RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Hier le Chili, aujourd’hui le Venezuela et le Brésil ?

Quand tout commence par une grève des camionneurs... (Revista Forum)

L'ambiance délétère actuelle au Brésil, qui voit une campagne de destruction systématique de la présidente Dilma, de son parti, le PT, et du gouvernement (par le biais de la Petrobras en particulier) menée avec une virulence extrême par les médias dominants, fait penser au scénario Vénézuélien*. Ces derniers jours, les camionneurs, dont les revendications sont certainement légitimes, ont déclenché une grève qui commence à faire tâche d'huile. Sa couverture par les médias (qui n'hésitent plus à parler ouvertement d'impeachment, même si une première action, déposée début janvier, a été rejeté ces derniers jours par la Cour Suprême) est de politiser le mouvement, ce qui n'est pas pour rassurer certains observateurs, dont Renato Rovai, de la Revue Forum.

Le mouvement des camionneurs en grève commence à prendre une tournure dangereuse. Alors qu’il avait débuté avec des revendications liée à cette catégorie, en questionnant la réduction des coûts du fret et la hausse du prix du carburant, il s’est considérablement politisé dans les dernières heures.

Aujourd’hui des photos de camions circulent déjà en ligne demandant la destitution de la présidente Dilma (comme celle qui illustre cette note). Et de blâmer la corruption pour les problèmes de transport dans le pays.

Pendant toute la journée, l’ensemble des médias traditionnels ont rajouté du gazole dans la chaudière de la politisation. Leurs analystes-jongleurs n’ont pas économisé leurs arguments pour prouver que la seule responsable de la situation est la présidente Dilma.

Ces analystes prévoient déjà le chaos, avec des pénuries de carburant dans certains États et des problèmes dans la distribution des aliments tels que le lait, le soja, le blé, etc.

Malgré la distance temporelle et la différence de circonstances, il est inévitable de se souvenir que ce fut une grève des camionneurs qui mena le Chili d’Allende dans une ambiance de chaos, ce qui facilita considérablement le coup d’État qui aboutit à la dictature de Pinochet.

Les réalités du Chili des années 70 et celles du Brésil d’aujourd’hui sont très différentes, mais on ne peut ignorer le potentiel de cette catégorie, en particulier dans un pays presque uniquement relié par la route.

Et en parlant de connexion, on ne peut négliger non plus le fait que, de nos jours, un mouvement d’un soir peut devenir le lendemain matin quelque chose de complètement différent.

C’est ce qui s’est passé en Juin 2013 (lors des grandes manifestations, dont certains ont vu la main des USA derrière NDT) et pour cette raison, beaucoup de personnes ont des difficultés à comprendre ce qui s’est passé dans le pays à cette occasion.

Dans notre société en réseau, les mouvements de la société prennent de nouvelles significations de manière impressionnante, surtout quand il existe une tentative claire d’offrir un nouveau sens, comme cela semble être le cas dans le mouvement de grève actuel.

Les camionneurs appartiennent à une catégorie qui a toujours été reliée par radio. Maintenant, elle est encore plus organisée en raison de l’utilisation d’applications telles que WhatsApp et de plate-formes comme Facebook.

Lorsque l’organisation est facile et que le mouvement prend des ailes, son expansion exponentielle en est le résultat.

Le Brésil de 2015 n’est pas le Chili de 1973, mais si ce blogueur pouvait donner des conseils à ceux qui sont dans la salle d’opération de cette crise, je dirais : ce serait préférable de la traiter comme si c’était le cas.

* hier, j’ai entendu à la TV Globo « L’opposition vénézuélienne souhaite une transition démocratique » !!?? (transition ? Quand on fait un coup d’état pour renverser un gouvernement démocratiquement élu ? Démocratique ? Où, où ?)

Renato Rovai
Traduit par Lucien pour Si le Brésil m’était traduit...

»» http://www.revistaforum.com.br/blogdorovai/2015/02/24/o-sinal-vermelho...
URL de cet article 28096
  

Même Thème
L’Équipe de choc de la CIA
Hernando CALVO OSPINA
Le 18 Avril 2009, les autorités des États-Unis faisaient détourner un avion d’Air France qui devait survoler leur territoire pour la seule raison que l’auteur de ce livre, Hernando Calvo Ospina, était à son bord ! La publication de ce livre ayant été annoncée par la presse... Mais tout ce qui est écrit ici est vérifiable auprès des meilleures sources, notamment étasuniennes. On aura beau chercher, on ne trouvera jamais une autre équipe ayant de tels antécédents. Il s’agit bel et bien du groupe d’agents (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.