Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les soldats américains - dorlotés, protégés, et terrorisés…

L’armée américaine est un paradis socialiste :

Les membres en service et leurs familles vivent gratuitement sur la base. Les personnes vivant hors de la base reçoivent une allocation pour couvrir leurs frais de logement. Ils s’approvisionnent dans des économats et des magasins de l’armée où la nourriture et les produits de première nécessité sont beaucoup moins chers que dans les magasins civils. Les soldats et leurs familles reçoivent une éducation de qualité et bénéficient d’excellents soins de santé. Ils sont sûrs d’être en sécurité chez eux car il y a beaucoup moins de violence sur les bases que dans les villes américaines de taille comparable. Et les résidents de la base profitent d’un large éventail de loisirs - pas seulement des restaurants et des cinémas, mais aussi des étangs de pêche, des terrains de camping et des terrains de golf construits pour leur usage.

Bien sûr, certaines bases sont mieux équipées que d’autres. Mais même dans la moins distrayante, les soldats bénéficient d’une parfaite protection sociale et d’un filet de sécurité qui ne fait pas de différence entre un bleu et un cadre supérieur.

Ceux qui ont fait carrière dans l’armée touchent une généreuse retraite.

"Mais la vie militaire est dangereuse !"

Pas du tout.

Selon une étude réalisée en 2012 par le Centre de surveillance de la santé des forces armées (AFHSC), le risque de mort est plus faible pour les soldats que pour les civils :

Au cours des deux dernières décennies (qui comprenaient deux intenses périodes d’opérations de combat), le taux de mortalité brut global des membres de l’armée américaine était de 71,5 pour 100 000 [personnes/an]. En 2005, dans la population totale des États-Unis, le taux de mortalité global brut chez les 15-44 ans était de 127,5 pour 100 000 habitants.

Cette énorme différence est assez étonnante. Le taux de mortalité des soldats serait même resté inférieur à celui des civils si les États-Unis avaient entamé une autre guerre de taille moyenne :

Si les taux de mortalité par tranche d’âge de l’ensemble de la population américaine en 2005 avaient affecté les groupes d’âge respectifs des militaires actifs pendant la période sur laquelle porte ce rapport, il y aurait eu environ 13 198 (53%) décès supplémentaires chez les soldats.

Ceux qui travaillent dans l’armée des États-Unis, même lorsque les États-Unis sont en guerre, ont une vie bien protégée et beaucoup d’avantages. Ils risquent moins leur vie que leurs pairs civils. Mais quand il arrive qu’un soldat meure, on parle de « sacrifice ». Les pêcheurs, les ouvriers du transport et de la construction, qui enregistrent les taux de mortalité professionnelle les plus élevés, n’ont pas droit à des funérailles solennelles, ni à de pompeux éloges funèbres.

Il peut arriver que des soldats se comportent héroïquement et meurent pour une bonne cause. Mais c’est plutôt rare. Les rapports sont parfois falsifiés à des fins de propagande.

L’armée américaine dépense plus d’un milliard par an en publicité. Elle dépense un nombre inconnu de millions de dollars pour des opérations de propagande secrètes. Une propagande qui n’est pas destinée à influencer l’ennemi mais le peuple des États-Unis. Ces dernières années, les services militaires et de renseignement des États-Unis ont écrit ou exercé une grande influence sur les scripts de 1 800 productions hollywoodiennes et télévisées. Les scénarios de nombreux films prestigieux passent par un bureau de censure militaire qui décide du montant « d’aide à la production » que le ministère de la Défense octroiera au film.

Un aspect plutôt schizophrène de sa vie protégée est la peur que ressentent les soldats. Bien qu’on prenne on ne peut mieux soin d’eux et qu’ils n’aient aucune raison de craindre pour leur vie, les soldats semblent être une bande de pétochards. La cause de leur angoisse est difficile à cerner. Elle s’insinue dans toutes les questions d’actualité. En tout cas, c’est ce que donnent à penser ces grands titres :

Les membres de l’armée américaine vivent bien. Ils sont en sécurité. Leur propagande les dépeint comme des héros. En même temps, on nous dit que c’est un tas de zombies qui ont peur de tout ce qu’on peut imaginer.

Je trouve qu’il y a là une étrange contradiction.

/Snark*

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

Note :
Snark fait référence à un récit sous forme de poème écrit par Lewis Carroll et publié en 1876 : La Chasse au Snark (en anglais : The Hunting of the Snark). C’est un parangon de l’absurde, ayant pour cadre la chasse d’un animal fantastique, le Snark.

»» http://www.moonofalabama.org/2017/10/the-us-military-pampered-safe-and...
URL de cet article 32458
   
Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le prix à payer pour être présenté par les média comme un candidat "responsable et sérieux" est généralement d’être en accord avec la distribution actuelle de la richesse et du pouvoir.

Michael Lerner


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.