Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Les soldats américains - dorlotés, protégés, et terrorisés…

L’armée américaine est un paradis socialiste :

Les membres en service et leurs familles vivent gratuitement sur la base. Les personnes vivant hors de la base reçoivent une allocation pour couvrir leurs frais de logement. Ils s’approvisionnent dans des économats et des magasins de l’armée où la nourriture et les produits de première nécessité sont beaucoup moins chers que dans les magasins civils. Les soldats et leurs familles reçoivent une éducation de qualité et bénéficient d’excellents soins de santé. Ils sont sûrs d’être en sécurité chez eux car il y a beaucoup moins de violence sur les bases que dans les villes américaines de taille comparable. Et les résidents de la base profitent d’un large éventail de loisirs - pas seulement des restaurants et des cinémas, mais aussi des étangs de pêche, des terrains de camping et des terrains de golf construits pour leur usage.

Bien sûr, certaines bases sont mieux équipées que d’autres. Mais même dans la moins distrayante, les soldats bénéficient d’une parfaite protection sociale et d’un filet de sécurité qui ne fait pas de différence entre un bleu et un cadre supérieur.

Ceux qui ont fait carrière dans l’armée touchent une généreuse retraite.

"Mais la vie militaire est dangereuse !"

Pas du tout.

Selon une étude réalisée en 2012 par le Centre de surveillance de la santé des forces armées (AFHSC), le risque de mort est plus faible pour les soldats que pour les civils :

Au cours des deux dernières décennies (qui comprenaient deux intenses périodes d’opérations de combat), le taux de mortalité brut global des membres de l’armée américaine était de 71,5 pour 100 000 [personnes/an]. En 2005, dans la population totale des États-Unis, le taux de mortalité global brut chez les 15-44 ans était de 127,5 pour 100 000 habitants.

Cette énorme différence est assez étonnante. Le taux de mortalité des soldats serait même resté inférieur à celui des civils si les États-Unis avaient entamé une autre guerre de taille moyenne :

Si les taux de mortalité par tranche d’âge de l’ensemble de la population américaine en 2005 avaient affecté les groupes d’âge respectifs des militaires actifs pendant la période sur laquelle porte ce rapport, il y aurait eu environ 13 198 (53%) décès supplémentaires chez les soldats.

Ceux qui travaillent dans l’armée des États-Unis, même lorsque les États-Unis sont en guerre, ont une vie bien protégée et beaucoup d’avantages. Ils risquent moins leur vie que leurs pairs civils. Mais quand il arrive qu’un soldat meure, on parle de « sacrifice ». Les pêcheurs, les ouvriers du transport et de la construction, qui enregistrent les taux de mortalité professionnelle les plus élevés, n’ont pas droit à des funérailles solennelles, ni à de pompeux éloges funèbres.

Il peut arriver que des soldats se comportent héroïquement et meurent pour une bonne cause. Mais c’est plutôt rare. Les rapports sont parfois falsifiés à des fins de propagande.

L’armée américaine dépense plus d’un milliard par an en publicité. Elle dépense un nombre inconnu de millions de dollars pour des opérations de propagande secrètes. Une propagande qui n’est pas destinée à influencer l’ennemi mais le peuple des États-Unis. Ces dernières années, les services militaires et de renseignement des États-Unis ont écrit ou exercé une grande influence sur les scripts de 1 800 productions hollywoodiennes et télévisées. Les scénarios de nombreux films prestigieux passent par un bureau de censure militaire qui décide du montant « d’aide à la production » que le ministère de la Défense octroiera au film.

Un aspect plutôt schizophrène de sa vie protégée est la peur que ressentent les soldats. Bien qu’on prenne on ne peut mieux soin d’eux et qu’ils n’aient aucune raison de craindre pour leur vie, les soldats semblent être une bande de pétochards. La cause de leur angoisse est difficile à cerner. Elle s’insinue dans toutes les questions d’actualité. En tout cas, c’est ce que donnent à penser ces grands titres :

Les membres de l’armée américaine vivent bien. Ils sont en sécurité. Leur propagande les dépeint comme des héros. En même temps, on nous dit que c’est un tas de zombies qui ont peur de tout ce qu’on peut imaginer.

Je trouve qu’il y a là une étrange contradiction.

/Snark*

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

Note :
Snark fait référence à un récit sous forme de poème écrit par Lewis Carroll et publié en 1876 : La Chasse au Snark (en anglais : The Hunting of the Snark). C’est un parangon de l’absurde, ayant pour cadre la chasse d’un animal fantastique, le Snark.

»» http://www.moonofalabama.org/2017/10/the-us-military-pampered-safe-and...
URL de cet article 32458
   
AGENDA
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
Même Thème
L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

Henry Ford (1863-1947)


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.