RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

‘ Ouragan d’al-Aqsa ’ révèle au monde entier qui sont les ‘ terroristes ’

Il est des moments dans la vie où les mots manquent. Tant ce qu’il nous faut voir est insoutenable. En Palestine occupée, nous y sommes. Particulièrement à Gaza. Depuis plusieurs années, déjà. Mais ces jours-ci, nous touchons au summum de l’ignominie. Au summum de la barbarie. Au summum de l’inhumanité d’un régime colonial dont le racisme n’a pas d’égal.

Tant à travers les discours des élus sionistes – que nos élus n’ont même pas la décence ni le courage de dénoncer – que des moyens technologiques utilisés. Fier de lui, le porte-parole de l’armée israélienne a déclaré vendredi que ses avions avaient bombardé Gaza ces deux dernières semaines ‘’à un rythme jamais vu depuis des décennies’’. Tous ces responsables et leurs soutiens devront être traduits en justice le moment venu.

Depuis bientôt 17 ans, une population d’environ 2,3 millions habitants y est interdite de toute sortie – sauf une dizaine de milliers de travailleurs utilisés à bas salaires dans les colonies voisines, ainsi qu’à de rarissimes exceptions nécessitant des procédures administratives qui peuvent prendre des semaines, voire des mois. Encagée, sur 360 km² (une bande de terre s’étirant d’environ 10 km de large sur 36 km de long, soit, une balade en vélo) dans un silence international lourd de complicité. La densité de population y est l’une des plus fortes au monde. Il faut bien comprendre ce que cela signifie dans la réalité : sur cette bande de terre – dont une large partie est inaccessible tout le long de la frontière pour ‘raison sécuritaire’ imposée par l’armée d’occupation – doivent non seulement se tenir l’habitat pour loger ces millions de personnes, mais aussi les écoles, universités, commerces, cafés, restaurants, bureaux, usines, ateliers de réparation, centre médicaux, hôpitaux, administrations diverses, lieux de cultes, centres de loisirs, plaines de jeux et de sports, champs et serres de culture, granges, étables et dépôts, et toute l’infrastructure qui permette à cette population de subvenir à ses besoins primaires. Dès lors, comme cela ne suffit pas, des camions de produits scrupuleusement listés les ravitaillent quotidiennement. Sauf que la perversion de l’occupant l’a amené à calculer le nombre de calories nécessaires à un individu pour le maintenir juste au-dessus du seuil de malnutrition : 2279 calories par jour et par personne. Ce qui s’est traduit par 131 camions par jour. Pas un de plus. Ce qui est évidemment insuffisant. ‘’L’idée est de mettre les Palestiniens au régime, sans les faire mourir de faim’’ dira Dov Weissglas, avocat qui a participé au dit ‘Processus de paix’. Je répète : depuis près de 17 ans et dans un silence international lourd de complicité, et pas qu’occidental !

Véritable enfer, ponctué d’épisodes meurtriers permettant au régime colonial sioniste de tester ses nouveaux armements dans des attaques et bombardements terroristes, puisqu’y provoquant de nombreuses victimes civiles. Avant de vendre cette technologie mortifère à des clients qui dès lors deviennent un soutien actif d’un tel régime ! Ces clients ne sont jamais de simples citoyens. De tels contrats sont toujours négociés par des gouvernements. Souvent, ‘nos’ gouvernements qui, pour des armes, ont toujours les moyens. Au nom de la sacro-sainte sécurité élevée au rang de valeur suprême. Cette même sécurité devenue l’excuse à toutes les dérives de nos autorités policières autant que législatives. Devenue l’étendard derrière lequel ces responsables politiques cachent leur incurie dans leur gestion de l’ordre social. Devenue le faire-valoir de toutes les lois liberticides qu’ils ont multipliées pour nous faire taire. Pour museler les voix citoyennes qui dénoncent leurs incompétences et leur courte-vue dans une justice toujours au service du plus fort.

