RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pourquoi il n’y a plus de pacifisme en Occident ? Parce que ce sont les autres qui meurent

Le pacifisme n’existe plus.

Les masses occidentales ne sont plus contre la guerre. Elles ne sont plus contre la guerre car ce ne sont plus leurs enfants qui meurent.

Le coût humain de la guerre a été invisibilisé.

Ce sont d’autres qui paient et c’est nous qui en profitons par le maintien de notre niveau de vie lequel dépend de la pérennité du système dit libéral et/ou de son extension mondiale.

L’impérialisme qui sous-tend cette guerre – et la prochaine contre la Chine – n’est pas formulé, il est non-dit ; il se manifeste cependant par l’argument du maintien de l’hégémon du dollar, le maintien du système unipolaire occidentalo-centré dont tout le monde sent bien qu’il est la clef de notre niveau de vie élevé, supérieur à celui des autres populations de la planète.

Nos populations sont pour la guerre – tout comme ils sont pour le maintien du système de la dette et du crédit – parce qu’implicitement on leur a fait comprendre que cette guerre vise à maintenir notre position privilégiée dans le monde et notre pouvoir de prélèvement sur ses richesses...

Nos valeurs sont un voile. La défense de nos valeurs morales sociales, sociétales, wokes et même LGBTQ est une construction parallèle. Ce que l’on défend c’est notre niveau de vie, notre art de vivre, notre jouissance et nos licences de transgression, et la possibilité d’exploiter les matières premières, le travail et l’épargne des BRICS. On défend un ordre du monde qui nous permet de jouir au-delà de ce que nous nous produisons.

Ce qui rend la guerre acceptable c’est la délocalisation des victimes.

Comme en matière d’exploitation des salariés ou on délocalise les fabrications : ici on délocalise les combats. L’exploitation de leur vie n’est pas évidente car elle se fait ailleurs. Hors de notre vue.

Les masses occidentales profitent du travail et de l’exploitation des salariés des pays producteurs à bas salaires. Ici nous profitons du sacrifice de la vie des Ukrainiens et des Russes... C’est un système de division cynique du « travail » : nous jouissons et eux produisent. Les uns produisent des biens et services à bas coûts et les autres produisent/reproduisent notre domination ; en mourant ils reproduisent notre système. Leur vie est un investissement dans la reproduction de notre système, un investissement dans le maintien de notre position centrale dominante. Les Ukrainiens se battent pour le maintien de l’unipolarité qui ... nous profite ! Plus exactement qui profite aux EU et aux couches sociales privilégiées des pays vassaux.

C’est un système de Tiers Payant, on a dissocié le bénéfice pour nous des coûts... qui sont pour eux.

L’analogie tracée entre l’exploitation du travail des pays à bas salaires et l’exploitation de la vie des combattants avec la guerre en cours est évidente mais elle n’est pas portée à la connaissance et à la conscience des masses. La propagande veille pour que cela ne se fasse pas.

Vous remarquerez que les pertes humaines sont le secret officiel le mieux gardé et pour cause ! Si elles étaient révélées et surtout montrées alors le pacifisme pourrait bien se développer à nouveau.

Lisez ce texte du WSWS.org

Sur fond de débâcle de l’offensive d’été en Ukraine, le secrétaire d’État Antony Blinken s’est rendu lundi 4 septembre en Ukraine. Il a réaffirmé l’implication des États-Unis dans la guerre en Ukraine « aussi longtemps qu’il le faudra » et quel que soit le nombre de morts nécessaire. Parfaitement programmée pour l’arrivée de Blinken, une frappe de missile dans la ville de Kostyantynivka, qui a tué 17 personnes, a été déclarée par le régime de Zelensky comme une attaque russe.

La visite de Blinken visait à envoyer le message que, quel que soit le nombre de morts, la guerre entre les États-Unis et l’OTAN contre la Russie en Ukraine – financée par la vie des Ukrainiens et des Russes – se poursuivra.

L’offensive ukrainienne avait été saluée par les médias étasuniens comme l’équivalent du débarquement en Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais au milieu d’un nombre effarant de pertes en vies humaines, les progrès de l’Ukraine, dans la mesure où ils existent, se mesurent en quelques mètres.

Aucun chiffre officiel sur le bilan des victimes de la guerre – qui en est maintenant à son 19e mois – n’a été publié ni par Kiev ni par Washington.

Mais selon le Washington Post, au moins 50 000 Ukrainiens sont devenus amputés. Des rapports fiables évaluent le nombre de soldats ukrainiens tués au combat entre 350 000 et 400 000. D’autres morts sont attendues par le régime ukrainien qui, en échange d’un butin infini, a mis la jeunesse du pays au service de l’impérialisme des EU. Un cimetière militaire pouvant accueillir jusqu’à 600 000 soldats est actuellement en construction.

Face à ce désastre, les États-Unis ont clairement exprimé leur engagement à continuer de financer et d’attiser la guerre.

Le voyage de Blinken s’est accompagné de l’annonce par les États-Unis d’un milliard de dollars supplémentaires en armes et en pots-de-vin bien placés. L’administration Biden travaille actuellement à l’adoption d’un projet de loi au Congrès autorisant un financement supplémentaire de 20 milliards de dollars pour la guerre.

