RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Payé par l’État et invité dans les médias pour propager l’idéologie fasciste

6000 € par mois d’argent public pour diffuser la propagande de Le Pen et Zemmour dans les médias

Voilà un véritable cas d’assistanat et de détournement d’argent public. Si vous avez encore la télé, vous connaissez le visage angoissant et la voix insupportable de Jean Messiha : propos haineux, insultes en direct, mensonges systématiques. Il est invité quasiment tous les jours sur les plateaux de télévision et dans les radios des milliardaires. Il propage un discours d’extrême droite radicale depuis des années. Pour lui, la France est « écrasée sous la bureaucratie », il tape sur « l’islamisation » et le « grand remplacement », les « Nazislamistes » et les « féministes moisies ». Il défend les violences policières, accuse même un préfet d’être « ami » des « islamistes », estime qu’une « idéologie gouverne la France depuis 40 ans pour la défranciser ». De la propagande fasciste aux heures de grande écoute.

Mais qui paie Jean Messiha ? Avant d’être une star médiatique, c’est un haut fonctionnaire du ministère des armées. Lorsqu’il rejoint l’équipe de campagne de Marine Le Pen en 2017 il doit, théoriquement, quitter son poste. Mais non, le Ministère continue à lui verser son gros salaire. Selon Médiapart, le propagandiste touche alors 6000 euros par mois d’argent public sans travailler, sans compter les primes annuelles. Entre 2017 et 2021, il n’a pas traité le moindre dossier, et tout le monde le sait en interne, révèle le journal.

Disons les choses clairement : l’État français subventionne un fasciste pour qu’il puisse arpenter les plateaux télé. Le Ministère sait parfaitement que ce monsieur ne travaille plus dans la maison, mais il continue de le rémunérer. 5 ans d’emploi fictif à 6000€ par mois, c’est 360.000€ d’argent public détournés. Et le fameux « devoir de réserve » ? Inexistant pour Messiha. Imaginez un haut fonctionnaire qui tiendrait quotidiennement des discours d’extrême gauche dans les médias ? Impensable. Il serait viré le jour même. La hiérarchie du Ministère est donc complice de Messiha. Elle a d’ailleurs refusé de répondre à Médiapart.

Jean Messiha intervient notamment dans les médias de Bolloré : dans le « Morandini Live » (1), à « L’heure des pros » sur Cnews, chez « Touche pas à mon poste » sur C8, chez Sud Radio... En 2017 il est « coordinateur du projet présidentiel de Marine Le Pen », puis il rejoint Zemmour car il trouve Le Pen trop molle sur l’islam. Il est alors rémunéré 32.700 euros pour ses interventions à la télévision. En 2019, le haut fonctionnaire avait aussi facturé des notes de campagne au RN pompées sur des articles, blogs ou pages Wikipédia. L’équipe du RN s’en était aperçue et l’avait poussé vers la sortie. Le fascisme, ça rapporte.

Pris isolément, Jean Messiha n’est qu’un pitre d’extrême droite. Ce qui est gravissime, c’est que l’État finance délibérément cet individu, en lui garantissant un gros salaire de fonctionnaire pour continuer son activisme d’extrême droite. Ce qui est gravissime, c’est qu’il soit en plus exempté du devoir de réserve. Que les grandes chaînes de télévision lui donnent la parole en permanence.

Messiha n’est qu’un symptôme : une armée gangrenée par l’extrême droite. Une administration qui couvre un propagandiste qui n’est pas à son poste. Des médias qui offrent l’écrasante majorité de leur temps d’antenne à des « polémistes » réactionnaires. Messiha est le symptôme d’un pays qui pourrit par le haut.

(1) Morandini a été condamné pour corruption de mineurs.

»» https://contre-attaque.net/2023/06/20/paye-par-letat-et-invite-dans-le...
URL de cet article 38754
  

La Désobéissance éthique, par Élisabeth Weissman
Bernard GENSANE
Le livre d’Élisabeth Weissman fait partie de ces ouvrages dont on redoute de poursuivre la lecture : chaque page annonce une horreur, une bonne raison de désespérer, même si, de ci delà , l’auteur nous concède une ou deux flammèches d’espoir. Un livre de plus qui nous explique magistralement, avec rigueur et humanité, pourquoi et comment la classe dominante française met à mort l’État, les valeurs républicaines, la citoyenneté, la solidarité, la société au sens classique du terme. Préfacé par ce grand (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.