Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Produits phytosanitaires : 15 % des pesticides utilisés au Sénégal sont dangereux

Des responsables de la Direction de la protection des végétaux ont indiqué, avant-hier, au cours d’un atelier, que 15 % des pesticides utilisés au Sénégal sont dangereux.

La Direction de la protection des végétaux (Dpv) a lancé un atelier de partage sur les textes communautaires de la Cedeao en matière de pesticides et autres aspects phytosanitaires. L’objectif est de dégager des synergies d’actions pour mieux contrôler l’utilisation des pesticides au Sénégal et envisager des mesures d’envergure afin d’amener les fournisseurs à veiller au respect de l’homologation, comme indiquée par la règlementation en vigueur au sein des pays du Sahel et de la Cedeao. En collaboration avec le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (Waapp), chercheurs, techniciens et producteurs vont réfléchir, pendant trois jours, sur l’acuité du sujet au Sénégal et ses conséquences sur l’agriculture et la consommation.

Intervenant à l’ouverture des travaux, Abdoulaye Ndiaye, chef de la division législation de la Dpv, a tenu à attirer l’attention sur l’ampleur du danger des pesticides au Sénégal. En effet, selon M. Ndiaye, 15 % des pesticides utilisés dans notre pays sont dangereux. « Cette situation interpelle tout le monde, car elle est devenue un véritable problème de santé publique », a-t-il déclaré, estimant même que la gestion des emballages vides des produits constitue un risque pour les producteurs et autres usagers. Pour inverser la tendance et contrôler davantage le secteur, le directeur de la Protection des végétaux, Mbargou Lô, a invité les acteurs à développer des synergies d’actions, en vue de veiller au respect des textes communautaires. Il a indiqué que l’Etat va désormais sévir pour amener les gens à respecter la règlementation, telle que l’homologation des produits.

Vulgariser la règlementation communautaire

Les techniciens de la Dpv ont également insisté sur la nécessité d’assainir le secteur. Selon les investigations effectuées sur le marché local, 30 % des pesticides en vente au Sénégal n’ont fait l’objet d’aucune homologation par les services techniques du Comité sahélien des pesticides. Dans la zone des Niayes, il a été indiqué que, sur 276 produits retrouvés sur le terrain, seuls 50 ont été homologués et autorisés. Il en est de même dans la vallée et le delta du Fleuve Sénégal où sur 72 pesticides, seuls 33 font l’objet d’une autorisation. Donc, sur les 425 produits en circulation au Sénégal, seuls 200 ont été légalement homologués et autorisés par le Comité sahélien des pesticides en rapport avec les services techniques de la Direction de la protection des végétaux, a souligné Abdoulaye Ndiaye. Il estime que la préparation de formules moins toxiques et l’homologation des textes communautaires au sein de l’espace Cedeao pourraient être une alternative au risque qu’encourent les populations du fait de l’utilisation de ces produits.

»» http://www.lesoleil.sn/index.php++cs_INTERRO++option=com_content++cs_AMP++amp ;view=article&a...
URL de cet article 21147
   
Enjeux politiques de l’histoire coloniale
Catherine COQUERY-VIDROVITCH
Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas nous qui aidons Cuba mais Cuba qui nous aide. A comprendre, à rêver, à espérer, à tout ce que vous voulez. Nous, nous ne sommes que solidaires.

Viktor Dedaj


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
53 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.