accueil des prisonniers libérés - « Les colonies sont vides, vides, vides » - devienne une réalité plutôt qu’un vœu pieux .

Clovis Maksoud,
30 octobre 2013 - Al-Monitor - http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2013/10/palestine-prisoner-a...

Traduction : Info-Palestine.eu

»» http://www.info-palestine.net/spip.php++cs_INTERRO++article14140

Clovis Maksoud est un ancien ambassadeur et observateur permanent de la Ligue arabe auprès des Nations Unies et son représentant principal aux États-Unis depuis plus de 10 ans.


URL de cet article 23154
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Enjeux politiques de l’histoire coloniale
Catherine COQUERY-VIDROVITCH
Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.