Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Pourquoi l’Afrique ne pouvait pas être "Charlie"

NB :Parce qu’il importe que les choses soient claires et sans appel, en préambule, nous affirmons nettement que, nous concernant, tout empêchement à la liberté d’expression est un crime contre la démocratie et que l’assassinat de journalistes, où que ce soit, par qui que ce soit, pour quoi que ce soit, est un crime odieux. (la rédaction de Afrique Info)

De quoi Charlie est devenu le nom ?
Le choc, ces attentats survenant dans un pays comme la France, jusqu’ici largement à l’écart des turbulences violentes et de ce type d’événements, en a été d’autant plus fort.

Ainsi, frappée à son tour par le terrorisme de guerre, la France, par son Président interposé, a tenté de rassembler les chefs d’Etat du monde entier pour, en solidarité avec elle, marquer le fait que "frapper la France n’est pas une chose ordinaire" . C’est en tout cas en ce sens que, tout au long des cérémonies qui ont marqué ces jours, l’exécutif a tenu à s’exprimer, François Hollande et Manuel Valls à l’unisson.

Le fait est que nombre de chancelleries de par le monde ont immédiatement exprimé leur soutien à la France, à la liberté d’expression, à la lutte contre le terrorisme... (1)
Le fait est aussi que si, répondant à l’invitation du président français nombre de dirigeants en exercice et de représentants éminents des pays dits "du Nord" ont défilé côte à côte à Paris, ils n’étaient pas les seuls. En effet, parmi d’autres marcheurs issus, eux aussi, des pays en développement, de nombreux présidents africains ont répondu à l’appel du président français, pendant que d’autres, restés sur le continent, arborant des "Je suis Charlie", décrétaient des deuils nationaux. (2)

Ainsi rassemblés, et engagés, ces représentants africains, aux côtés des "grands de ce monde" présentaient, unis contre le terrorisme, une sorte de Front Mondial des Nations, des plus pauvres aux plus riches.

On peut se demander par quel tour de passe-passe un président, au plus bas de sa popularité, a-t-il pu ainsi réunir des millions de personnes en France et des dizaines de représentants de gouvernements autour du seul titre d’un journal quasiment sans lecteurs ?

En effet, s’agissant du journal Charlie Hebdo proprement dit, son directeur Charb était depuis de longs mois à la recherche de fonds pour tenter d’en assurer la survie. Hebdomadaire bénéficiant d’une certaine notoriété dans les années 70/90, porte-parole de la survivance d’un certain "esprit" de 1968, le journal était devenu, au fil des années, décalé jusque dans le cercle de ses "fidèles" du début. A un point tel que, à la veille de l’assassinat survenu à la rédaction, l’hebdomadaire diffusait difficilement 60 000 exemplaires, un chiffre bien au dessous du seuil de rentabilité.

Par ailleurs, et ceci n’est certainement pas sans conséquences quant à la baisse de son lectorat, le journal avait lui-même changé "d’état d’esprit", autrement dit, changé de ligne éditoriale. De journal initialement engagé contre toutes les guerres, on l’avait vu, ces dernières années vaciller sur ses principes, au point de constater, par exemple, son soutien affiché à la guerre de destruction menée par Sarkozy contre la Libye. Au plan économique, autre exemple, loin là encore de ses premiers engagements "libertaires", l’orientation générale était devenue plus proche d’un accommodement à l’économie de marché que du grand chambardement anticapitaliste des débuts.

Pour autant, et c’est légitime, l’accord avec le contenu de l’hebdomadaire n’était pas une condition pour les millions de français marchant ensemble. Leur préoccupation était ailleurs. Ils étaient Charlie parce que la liberté d’expression est, en France et partout ailleurs, une des conditions sine qua non de l’exercice de la démocratie et que leur émotion était grande de la voir ainsi bafouée.

En se sens, après le désastre Libyen " pour le rejet de la barbarie, l’attachement à la laïcité et à la démocratie, leur émotion n’en n’a pas moins été l’objet d’une tentative de récupération partiellement réussie. En effet, la mobilisation exclusive, jamais atteinte auparavant, de tous les médias, publics et privés, de tous les partis politiques, de toutes les personnalités "people", du showbiz jusqu’au monde du sport, le lancement quasiment marketing du slogan unique...a permis à l’exécutif français, au plus mal, de transformer toute cette véritable inquiétude en un "soutien populaire" à son initiative.
Autrement dit, la légitime émotion populaire s’est vu transformée, au corps défendant des participants, en légitimation du grand "rassemblement anti-terroriste" au plan international et, au plan franco-français, à l’idée tant attendue de l’ "Union sacrée".

Après cette journée, le président français analysant avoir fait de "Paris la capitale du Monde" pour un jour, se jugeant légitimé, s’est empressé de demander aux Français de "faire durer l’esprit du 11 janvier" tout comme le relayait son Premier ministre en appelant tous les partis à se considérer forcés à "l’Union sacrée". (3)

Se disant "Forts du soutien international", alors que chacun comprend que ces attentats ne sont pour la France, que l’importation des guerres qu’elle conduit de l’Irak au Mali, de la Centrafrique à la région Sahélienne... les va-t-en guerre reprennent du service et nous font entendre de nouveaux bruits de bottes du côté de la Syrie, si "chère" à Fabius, et de la Libye où il conviendrait, selon eux, "d’aller terminer le boulot".

