Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Porto Rico : les médecins travaillent dans des conditions « post-apocalyptiques »

Près de quatre semaines après que l’ouragan Maria a dévasté l’île de Porto Rico, les médecins œuvrent toujours dans des conditions « post-apocalyptiques ». Ce que vivent les médecins à Porto Rico est digne d’un roman dystopique*.

Les médecins effectuent des interventions chirurgicales dans une chaleur étouffante de 35 degrés, les machines à rayons X dysfonctionnent et les médicaments fondent littéralement. « Nous pratiquons une médecine de catastrophe alors que la vie devrait avoir repris son cours normal », a déclaré le Dr William Kotler, un spécialiste de la médecine d’urgence de l’hôpital Florida à Orlando, qui a passé deux semaines comme bénévole sur l’île au début du mois. « Nous improvisons comme nous pouvons, avec très peu de ressources. »

Le Dr Kotler et quatre autres médecins urgentistes du Florida Hospital d’Orlando sont arrivés comme volontaires sur l’île dévastée une semaine après l’ouragan Maria, et leur mission vient de se terminer. Ils ont été la première équipe de secours médicaux envoyée par l’hôpital sur l’île. « Nous y sommes allés sans avoir à quoi nous attendre », a déclaré le Dr Julian Trevino, qui faisait partie des premiers bénévoles.

Une deuxième équipe est arrivée le 8 octobre et elle restera deux semaines pour s’occuper de ceux qui ont besoin de soins médicaux. Lorsque les médecins sont arrivés dans la ville d’Aguadilla, à l’extrémité nord-ouest de l’île, l’hôpital local était en mauvais état. L’ouragan avait presque complètement détruit tout le réseau électrique et les communications. « Je suis arrivé et on m’a immédiatement confié un patient avec de graves blessures à la tête du fait d’un accident de voiture », a déclaré Trivino, qui est médecin-chef aux urgences.

A cause du manque d’électricité Trivino n’a pas pu faire un scanner, mais il a pu faire une radiographie. Pour voir les radios, il a dû sortir dehors et les regarder à la lumière du soleil. Par la suite, il a dû utiliser l’un des deux téléphones satellites de l’équipe pour organiser le transfert du patient vers un centre de traumatologie.

D’après les médecins une grave crise de santé menace Puerto Rico. « Les centres de traumatologie sont débordés. Les interventions chirurgicales de base sont reportées. J’ai vu des gens perdre des doigts ou des orteils parce qu’on n’a pas pu les opérer à temps », a déclaré Kotler.

Et la chaleur rend les conditions encore plus difficiles. Dans un hôpital de Caroline sur la côte nord-est, Kotler et Trivino ont dû effectuer une opération d’urgence : poser un pacemaker temporaire à une patiente dont le rythme cardiaque était anormalement lent. « Il faisait 35 degrés dans cette salle d’opération. Elle transpirait abondamment et vomissait », a déclaré Kotler. « Je lui ai tenu la main et lui ai caressé la tête. C’est tout ce que je pouvais faire pour la réconforter. »

Mais il y a aussi plusieurs patients qu’ils n’ont pas pu sauver. À Aguadilla, c’était un homme de 42 ans en arrêt cardiaque. « Il avait 42 de fièvre. Il était brûlant. Nous avons réussi à trouver un peu de glace pour le rafraîchir », a déclaré Kotler. Mais, il est mort le lendemain. « Si on a une crise cardiaque à Porto Rico, en ce moment, on a peu de chance de s’en tirer », a déclaré Trivino.

Ce n’est pas seulement la chaleur étouffante qui cause cette crise médicale post-apocalyptique. Le manque d’eau potable aggrave les problèmes. Dans une ville, une équipe médicale a trouvé un orphelinat où les enfants étaient au bord de la déshydratation. Les médecins ont fait venir par avion des palettes d’eau en bouteille pour sauver la vie des enfants. A cause du manque d’eau, le Dr Raul Hernandez, un interne basé à San Juan, s’attend à une épidémie et à des décès dus à des maladies provoquées par de l’eau polluée. Il craint que la leptospirose, une maladie bactérienne transmise par l’urine d’animaux infectés tels que les rongeurs, ne se répande dans la population, car les gens assoiffés boivent tout ce qu’ils trouvent pour survivre, a-t-il dit. Si l’eau contient de l’urine d’un rat infecté, la maladie va se propager, a-t-il dit. Jusqu’à présent, au moins deux décès ont été attribués à la leptospirose à Porto Rico.

Le Dr Miguel Acevedo dirige la deuxième équipe de médecins urgentistes du Florida Hospital. « Ils disent qu’il faudra six à neuf mois pour que l’électricité soit entièrement rétablie à Porto Rico. Aucun hôpital ne peut fonctionner aussi longtemps avec seulement des générateurs », a-t-il dit. Selon Acevedo, la situation que les médecins rencontrent à Porto Rico est une situation de type « Mad Max ». « La réalité ici est post-apocalyptique », a-t-il dit. « Il faut le voir pour le croire. »

Marc SLAVO

Note :

* Au contraire de l’utopie, la dystopie relate une histoire ayant lieu dans une société imaginaire difficile ou impossible à vivre, pleine de défauts, et dont le modèle ne doit pas être imité. Exemple : 1984, de George Orwell, est l’exemple parfait de la dystopie.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.shtfplan.com/headline-news/doctors-in-puerto-rico-practice-...
URL de cet article 32457
   
AGENDA
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
Sélection naturelle. Un roman capitaliste.
Alexandre Grondeau
John, Yan et Jean ont des quotidiens et des parcours professionnels très différents, mais ils arrivent tous les trois à un moment clef de leur vie. John est un avocat d’affaires sur le point de devenir associé monde dans un grand cabinet. Yan, un petit dealer toujours dans les embrouilles et les galères. Jean, enfin, est un retraité qui vient d’apprendre que ses jours sont comptés. Malgré leurs différences, ces trois antihéros se débattent dans les contradictions de la société de consommation, seuls (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.