RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Quand Libé vend son âme au viable : c’est DeparDieu !

Les temps sont durs pour la presse quotidienne. Lundi 4 février 2013, le lecteur de Libé, certes moins « gauchiste » que jadis, a failli avaler son café éthique de travers en découvrant la une de son canard favori. En bas d’une fausse-vraie une se découpait la silhouette de notre célèbre entremet franco-russe, Gérard Depardieu, vedette (impayable ?) d’une publicité pour une agence immobilière en ligne...

Le père putatif du journal, Jean-Paul Sartre, a dû, quant à lui, en avaler sa pipe dans sa tombe. Bien que nous lui préférions de loin Camus (légère digression), le philosophe précurseur du « bobo » avait voulu une ligne éditoriale résolument à l’extrême gauche. Il se serait senti sûrement gêné aux entournures de voir son « bébé » transformé en Home sandwich par … OptiHome.com à la Une.

Le réseau immobilier en ligne ne s’arrête pas là puisqu’il se paye aussi la « Der » : celle-ci étant incontestablement la plus regardée avec la première page. Et puis, tant que nous y sommes, la deuxième page et l’avant dernière car, le lecteur finira bien par le comprendre, son Libé du 4 février est emballé par la pub comme une vulgaire botte de poireaux. Le journal n’arrivera qu’ensuite. Et lui qui ne va pas sur internet pour éviter d’être pollué par les réclames non sollicitées … Il enrage.

CASSE TOI

Ce lecteur, peut-être bien cet abonné, devra se consoler en se disant que son quotidien, qu’il choisit de lire parmi ceux qui surnagent dans la crise qui ébranle le secteur, est contraint de se refaire une santé après l’audace de sa Une « courageuse » sur Bernard Arnault.

Le 10 septembre dernier, Libération souhaitait à l’homme d’affaires français, multimilliardaire et désireux de connaître la douceur du plat pays qui n’est pourtant pas le sien, de faire bon voyage. « Casse toi ! Riche con » titrait l’audacieux quotidien. Reprenant la célèbre invective sarkozyenne.

Ce qui avait suscité un certain émoi au sein du géant mondial du luxe. LVMH avait sucré derechef ses achats d’espaces publicitaires au titre de la rue Béranger. Et, comme les patrons du CAC 40 sont réputés pour leur sens de la solidarité, bon nombre d’entre eux lui ont emboîté le pas.

Résultat des courses : un manque à gagner en terme de recettes publicitaires évalué entre 500 et 700.000 euros. Sale coup pour la fanfare. D’autant qu’au 31 décembre 2012, Libé devait payer le 1,8 million d’euros résultant de la dette générée par son plan de sauvegarde de 2006.

Bref, Libé qui a sorti tout récemment la tête de l’eau après une période des plus incertaines, sort l’artillerie lourde pour ne pas replonger.

Ce qui se comprend sur un plan « industriel » mais laisse rêveur au niveau éditorial. Il y avait déjà eu débat lorsque le journal avait offert sa Une au candidat Hollande le 3 janvier 2012.

NOBLESSES

Nicolas Demorand, le directeur de la rédaction, avait plaidé ce choix « pour rendre ses lettres de noblesses à la parole politique ». Et promis que d’autres candidats à la présidentielle auraient droit aux mêmes égards. Générosité visiblement sans suite.

L’arrivée, en 2005 , d’Edouard de Rothschild au capital de Libé avait déjà semé le doute au sein des lecteurs traditionnels du quotidien. Et d’une bonne partie de la rédaction.

L’homme d’affaires, au dernier comptage, détenait 26,64 % du capital tandis que la même proportion était entre les mains du promoteur immobilier Bruno Ledoux. A eux deux, ils forment le bloc de contrôle de la holding « Refondation ». Ce que c’est quand même que la beauté du viable...

Reste que les salariés de Libé n’ont sans doute pas fini de se faire du mouron. Les héritiers du business man italien Carlo Caracciolo (mort en 2008) qui détiennent en héritage 31% du groupe n’ont qu’une idée : revendre leur parts dès que l’entreprise sera en santé financière suffisante pour les racheter.

La présidente du conseil de surveillance, Anne Lauvergeon a déjà la tête chez l’avionneur EADS, où elle vient d’entrer au conseil d’administration, cette fois. L’ex sherpa de Tonton est poussée par Paris pour prendre la présidence du groupe franco-allemand. Exit ses bons offices en matière de placement du capital …

Bon gré, mal gré, il semble bien qu’il nous faille nous habituer quelque temps encore aux bandeaux du style « Revenez Gérard, on a de bonnes idées pour vos projets immobiliers ».

URL de cet article 19260
  

L’Espagne dans nos coeurs
Loic RAMIREZ
On a beaucoup écrit sur la guerre civile espagnole et si peu sur ses suites. Refusant la défaite, les républicains ont poursuivi leur combat durant plus de trente ans contre la dictature franquiste. Majoritairement exilés en France, ils ont eu pour principal soutien le parti communiste français et ses militants. Diffusion de tracts et de propagande, campagnes de solidarité, déplacement de clandestins et soutien logistique, les femmes et les hommes du PCF ont prêté main-forte aux "rouges" tout au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Aucune femme en burka (ou en hijab ou en burkini) ne m’a jamais fait le moindre mal. Mais j’ai été viré (sans explications) par un homme en costume. Un homme en costume m’a vendu abusivement des investissements et une assurance retraite, me faisant perdre des milliers d’euros. Un homme en costume nous a précipités dans une guerre désastreuse et illégale. Des hommes en costume dirigent les banques et ont fait sombrer l’économie mondiale. D’autres hommes en costume en ont profité pour augmenter la misère de millions de personnes par des politiques d’austérité. Si on commence à dire aux gens la façon dont ils doivent s’habiller, alors peut être qu’on devrait commencer par interdire les costumes."

Henry Stewart, Londres

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.