Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

28 

Modeste lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon

M. Mélenchon,

Après 40 ans de militantisme, je crois bien que c’est la première fois que je rédige une lettre ouverte. Je veux dire une lettre sérieuse, sans l’ironie qui me caractérise (parait-il). Et j’imagine que les chats que vous avez à fouetter en ce moment sont nombreux. Mais voilà, je ne sais plus exactement à qui, ni à quoi, m’adresser. Il s’agit de Julian Assange.

Pourquoi m’adresser à vous ? Disons que j’ai confiance en vous depuis une certaine soirée où j’ai assisté à un échange qu’on pourrait qualifier d’anecdotique. Mais j’ai tendance à évaluer les personnes à certains détails plus qu’à leurs professions de foi publiques. Que voulez-vous, on ne se refait pas. J’étais venu assister à une réunion de solidarité où divers intervenants, français et étrangers, ont pris la parole. J’avoue que ce soir-là, j’ai pas mal piaffé d’impatience, et souvent d’agacement, sur ma chaise – particulièrement lors des interventions des Français. A la fin de la soirée, la salle s’est vidée et pour une raison qui m’échappe, je suis resté. Il ne restait plus que vous et votre entourage proche – et moi, assis tranquillement dans un coin, en train de ressasser les recadrages et critiques que je me reprochais de ne pas avoir formulés à voix haute pendant la réunion. Puis vous vous êtes adressé à votre équipe, pour faire une sorte de bilan. Et là, j’ai entendu des propos que j’espérais entendre depuis une éternité dans la bouche d’un important responsable politique français. Je pense être assez proche de la réalité en disant que vous les avez (gentiment) tancés. Et à juste titre. Et dans ma tête, il y a eu un « ouf, enfin ! ». Comme j’ai toujours eu l’impression que vos propos n’étaient pas vraiment destinés à d’autres qu’à ceux qui vous entouraient ce soir-là, et avec le sentiment que j’étais devenu malgré moi une souris dans un coin, je ne m’arrogerai pas le droit d’en dire plus. Oui, je sais : écrire tout ce qui précède pour finalement ne rien dire, c’est un peu ballot de ma part. Mais je sais qu’il y en a qui me liront et me comprendront, et cela me suffit. J’espère que vous me comprendrez aussi.

Julian Assange, donc. Vous connaissez l’effroyable calvaire qu’il subit. Vous connaissez l’insoutenable injustice qui lui est faite. Et vous entendez, comme moi, le silence assourdissant qui s’est instauré autour. Et je ne m’attarderai pas sur l’attitude scandaleuse des média qui n’ont eu cesse de se livrer à des campagnes de désinformation et de calomnies, car, au moment où j’écris ces lignes, les seuls mots que je trouve, parce que les seuls qui me restent, sont des insultes.

Il y a quelques jours, la mère de M. Assange a lancé un cri d’alarme (*). Christine Assange, qui est une personne aux propos mesurés, en appelle à la mobilisation. En effet, l’évolution de la situation est telle que, en plus de la santé de Julian qui se dégrade (il n’a pas accès aux soins), c’est désormais sa vie qui est en danger.

La stratégie des gouvernements équatorien, britannique et états-unien est maintenant clair. Il s’agit de briser moralement, psychologiquement et physiquement cet homme - pour en quelque sorte le « convaincre » de sortir « de son plein gré » de l’ambassade. A partir de là, son extradition vers les Etats-Unis paraît certain. Là-bas, il risque le bagne de Guantanamo, la torture et même la peine de mort.

A destination du lecteur non-averti, et pour limiter la longueur de cette lettre, je me contenterai d’un rappel désespéramment laconique : Julian Assange n’a violé aucune loi d’aucune juridiction dont il dépendait. Il n’a jamais été mis en accusation pour un délit ou crime quelconque. Si vous avez eu l’impression du contraire, vous pouvez demander des éclaircissements à votre journal préféré (bonne chance).

M. Mélenchon, vous avez de l’influence, vous êtes respecté, vous avez beaucoup d’amis. Vous vous êtes déjà exprimé sur cette affaire. Une fois de plus ne serait pas de trop. Pour Julian, pour nous tous.

Merci.

Cordialement,

Viktor Dedaj

(*) https://www.youtube.com/watch?v=5nxigIRUkcU

URL de cet article 34068
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...


Vous avez une minute ?

Même Auteur
SIN EMBARGO - Paroles Cubaines contre le blocus (livre PDF)
Viktor DEDAJ
Recueil d’une série d’interview effectuées à Cuba. Différentes personnalités parlent de leur expérience personnelle du blocus des Etats-Unis contre Cuba - et parfois aussi d’autres choses. Publiés à l’origine dans une série d’articles, les textes ont été regroupés dans un document unique téléchargeable. Bonne lecture. V. Dedaj Le Grand Soir POUR TELECHARGER, VOIR LIEN CI-DESSOUS :
Agrandir | voir bibliographie

 

« A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. »

Karl Marx


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.