Ces derniers jours, ces dernières heures la sauvagerie sioniste a dépassé toute limite. Nous dévoilant ainsi le visage des assassins qui en sont responsables : celui du racisme dans toute son abjection. Dans toute sa bassesse. Dans toute sa veulerie. Trop couards, trop lâches pour reconnaître leurs méfaits. Ils utilisent la technologie la plus létale qui soit, mais au vu des dégâts en accusent ceux qui en sont les cibles. Dans ce travestissement sordide où ils se présentent toujours comme victimes alors qu’ils sont les bourreaux. Par cette inversion accusatoire dans laquelle ils sont passés maîtres. Ainsi n’ont-ils eu aucun scrupule à désigner la résistance palestinienne comme responsable du bombardement de l’hôpital Ma’amadani. Leur lâcheté n’a d’égale que leur infamie. Heureusement, une cellule anti-désinformation du département de communication de la présidence turque a réfuté sans le moindre doute les déclarations de l’occupant concernant le massacre de l’hôpital de Gaza. Le communiqué indique qu’en examinant les photos du bombardement de l’hôpital, il est clair que les munitions ayant la capacité de détruire ainsi la zone ne sont pas le type de munitions détenues par la résistance palestinienne. Après les investigations des experts, il est devenu évident que cette affirmation est mensongère, et ils ont pu prouver que la vidéo publiée par cette odieuse propagande avait déjà été publiée en août 2022 ! Et la bombe larguée contre l’hôpital Ma’amadani serait une MK-84 de fabrication étasunienne. Une autre déclaration publiée par des experts de l’ONU, rappelle que « le raid sur l’hôpital a eu lieu après deux avertissements émis par Israël selon lesquels une attaque imminente contre l’hôpital aurait lieu s’il n’était pas évacué ». Ce communiqué a rajouté que « le siège complet imposé à Gaza, les ordres d’évacuation et le transfert forcé des résidents, ainsi que la privation des civils d’une assistance de base constituent une violation du Droit international humanitaire (DIH) et du Droit pénal international ».

A ce titre, une déclaration du criminel Netanyahou est utile à rappeler. Voici ce qu’il disait à son parti (Likoud) en 2019 : ‘’Quiconque veut empêcher la création d’un Etat palestinien doit soutenir notre politique de renforcement du Hamas et de transfert d’argent au Hamas. Cela participe de notre stratégie : isoler les Palestiniens de Gaza de ceux de Cisjordanie’’. Voyez la duplicité morbide de l’individu qui, d’une part, fustige le Hamas quand, d’autre part, il l’entretient. Á cet effet, il est intéressant de noter que, selon le site al-Mayadeen, l’Iran a obtenu plus de 70 000 pages de documents judiciaires israéliens. Le Tehran Times affirme que ces documents révèlent que le 1er ministre israélien Benjamin Netanyahou et son épouse Sara souffrent d’une maladie psychiatrique récidivante. (https://english.almayadeen.net/news/politics/iran-obtains-70000-pages-...;:-tehr). Assurément, dans l’équipe des dirigeants du régime sioniste d’extrême-droite, ils ne doivent pas être les seuls. Ainsi que parmi ses soutiens !

Dans la même veine perverse, l’armée terroriste israélienne avait d’ailleurs largué des milliers de tracts au-dessus de la bande de Gaza, intimant aux habitants du Nord de se rendre endéans [dans un délai de, LGS] les 24h dans le Sud, avant une campagne imminente de bombardement de toute la zone. Paniqués, beaucoup d’habitants du Nord se sont mis en route sans attendre, avec leur famille. Qui par voiture, camionnette ou charrette tirée par un âne, qui à moto, vélo voire même à pied pour les plus pauvres. Des images ont montré que l’aviation du régime colonial en a profité pour bombarder les colonnes de réfugiés, y provoquant de nombreux morts et blessés parmi une population démunie et désemparée. De même, une fois arrivées dans le Sud, non loin de la frontière avec l’Egypte, les bombardements de l’entité terroriste israélienne ont repris sur Rafah, de jour comme de nuit, faisant là aussi d’innombrables victimes essentiellement civiles.

Non encore repue de leur sinistre bilan nocturne dans ce que l’on peut désigner comme étant des actes de vengeance plus que de représailles proportionnées comme le prévoit le Droit de la guerre, l’armée du régime terroriste israélien a bombardé la nuit suivante l’église grecque-orthodoxe de St Porphyre, y causant là aussi plusieurs dizaines de victimes victimes parmi les chrétiens et les musulmans qui s’y étaient réfugiés. Cette église était l’une des plus anciennes au monde. Selon l’ordre orthodoxe de St Georges, 500 personnes y étaient abritées. Le nombre de victimes sera une nouvelle fois dramatique, quand elles auront pu être extraites des décombres.

En réalité, ceux qui distraitement répètent que la bande de Gaza est ‘’la plus grande prison à ciel ouvert’’ manquent une fois de plus de perspicacité dans leur analyse, parce que même le ciel de cet immense ghetto y est complètement fermé : par des drones, des avions de chasse et des hélicoptères du régime terroriste qui ne s’embarrasse pas d’utiliser des armes prohibées par les lois de la guerre. Le ciel de Gaza est comme tout le reste de la bande : contrôlé par le régime terroriste israélien, et donc bien fermé ! Passant ces derniers jours du statut de camp concentrationnaire à celui d’extermination ! En 2003 déjà, donc avant le blocus de Gaza, Baruch Kimmerling, sociologue israélien, a écrit que « la bande de Gaza était le plus grand camp de concentration qui ait jamais existé ». Imaginez alors ce qu’il en est depuis près de 17 ans de ce blocus inhumain et meurtrier !

