RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Lumières Communes : cours de philosophie à la lumière du matérialisme

www.initiative-communiste.fr se devait de se faire l’écho de la sortie prochaine d’un nouvel ouvrage que nous annonce le philosophe Georges Gastaud et les éditions Delga. Il s’agit d’un cours laïque de philosophie à la lumière du matérialisme dialectique. N’est ce pas un beau projet que celui de produire un solide cours laïque de philosophie dans ces temps troublés où monte la fascisation et l’obscurantisme ? N’est ce pas un projet indispensable au moment où la pensée unique idéaliste ultra-libérale embastille les esprits que de proposer une large réflexion philosophique, étendue à tous les sujets, accessible à tous à travers un cours didactique mais néanmoins approfondi ? Nous n’avons pas le choix, tous ensemble, que de faire le pari de l’intelligence, de la réflexion et de l’humanisme et c’est riche de son expérience de professeur de philo et de ses travaux de recherche que Georges Gastaud livre ce cours de philosophie Lumières Communes. Une vraie bonne nouvelle que salue l’équipe éditoriale d’Initiative Communiste et que tous ensemble, il nous faut soutenir. D’ores et déjà, il est possible de pré-commander à travers une souscription cet ouvrage pour une somme modérée au regard de l’étendue des 4 tomes proposés. Un cours à mettre entre tous les mains que l’on soit étudiant ou travailleur, chercheur ou philosophe… Un cours dont il faut soutenir l’édition en l’achetant, en l’offrant et pourquoi pas en le faisant acheter par les bibliothèques autour de nous, afin qu’il soit disponible pour le plus grand nombre. Une campagne de souscription par pré-commande afin d’aider à l’édition de cet ouvrage vient donc d’être lancée par la maison d’édition Delga. La parole à l’auteur pour présenter ce qui bien plus qu’un livre est un réel événement éditorial.

* * * *

Chers amis et/ou camarades,

Je vous saurais gré de bien vouloir prendre connaissance attentivement de la pièce jointe et de l’offre éditoriale, politique et commerciale qu’elle contient.

Les Editions Delga, que je remercie de leur proposition généreuse, proposent de publier mon prochain livre, LUMIERES COMMUNES, cours de philosophie à la lumière du marxisme ; cet ouvrage est à la fois le résultat d’un travail de longue haleine et une entreprise éditoriale risquée et sans grand équivalent :

il s’agit, en quatre tomes, d’un Cours de philosophie à la lumière du marxisme – plus précisément, à la lumière du matérialisme dialectique et du matérialisme historique. Le but de ce écrit n’est pas seulement de fournir un cours de philosophie énumérant des têtes de chapitre et fournissant des réponses plus ou moins éclectiques sur les sujets débattus au gré des notions au programme du baccalauréat. Même si cet aspect pédagogique des choses n’est pas négligé, il s’agit surtout, à partir des problématiques de la philosophie classique que la dialectique matérialiste permet de croiser et de redynamiser (et parfois, osons le dire, de leur donner réponse), de se confronter de manière cohérente à un maximum de sujets actuels intéressant la philosophie des sciences, la philosophie politique et la philosophie « morale », voire certaines questions dites sociétales.

Je suis parti d’un quintuple constat :

Etant donné l’offensive générale menée contre le marxisme depuis quatre décennies au moins, étant donné aussi le fait que nombre de marxistes ont cru devoir répondre à cette offensive par un repli théorico-politique qui, malgré certaines avancées ponctuelles, n’a fait que renforcer leurs adversaires, la tradition matérialiste dialectique française qu’illustra jadis Georges Politzer – pour n’en citer qu’un – court le risque majeur d’une rupture de transmission ; le pire étant d’ « attendre et voir », il nous faut donc prendre le risque de relancer cette tradition avec les moyens du bords, fût-ce initialement avec des moyens individuels ; puisque le parti révolutionnaire marxiste qui portait naguère cet effort a statutairement renoncé au marxisme, au léninisme et au matérialisme dialectique, puisque les collectifs philosophico-scientifiques, philosophico-politiques et philosophico-esthétiques nécessaires pour relancer globalement la pensée dia-matérialistes sont moins constitués qu’ils ne sont à construire, le rôle du militant communiste et de l’ancien professeur de philosophie que je suis (terminales et classes préparatoires scientifiques) est de « se jeter à l’eau » et de « prouver le mouvement en marchant », quitte à susciter discussions, critiques et rectifications* ;

