RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Hystérie antiterroriste

Le ministre Attal incarne assez remarquablement cette bureaucratie parisienne dépassée, trop fragile pour exercer avec mesure des responsabilités politiques qui exigent une connaissance du peuple et de la nature humaine dans toute leur diversité.

En annonçant des « poursuites » contre « 179 » collégiens et lycéens qui auraient perturbé des « moments de recueillement » en hommage aux enseignants frappés par l’épidémie du terrorisme islamiste, il est ce chefaillon désespérant qui pour pallier son impuissance pédagogique et son manque d’esprit, pratique – autant que le lui permettent sa hiérarchie et le code pénal – l’abus d’autorité.

Le ministre de l’Éducation s’adonne ainsi au terrorisme de la bien-pensance. Il entend bâillonner des élèves en quête de repères dans un monde de mensonges, et qui, las d’injonctions permanentes au larmoiement et à la sujétion, croient important de faire valoir leur droit à la provocation. Il ignore que ce droit est précieux et qu’il fait précisément l’esprit français : celui de l’insoumission devant une autorité jugée illégitime.

Dans le délire paranoïaque du pouvoir, nos chers ministres culpabiliseraient presque les plaisantins récalcitrants des cours de récréation, et par d’obscures lois d’exception criminaliseraient la boutade infantile ou l’insolence adolescente. Comme si la parole déterminait le passage à l’acte, comme si les mots valaient les faits.

Ainsi, un ricanement nerveux ou un pet sonore survenu lors d’une minute de silence dédiée à ces malheureuses victimes de l’ignorance et de la pathologie humaines – qui sans doute se seraient elles-mêmes moquées d’un tel cérémonial – devrait être raisonnablement qualifié d’« apologie du terrorisme »... (Pendant ce temps-là, on viole, on torture et on assassine.)

Mais le ministre Attal n’a pas compris – ou feint de ne pas comprendre – que les mots ont fonction d’exutoire pour une jeunesse désorientée, et qu’il est probablement, par son arrogance et ses caprices de petit administrateur psychorigide, l’un des premiers à motiver ces déséquilibrés qu’on appelle abusivement « terroristes », aidé en cela par la meute médiatique à bout de souffle, chargée d’insulter au quotidien l’intelligence des gens.

La menace idéologique du gouvernant et le voyeurisme imbécile du média, par la confiscation communautaire de l’information et sa manipulation plus ou moins grossière, plus ou moins belliqueuse, voilà ce qui arme les « terroristes » – ces jeunes gens en souffrance dont on aura méprisé les facultés de résilience et qui n’auront trouvé que la violence comme réponse à leur malaise et leur sentiment d’injustice, partagés par beaucoup d’autres.

On pourrait dire assez platement, dans un contexte de guerre et pour la réconciliation, qu’un mort est un mort, quels que soient son camp, son origine, son statut, etc., et que l’empathie ignore parfaitement ces distinctions-là. Mais ce serait céder, sans imagination aucune, aux croyances névrotiques du ministre Attal et de ses sbires. Car la seule formule de paix viable est celle-ci : un vivant est un vivant.

»» https://reseauinternational.net/hysterie-antiterroriste/
URL de cet article 39027
  

DEPUIS LA NUIT ET LE BROUILLARD - FEMMES DANS LES PRISONS FRANQUISTES - de Juana Doña
traduit par à ngeles Muñoz avec la collaboration de Sara Albert Madrid, février 1939. La Guerre d’Espagne touche à sa fin. Leonor va connaître l’exode, la torture, la condamnation à mort, et les longues années de prison... L’horreur quotidienne de l’univers carcéral franquiste tel que l’ont vécu des milliers de femmes et d’enfants est décrite ici par Juana Doña avec un réalisme sans concession et sans complaisance. Ce livre est son témoignage. Écrit en 1967, publié seulement après la mort du dictateur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où le hasard semble jouer à la surface, il est toujours sous l’empire de lois internes cachées, et il ne s’agit que de les découvrir.

Friedrich Engels

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.