Et malgré tout cela, malgré les témoignages qui continuent d’arriver plus accablants les uns que les autres de cet immense ghetto transformé en champ de ruines, nos gouvernements persistent à déclarer leur inconditionnel soutien à ce régime de terreurs ! Nos représentants politiques s’alignent de la sorte contre le Droit international, soutenant un régime qui multiplie les colonies, qui enfreint toutes les Résolutions de l’ONU, qui assassine chaque jour des civils dont nombre d’enfants au simple motif ‘’qu’ils lancent des pierres’’, dont les pratiques sont dénoncées par les plus grandes ONG humanitaires ainsi que par plusieurs rapports de commissaires de l’ONU. Nos gouvernements se font donc complices de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, en toute connaissance de cause. Au nom de quoi et comment le comprendre !? Sinon en reconnaissant que nos gouvernements n’appartiennent plus aux Etats de droits, ne sont plus les ‘démocraties’ auxquelles ils prétendent appartenir, et sont devenus des Etats parrainant le terrorisme.

Autre rappel utile : déjà lors de sa campagne électorale de mars 2015, sous la pression de sondages peu favorables, Netanyahou avait durci sa position en déclarant que s’il était reconduit au poste de 1er ministre, ‘’il n’y aurait pas d’État palestinien’’ et qu’il favoriserait la multiplication de logements pour les colons à Jérusalem-Est afin d’empêcher que la ville soit divisée et permette aux Palestiniens d’en déclarer la partie Est comme capitale de leur Etat. Déclaration qui, à moins d’amnésie n’ont pas pu ignorer nos ténors politiques.

Au moment de boucler cet article, une déclaration de l’ONU annonce que les bombardements massifs sur la bande de Gaza ont déjà détruit plus de 30% des unités de logements ! A la veille de l’hiver. Sans parler des infrastructures dévastées au nombre desquelles les hôpitaux et les divers centres de soins, dont nombre d’ambulances et de personnel ont été délibérément pris pour cibles. Il y a donc clairement une épuration ethnique et un génocide en cours.

La conclusion pour les citoyens européens est consternante : l’opération de la résistance palestinienne ‘’Ouragan d’al-Aqsa’’ révèle que nous avons à la tête de nos Etats des responsables politiques qui ouvertement soutiennent des gouvernements dont les déclarations et les pratiques sont résolument de nature terroriste. Nous devons impérativement augmenter la pression sur eux pour qu’ils changent radicalement et rapidement leur position, au risque de voir les tensions prendre une dimension beaucoup plus étendue. Les accrochages avec le Hezbollah voisin en témoignent, de même avec la résistance irakienne qui s’attaque aux bases étasuniennes sur leur territoire, et la nuit précédente, la marine des EU a intercepté au-dessus de la Mer Rouge des missiles en provenance du Yémen qui les envoyait sur la colonie ‘Israël’.

Mais, nous assurons déjà à ces élus en place, que le moment venu, lorsque ces hypocrites viendront quémander nos voix pour les urnes, nous nous en souviendrons !

Et vive la résistance palestinienne qui indique le chemin à tous les résistants de la planète !

Daniel Vanhove -
20.10.23

URL de cet article 39028
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
Si vous détruisez nos maisons vous ne détruirez pas nos âmes
Daniel VANHOVE
D. Vanhove de formation en psycho-pédagogie, a été bénévole à l’ABP (Association Belgo-Palestinienne) de Bruxelles, où il a participé à la formation et à la coordination des candidats aux Missions Civiles d’Observation en Palestine. Il a encadré une soixantaine de Missions et en a accompagné huit sur le terrain, entre Novembre 2001 et Avril 2004. Auteur de plusieurs livres : co-auteur de « Retour de Palestine », 2002 – Ed. Vista ; « Si vous détruisez nos maisons, vous ne détruirez pas nos âmes », 2004 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Du vivant des grands révolutionnaires, les classes d’oppresseurs les récompensent par d’incessantes persécutions ; elles accueillent leur doctrine par la fureur la plus sauvage, par la haine la plus farouche, par les campagnes les plus forcenées de mensonges et de calomnies. Après leur mort, on essaie d’en faire des icônes inoffensives, de les canoniser pour ainsi dire, d’entourer leur nom d’une certaine auréole afin de « consoler » les classes opprimées et de les mystifier ; ce faisant, on vide leur doctrine révolutionnaire de son contenu, on l’avilit et on en émousse le tranchant révolutionnaire.

Lénine

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.