Sur le plan pratique, il est impossible de résister efficacement (politiquement, syndicalement, idéologiquement) à l’offensive tous azimuts des idéologies réactionnaires si l’on ne se donne pas quelque moyen de reconstruire le socle commun de qu’Engels appelait une « conception du monde » dia-matérialiste et pleinement rationaliste, au sens que Politzer donnait à ce mot. Sans forcément s’en douter, le militant communiste, le syndicaliste de lutte, le citoyen engagé pour l’émancipation humaine sont tributaires de toutes sortes de luttes idéologiques et « culturelles », comme eût dit Gramsci, qui se mènent très en amont des combats « pratiques » dans le champ apparemment éthéré des sciences de la nature, des mathématiques, de la biologie, des sciences socio-historiques, des sciences du psychisme, mais aussi dans celui des débats éthiques et « sociétaux », des questions esthétiques, de la réflexion générale sur le « sens ». Symétriquement, les scientifiques, les artistes, les acteurs du débat sociétal, etc. ont besoin pour « s’orienter dans la pensée » (comme dit Kant), de « s’y retrouver » dans les combats les plus universels de notre temps sans jamais perdre de vue les contradictions structurantes qui opposent plus que jamais le capital au travail, l’impérialisme aux peuples dominés et, oserais-je dire, les tendances pan-destructives du pourrissant capitalisme actuel à la défense générale de la vie et du développement humain.
En outre, notre conviction est que le matérialisme dialectique – dont nous montrons dans ce livre qu’il ne commence nullement avec Marx, même s’il prend, avec le marxisme, une signification révolutionnaire et une portée qualitativement neuve – n’a nullement à s’imposer du dehors, dogmatiquement, au mouvement des sciences et aux combats politiques actuels : son rôle – comme l’avaient prévu Engels et Marx – est plutôt de permettre aux mouvements qui prétendent « dépasser l’état de chose existant » d’aller au bout de leurs logiques progressistes sans être déviés par les idéologies réactionnaires et par l’attracteur étrange du profit maximal. C’est pourquoi, sur la suggestion d’Aymeric Monville, j’ai accepté que le sous-titre de ce livre « vers les lumières communes » – qui associe les deux plus beaux mots à mes yeux de la langue française – devienne le titre même de l’ouvrage sous la forme du titre « Lumières communes ».

Je signale que malgré la relative démesure « papivore » de cet ouvrage – mais comment pourrait-il en être autrement s’agissant d’une philosophie dominée qui doit se frayer un chemin entre cent mille préjugés ? – l’ensemble du livre n’a pu être imprimé. Les compléments, précisions et autres chapitres sacrifiés seront disponibles prochainement sur un site dédié, centré sur le matérialisme dialectique et ouvert aux contributions d’autres auteurs.

Enfin, le temps d’un travail collectif sur la renaissance du matérialisme dialectique n’est peut-être pas si éloigné qu’il y parait : de divers côtés, notamment dans le champ des sciences dites dures, renaît la conscience que, pour parler comme Engels, « la nature est le banc d’essai de la dialectique » et, que, « en dernière instance, la nature procède dialectiquement et non pas métaphysiquement ».

Je forme le vœu que la résurgence du matérialisme dialectique que je m’efforce de promouvoir en la situant à la croisée des questionnements modernes et des problématiques classiques de la philosophie, apporte sa contribution, si infime soit-elle, aux résistances populaires et, pourquoi pas, à l’indispensable renaissance communiste indispensable au monde du travail, à la reconstruction de la nation en déréliction et à la contre-offensive générale, en France et dans le monde, du camp des travailleurs et des partisans du progrès humain.

Un mot pour finir. L’offre de Delga est très généreuse étant donné le risque commercial encouru. Je souhaite donc que la souscription permette de sortir rapidement ce livre qu’il est possible d’acheter individuellement ou, pourquoi pas, dans un cadre plus collectif. Merci en conséquence, de peser ce qui est proposé ici, sachant qu’en l’occurrence, le seul enrichissement que l’on se propose ici est celui de la pensée critique et, espérons-le immodestement, des « Lumières communes » : elles en ont un besoin « urgent », si l’on peut ainsi s’exprimer en ce sombre mois de novembre 2015.

Georges Gastaud, Lens, le 23 novembre 2015 (140ème anniversaire de la naissance, le 23.11.1875, d’Anatoli Lounatcharski, intellectuel bolchevik, premier Commissaire du peuple à l’Instruction publique de la Russie soviétique).

pour précommander ce livre : cliquez ici

»» http://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/lumieres-c...
URL de cet article 29647
  

Même Thème
Karl Marx, le retour - Pièce historique en un acte
Howard ZINN
Moins de cinq cents personnes contrôlent deux mille milliards de dollars en actifs commerciaux. Ces gens sont-ils plus nobles ? Travaillent-ils plus durement ? N’ai-je pas dit, voilà cent cinquante ans, que le capitalisme allait augmenter la richesse dans des proportions énormes mais que cette richesse serait concentrée dans des mains de moins en moins nombreuses ? « Gigantesque fusion de la Chemical Bank et de la Chase Manhattan Bank. Douze mille travailleurs vont perdre leur emploi… Actions en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A 20%, il devient enthousiaste. A 50%, il est téméraire ; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à 300%, il ne recule devant aucun crime.

Karl Marx, Le Capital, chapitre 22

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.