Marcher avec "les Grands" ?

Quel sens donner, dès lors, au comportement de ces chefs d’Etat venus d’Afrique "marcher" avec ces gens ? De quelle disposition spéciale voulaient-ils donc faire montre en effectuant ce déplacement et en prenant place dans la réprobation exprimée par ce "concert des nations" ? Qu’attendaient-ils d’une telle posture ? De premiers éléments de réponse semblent leur avoir été apportés par leurs propres opinions publiques.

En effet, par delà les manifestations limitées aux seules protestations anti Charlie, somme toute ultra minoritaires (4), les citoyens des pays concernés, par leurs réactions ont, en revanche, bien mis en lumière le fossé qui existe aujourd’hui en Afrique entre le point de vue des "élites" et celui des peuples. L’ensemble des titres de la presse écrite, comme ceux s’exprimant sur le web, a unanimement rappelé combien, par delà la réprobation légitime des actes terroristes à Paris, il revenait aux dirigeants africains, de s’engager dans cette affaire avec toute la retenue qui convient à des chefs d’état issus d’un continent si maltraité.

Lorsque les Nigériens manifestent dans le pays, par exemple, s’ils expriment des sentiments anti-Français, ils les expriment, non à l’encontre des journalistes de Charlie Hebdo ou des Français en général, mais à l’encontre des dirigeants d’Aréva qui rackettent le Niger depuis des lustres et de ceux de la France qui les soutiennent. Un racket agrémenté de corruption tellement flagrant que cette fois la justice semble aller dans le sens des intérêts du peuple nigérien. (5)

Comment ces dirigeants ont pu, un seul instant, imaginer aller, sans mot dire, au grand raout international parisien patronné par les pays les plus riches, sans que les populations en ressentent tristesse et humiliation. Dans leurs palais présidentiels, ces gens écoutent-ils encore les radios africaines, entendent-ils leurs opinions publiques, ou sont-ils post-colonisés au point de les ignorer totalement ? Même à l’écoute de le très française RFI (Radio France Internationale !), il était impossible de ne pas connaitre des crimes atroces perpétrés par Boko Haram contre la population Nigériane et Nord camerounaise. (6)

De fait, il parait impossible de rester coi devant tant de souffrance accumulée sur une seule région. C’est pourtant, par leur absence et leur silence, ce que ces dirigeants africains, filant promptement, au sifflet, vers les tarmacs français, ont infligé à leurs populations. Des silences et des positionnements qui en disent long sur l’enlisement de ces "chefs" dans la Françafrique et le post colonialisme.

Marcher pour Charlie, marcher pour la paix ?

Quel sens donner, ensuite, à cette manifestation, eu égard au regroupement des représentants de des Etats et des institutions directement impliqués dans la désorganisation généralisée du monde ?

Autrement dit, est-il "banal" par exemple, pour un dirigeant africain de marcher côte à côte avec le président français alors même que l’armée de ce dernier occupe militairement toute la sous-région s’étendant aujourd’hui de la Libye à l’Afrique de l’Ouest et particulièrement son propre pays, y imposant régulièrement ses vues et surtout la guerre ? (7)

Ce président pensait-il faire admettre aux maliens que, marchant aux côtés de la puissance occupante, en compagnie du secrétaire général de l’OTAN, du représentant officiel des États-Unis, des représentants de l’Union Européenne, de Benyamin Netanyahou, du roi de Jordanie, du président Ukrainien....il marchait pour la paix dans le monde ?

Oubliée la mise à sac de la Libye par l’OTAN ? Oublié l’assassinat du président en titre de l’Union Africaine par des sbires à la solde des Français ? Oubliée l’opération Licorne et l’ingérence armée en Côte D’Ivoire ? Oubliée l’occupation militaire française du Mali ? Celle de la Centrafrique ? Oublié le soutien de Valls et Le Drian à la dictature Tchadienne ? Oubliée l’opération Berkane ? Oubliée l’Africom ? Oublié le soutien "jusqu’au bout" apporté à Blaise ? Etc...Etc...

La guerre contre le terrorisme est un terme qui n’existe que dans la tête de ceux qui, par leurs course folle aux matières premières, ont contribué à armer ces groupes, voire, pour des desseins encore plus cyniques, les ont directement créés et entrainés. (8)

N’en doutons pas, une nouvelle étape est en voie d’être entamée dans cette guerre de désintégration des pays et des nations et l’Afrique, "à cause" de ses richesses est au coeur de l’ouragan qui s’annonce. Alors que, comme Africom pour les États-Unis, Berkane pour les français, les dispositifs militaires se multiplient, les dispositifs économiques aussi se précisent, tels le maintien du Franc CFA pour les pays d’Afrique de l’Ouest, les APE (Accords de Partenariat économique), pendant que le garrot de la Dette continue toujours de se resserrer.

