RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

On s’organise comment, et sous quelles bannières ?

On s’organise comment, et sous quelles bannières ?

Une insurrection civique, générale, serait une grande bouffée d’air, pour peu qu’elle aboutisse à renverser la politique actuelle, et pour peu aussi que les individus prennent conscience du divorce qui doit s’opérer entre nous et les US...

Parce que les lois qui nous gouvernent sont des lois hors-la-loi, l’insurrection est un devoir civique. C’est dans la logique des choses.

La question est : Oui mais comment, et sous quelles bannières ? Car le potentiel de personnes ayant pris conscience que le problème est le capitalisme en général, ne fait que s’amplifier. En discutant autour de nous, les gens finissent par admettre enfin que l’on gouverne sans nous, que nos institutions ne sont que des prétextes de démocraties, puisque tout est décidé sans nous, et de façons contraire à nos votes même. On le voit avec la constitution européenne, les ogm, l’Irlande. Et l’Otan. Une dictature est en marche, sous-jacente. En complicité flagrante avec une autre, militaire et économique, de l’autre coté de l’Atlantique.

Tout le monde est d’accord ou presque. Oui mais, on fait quoi, et sous quelle bannière ? Les communistes sont divisés et pantouflards, la LCR doucereuse, les socialistes ont pactisé avec la droite depuis belle lurette, et les syndicats se la jouent perso pour préserver le peu de pouvoir qu’il leur reste encore face à la régression sociale organisée en haut lieu. Alors on fait quoi et sous quelle bannière ?

Il y a un truc qui me choque. C’est qu’on n’a pas compris un élément essentiel à l’insurrection : C’est l’affaire du peuple et pas des syndicats seulement !

Ce qui me choque, c’est de voir ces grèves de plusieurs jours destinées à s’éteindre avec le temps compté. Comme si nos seules revendications n’étaient que retraites et salaires. Alors que notre sécurité citoyenne, humaine et nationale, est mise en danger de façon générale. Tous les moyens sont mis en oeuvre pour briser nos droits et nos libertés. Ce n’est pas seulement nos salaires, notre sécu, nos retraites ... Arrêtons de se la jouer perso !

C’est aussi le droit des étrangers, des sans-papiers, la faim généralisée dans le monde, la complicité du FMI et de l’OMC, la guerre généralisée qui se met en place inexorablement et qui attend, tapie dans l’ombre, le moment propice... C’est la remise en cause du 11 septembre, prétexte aux invasions impérialistes avec la bénédiction tacite de l’Europe. Toutes nos grèves sont des pêts dans l’eau si nos revendications ne sont pas associées à tout cela !

Et que font nos syndicats ? Dans ce contexte ? Rien ! Chacun pour sa pomme ! Divisés pour se faire valoir, et qui ne valent rien parce que divisés ! C’est ça qui me choque !
Les syndicats n’ont pas compris une chose élémentaire : La véritable grève débutera lorsque la population entière se lèvera ! Pas seulement les travailleurs ! Mais les chômeurs, les sans emplois, les personnes vivant à la maison, les artisans, les commerçants, certains chefs d’entreprises sont prêts aussi à faire quelque chose.
C’est la population entière qui doit réagir, parce qu’elle est concernée en premier lieu !
Cumuler tous ces éléments en une seule revendication, devrait nous faire réagir ensemble ! Parce que notre dernière chance est de bouger ensemble !

Tiens, une idée de grève participative : Puisque les programmes télé fonctionnent avec l’audimat, pourquoi ne pas zapper les feuilletons policiers américains, une zappette à la main, et pourquoi ne pas changer de chaine aussi chaque fois que la tête du président apparait, puisque c’est le fer de lance de sa propagande, hein ? Pourquoi pas... Finalement, on n’est pas des poubelles, on n’avale pas n’importe quoi !

Nos grèves ponctuelles ne sont que des pétards mouillés ! On devrait organiser une grève générale, permanente, collective, pour sortir de cette impasse, une grève nationale à tous les étages, retrouver nos droits citoyens, revenir au pouvoir décisionnaire du peuple, de la population, et faire aboutir vraiment nos revendications ! Revenir à nous-même c’est réagir collectivement. Cela ne concerne pas seulement les gens qui travaillent et leurs maigres revendications !

Ah oui, au fait, et c’était la question : On s’organise comment, et sous quelles bannières ?
Lou Florian

URL de cet article 6825
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Banque du Sud et nouvelle crise internationale
Eric TOUSSAINT
En pleine crise du subprime, dont les conséquences n’ont pas fini de se faire sentir dans l’économie mondialisée, sept pays l’Amérique latine lancent une Banque du Sud qui pourrait jeter les bases d’une autre architecture financière internationale. En combattant inlassable, Eric Toussaint propose dans ce livre une approche claire et synthétique, destinée à des non-spécialistes, de l’état des résistances au néolibéralisme, du contexte économique international contemporain ainsi que des principaux défis que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Laissez les chiens de l’empire aboyer, c’est leur travail. Le nôtre, c’est de se battre pour achever la véritable libération de notre peuple »

Hugo Chavez

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.