Publiquement, ni Blinken ni Biden n’ont admis l’ampleur du désastre. Cependant, le mois dernier, le Washington Post a rapporté que les agences de renseignement étasuniennes avaient conclu que l’offensive ne parviendrait pas à atteindre son objectif principal, à savoir se diriger vers la mer d’Azov afin de couper le « pont terrestre » vers la péninsule de Crimée.

Au cours du mois dernier, l’armée des EU et les responsables de l’administration Biden ont fait des déclarations à la presse attribuant les échecs militaires au fait que les dirigeants ukrainiens étaient trop économes avec la vie des troupes ukrainiennes.

Les commentaires dans les médias étasuniens, basés sur les déclarations de responsables et de généraux, affirment désormais que la guerre se poursuivra pendant encore de nombreuses années.

Dans un article paru la semaine dernière dans le Washington Post, le chroniqueur Max Boot écrivait : « L’Ukraine pourrait avoir de meilleures chances de gagner en 2024 ». Boot a cité le brigadier de l’armée des EU, le général Mark Arnold, qui a déclaré qu’il était « très sceptique quant à la possibilité qu’une bataille décisive ait lieu cette année et ait un impact matériel sur la victoire ukrainienne ». Arnold a ajouté qu’il était « plus optimiste quant aux perspectives d’opérations décisives l’année prochaine ».

L’ancien général de l’armée britannique Richard Barrons a écrit dans le Financial Times : « L’Ukraine ne peut pas gagner contre la Russie maintenant, mais la victoire d’ici 2025 est possible ». Il a poursuivi : « La contre-offensive actuelle de l’Ukraine ne fera pas tomber la Russie – même si personne ne s’y attendait. Il n’est pas non plus probable qu’on réduise l’occupation de moitié avant l’hiver, ce qui aurait pu être l’un des objectifs les plus optimistes. Elle a cependant montré comment l’armée russe peut être battue. Pas en 2023, mais en 2024 ou 2025 ».

The Economist, pour sa part, a cité un « haut responsable du renseignement américain » disant : « Si vous regardez le champ de bataille dans cinq ans, il pourrait être globalement similaire ».

Si la guerre se prolonge aussi longtemps, le nombre de morts se chiffrera en millions. Mais pour la classe dirigeante étasunienne, qui dirige la guerre, c’est une question d’indifférence totale.

Dans un discours appelant le Sénat à approuver le projet de loi de dépenses militaires de 20 milliards de dollars de Biden, le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a exhorté ses collègues à ne pas se montrer « bancals » à l’égard de l’Ukraine. McConnell a déclaré que financer l’Ukraine signifie « affaiblir l’un des plus grands adversaires stratégiques des États-Unis sans tirer un coup de feu » et « en dissuader un autre [c’est-à-dire la Chine] dans le processus ».

Il a poursuivi : « Cela signifie investir directement dans la force étasunienne, à la fois militaire et économique ».

Les déclarations de McConnell révèlent clairement les véritables objectifs de la guerre et de son escalade incessante. Cela n’a rien à voir avec la « démocratie » en Ukraine, en proie à la corruption et dirigée par une oligarchie criminelle.

Washington a délibérément provoqué la guerre afin de promouvoir ses intérêts stratégiques en sapant et en fin de compte en démantelant la Russie, non seulement parce qu’elle détient de riches gisements de minéraux et de ressources énergétiques critiques, mais aussi parce qu’elle est considérée comme un obstacle à une attaque militaire contre la Chine.

La guerre vise à accroître l’emprise « militaire et économique » mondiale du capitalisme étasunien, au prix de la vie de centaines de milliers de personnes, ukrainiennes et russes.

La guerre est menée en alliance avec le régime de droite de Kiev et les gouvernements d’extrême droite de toute l’Europe de l’Est.

Dans un article intitulé « Les craintes de pourparlers de paix avec Poutine augmentent au milieu des querelles américaines », The Hill note que les gouvernements de Lituanie, de Lettonie et d’Estonie sont parmi ceux qui exigent le plus agressivement une escalade de la guerre. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ces pays étaient alignés sur l’Allemagne nazie, une grande partie de leur appareil militaire et de renseignement étant complice de l’Holocauste. Aujourd’hui, ils sont dirigés par des régimes farouchement anti-russes qui, notamment dans le cas de la Lituanie, glorifient ouvertement leurs ancêtres collaborateurs des nazis.

Alors qu’une grande partie de la crédibilité mondiale de l’impérialisme étasunien dépend du sort du conflit, il existe un risque important que les États-Unis, confrontés à l’effondrement de leurs forces par procuration en Ukraine, intensifient massivement leur implication dans le conflit, y compris potentiellement l’implication directe des troupes de l’OTAN ou le déploiement d’armes nucléaires en Ukraine.

L’impérialisme étasunien, poussé par une profonde crise intérieure et désespéré de compenser le déclin à long terme de sa position mondiale, a déclenché un conflit militaire dont le nombre de morts sera incalculable. L’opposition à la guerre aux États-Unis s’accroît et l’administration Biden cherche de plus en plus désespérément à obtenir une victoire militaire.

source : Bruno Bertez

»» https://reseauinternational.net/pourquoi-il-ny-a-plus-de-pacifisme-en-...
URL de cet article 38880
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La Colombie est lentement assassinée par le gouvernement narco-paramilitaire sur orbite des USA. 65 massacres pour la seule année 2021 avec plus de 240 victimes, 106 leaders sociaux et 33 signataires des accords de paix assassinés, 102 personnes tuées au cours des manifestations.

Thierry Deronne

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.