RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pourquoi pas un nouveau tribunal Russell ?

Un groupe de lobbyistes irakien baptisé Arab Project s’inspirant du vote récemment par les parlementaires des deux chambres du Congrès des EU d’une loi autorisant leurs concitoyens à poursuivre judiciairement des pays dont l’action a conduit à la mort d’Américains sur le territoire des Etats-Unis se propose de demander au Parlement irakien de prendre l’initiative d’un texte de loi qui permettrait lui aux victimes de l’intervention militaire étasunienne en Irak d’ester Washington en justice pour en obtenir réparation. Si elle vient à se concrétiser, son initiative mettra la moralisante Amérique devant des situations juridiques embarrassantes dont elle ne pourrait nier le bien-fondé car ayant admis que celles que ses citoyens pourront créer à d’autres Etats le sont.

Les commanditaires des attentats du 11 septembre 2001 sont à poursuivre en justice – pourvu qu’existent contre eux des preuves irréfutables. Ceux qui ont ordonné et conduit l’illégale et criminelle intervention militaire en Irak doivent l’être tout autant. Il n’y a aucun principe moral qui autorise à considérer légitime l’exigence de justice pour laquelle se sont battus les victimes américaines des attentats du 11 septembre ou leurs proches et pas celle des Irakiens ayant subi les affres indicibles de l’intervention américaine.

Dans ce vouloir que justice soit faite qu’expriment la loi votée par le Congrès des EU et le projet que le groupe de lobbyistes irakien veut faire aboutir, l’on est en présence d’une situation où il y a lutte entre le pot de fer et le pot de terre. En effet, la loi du Congrès pour aussi contrevenante au droit international qui dispose l’immunité de juridiction pour les Etats sera suivie d’effets car bénéficiant de l’argument suprême qu’elle peut requérir pour son respect la toute-puissance de l’Etat étasunien même si celui-ci a été opposé à sa promulgation. Le projet irakien du groupe Arab Project n’a lui que peu de chance, sinon aucune d’être concrétisé. Les Etats-Unis qu’il vise exerceront de dissuasives et impératives pressions sur les autorités de Baghdad pour les contraindre à empêcher Arab Project à aller au bout de son initiative et à faire échec à cette dernière si elle venait à capter l’intérêt de parlementaires irakiens.

Autant les Etats-Unis s’arrogent le droit de déférer devant leur justice des Etats ou des personnes pour des actes qu’ils jugent avoir porté atteinte à leur sécurité nationale et à l’intégrité physique de leurs citoyens, autant ils ne reconnaissent à nul autre Etat d’en faire de même contre les Etats-Unis ou ses citoyens. Selon ce principe unilatéral, l’Amérique s’estime habilitée à dicter le droit international au reste de la planète et être elle-même non concernée par son application.

La démarche du groupe de lobbyistes irakien est non seulement à soutenir, mais à aider à faire exemple. Trop de peuples sont victimes de l’interventionnisme étasunien brutal et inhumain dans ses conséquences. Des initiatives comme celle de ce groupe permettraient en se multipliant de mettre à nu cette Amérique qui se prétend n’agir que pour apporter à ces peuples liberté et démocratie alors qu’elle ne sème que chaos et mort. Même s’ils ne débouchent sur aucune condamnation contraignante, des procès contre les Etats-Unis s’imposent car il y a obligation morale de les instruire pour établir qu’elle agit de façon criminelle à l’égard de ceux qui en contestent la prétention à régir la planète comme elle l’entend.

URL de cet article 30983
  

Les Mondes d’Après (nouvelles d’anticipation écologique)
DIVERS
PAUL ARIES, AURÉLIEN BERNIER, FRÉDÉRIC DENHEZ, MICHEL GICQUEL, JÉRôME LEROY, CORINNE MOREL-DARLEUX, JACQUES TESTART, FRED VARGAS, MAXIME VIVAS Comment ça, y a pu d’pétrole ! ? Faut-il remplacer la Société du Travail Obligatoire par la Société du Partage Obligatoire ? Vous rêvez d’enfouir Daniel Cohn-Bendit dans un tas de compost ? Peut-on faire chanter « l’Internationale » à Dominique Strauss-Kahn ? Le purin d’ortie est-il vraiment inoffensif ? 155 pages 12 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d’argent pour la racheter. ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

Sir Josiah Stamp,
Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941,
2ème fortune d’Angleterre.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.