Les prémices sont claires, eu égard à la profusion de ses matières premières, le continent africain ne doit pas échapper aux compagnies occidentales, ses ressources n’iront à personne d’autre et surtout pas aux africains eux-mêmes. Ces compagnies, leurs pays et leurs armées sont prêts à tout pour garder la main, y compris à généraliser la destruction et la désagrégation, tant par les guerres, le "terrorisme" et la guerre économique et financière.

Alors non, malheureusement, il n’était pas possible aux africains de marcher pour la paix avec ceux qui font la guerre en Afrique. Et de surcroit, puisque, par une magistrale manipulation, cette marche détournée au bénéfice des fauteurs de guerre avait été baptisée "je suis Charlie", il n’était pas possible aux Africains, même le temps de cette journée, "d’être Charlie".

François Charles et Romuald Boko

»» http://www.lautreafrique.info

1/ Ce sont, en effet, plus de 40 chefs d’états qui ont répondu à l’appel de François Hollande pour la marche du 11 janvier.

2/ A titre d’exemple, le président de la république du Bénin, Mr Yayi Boni, a décrété un jour de deuil national

3/ C’est le premier secrétaire du Parti Socialiste, Parti du président de la République, qui dès le lendemain du 11 janvier appelait "à la prolongation de l’Union Sacrée" dans tous les domaines de la vie politique, économique et sociale en France.

4/ Malgré leurs efforts, les chaines de télé n’ont eu à montrer que quelques centaines, voire qulques milliers, d’excités manipulés, brandissant ici ou là des pancartes anti Charlie préalablement distribuées et rédigées en français.

5/ Source AFP - 21 janvier 2015 - Paris - La cour d’appel de Paris a relaxé mercredi le président de l’Observatoire du nucléaire, Stéphane Lhomme, qui était poursuivi en diffamation par Areva qu’il avait accusé de corruption au Niger. En première instance, le tribunal correctionnel de Paris l’avait condamné à 1.000 euros d’amende avec sursis et lui avait ordonné le retrait des propos litigieux ainsi que la publication d’un communiqué judiciaire sur le site internet de l’Observatoire du nucléaire. Le 11 décembre 2012, dans un communiqué, l’association avait fait état d’une contribution d’Areva au budget national nigérien d’environ 26 millions d’euros, dont 15 millions auraient été directement affectés à l’acquisition d’un avion pour le président du Niger, Mahamadou Issoufou. Il s’agit donc clairement d’une manoeuvre de corruption, probablement sur le plan légal et assurément sur le plan moral, par Areva, avait accusé l’Observatoire. Le lendemain, Zakari Oumarou, président du groupe parlementaire du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNSD, au pouvoir), avait confirmé à l’AFP qu’Areva avait accordé au Niger une aide budgétaire de 26 millions d’euros, dont une partie a été affectée pour l’achat d’un avion présidentiel. Areva, qui conteste cette accusation de corruption, avait assigné en justice. Le 7 février 2014, les juges de la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris avait estimé que l’utilisation du terme corruption ne faisait manifestement preuve d’aucune prudence. Les documents produits par M. Lhomme ne lui permettaient nullement de conclure à la corruption alléguée, ni au fait qu’Areva aurait acheté un avion au président du Niger, avait alors estimé le tribunal. L’Observatoire du nucléaire avait alors annoncé qu’il ferait appel de ce jugement affligeant mettant gravement en cause la liberté d’expression et le droit de contester les méfaits des entreprises du lobby nucléaire.

6/ Au moment même où se déroulaient les attentats sur le sol français, Boko Haram faisait plus de 2000 victimes en un seul rai au Nord Cameroun. Comment les africains ne pouvaient-ils mesurer le deux poids deux mesures appliqué par leur propres dirigeants ?

7/ Les télévisions du monde entier ont pu retransmettre les images de IBK, au premier rang de la marche, à la droite de François Hollande.

8/ De l’Afghanistan à la Libye, de la Syrie à l’Irak...est-il encore possible de compter les "combattants" entrainés, financés et armés directement par les pays occidentaux au gré de leurs besoins stratégiques immédiats ?


URL de cet article 27857
   
Hélène Berr. Journal. Paris, Tallandier, 2008.
Bernard GENSANE
Sur la couverture, un très beau visage. Des yeux intenses et doux qui vont voir l’horreur de Bergen-Belsen avant de se fermer. Une expression de profonde paix intérieure, de volonté, mais aussi de résignation. Le manuscrit de ce Journal a été retrouvé par la nièce d’Hélène Berr. A l’initiative de Jean Morawiecki, le fiancé d’Hélène, ce document a été remis au mémorial de la Shoah à Paris. Patrick Modiano, qui a écrit une superbe préface à ce texte, s’est dit « frappé par le sens quasi météorologique des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’utopie est ce qui n’a pas encore été essayé. »

Theodore Monod


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.