Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Quelques réflexions sur les centrales électriques nucléaires et FUKUSHIMA :

Elles ont été conçues à une époque de développement économique effréné, au lendemain d’une guerre dont la bombe atomique était l’un des enjeux.
Il n’était pas d’actualité, à cette époque, de placer la sécurité civile au dessus de la sécurité militaire. Les décisions ont été prises par des lobbies militarisés. Leurs critères de sécurité et de bien-être n’étaient pas les mêmes que ceux de la population, à preuve leur façon de gérer le personnel des centrales. ( On peut comparer ces installations à de nouveaux camps nazis, ils y brûlent du personnel par radioactivité, et vous êtes complices, malgré vous ).

Ces centrales ont été conçues à une époque ou un risque était admis du point de vue politique afin de dominer le bloc adverse ( guerre froide ). Cette politique est périmée.

Il a ensuite été dévéloppé toute une branche d’analyse de risques, et d’évaluation des probabilités d’accident ( appelée sureté de fonctionnement ), afin de masquer la vraie question : lorsque l’accident est là , on ne peut rien faire, car on ne peut plus accéder du fait de l’intensité des radiations. ( La prochaine fois, ce sera peut-être la bombe virale d’un biohackeur qui anéantira tout le personnel d’une centrale, avec les mêmes conséquences qu’à FUKUSHIMA ),

Une simple analyse du fonctionnement de ces centrales montre que le système est instable : et toute l’infrastructure est développée uniquement pour empêcher l’accident. En fait il s’agit de passer le plus clair de son temps ( de ses investissements ) à essayer d’éviter l’emballement du système.

En fait, c’est comme si une bombe sale avait été allumée et que l’on passe son temps à essayer de l’éteindre. C’est de la folie nucléaire.

Lorsque j’utilise ma plaque chauffante dans ma cuisine, si je coupe l’interrupteur, elle commence à se refroidir. Et je ne deviens pas fou.

Donc les " ingénieurs " qui avaient conçu ces installations étaient soit mal intentionnés, soit déficients intellectuellement ou mal informés ( informations volées, ou fakes ), soit persuadés d’être utiles à la science ( et sans conscience de leurs erreurs ( science sans conscience ...) ), soit contraints par leur hiérarchie militarisée. Dans tous les cas, ils ont abouti à une machine instable et dangeureuse, dont on voit les résultats à TCHERNOBYL et FUKUSHIMA, et il y en aura d’autres s’ils ne changent pas de conception.

Pourtant il ne s’agit que de produire de la vapeur. Il n’y a pas besoin d’avoir des tiges de combustible pouvant atteindre des températures supérieures à 500 °C dans l’air pour obtenir cette eau bouillante. C’est la température que j’ai mesurée sur ma plaque chauffante sans poser de cocotte-minute dessus, avec une sonde haute température. Si vous voulez beaucoup de vapeur, vous installez plusieurs cocottes-minute .

L’ erreur de conception se trouve à ce niveau. Les " ingénieurs " ont voulu concentrer la puissance et ont dépassé les limites de sécurité en augmentant la température maxi produite par les tiges de combustible, poussés par la cupidité des investisseurs ( la même cupidité anarchique qui conduit aux catastrophes boursières, ou à l’irradiation du personnel ( dans d’autres usines, ce sont les émanations chimiques, les troubles musculo-squelettiques, ou la pollution électromagnétique...) : partout on retrouve les mêmes coupables impunissables ).

Cette même cupidité qui les pousse encore de nos jours à concevoir de nouvelles centrales tout aussi dangereuses par ignorance des principes de base : il faut que les tiges de combustible ne puissent pas dépasser leur température de stabilité dans le coeur de la centrale même quand il n’y a plus de liquide de refroidissement, plus personne, ni aucune énergie disponible.

Cela s’appelle de la SECURITE, et il n’y a pas de délire de calcul de sureté de fonctionnement à faire pour cacher les erreurs de conception. La sureté de fonctionnement doit être confinée dans l’ amélioration du taux de disponibilité et doit être exclue des domaines de la sécurité.

Il faut sortir du nucléaire tel qu’il est utilisé, les centrales nucléaires sont des bombes ( sales ) à retardement datant de la guerre froide. ( D’ailleurs il n’y a pas de bombe propre ).

Seule la fission à faible température minimise les risques et les investissements, s’il n’est pas possible pour l’instant de sortir du nucléaire. Les investissements et assurances démesurés n’auront plus lieu d’être et pourront servir de contribution au développement des énergies propres, pour pouvoir fermer et démanteler la filière nucléaire le plus vite possible, car l’accumulation des déchets nucléaires n’est pas une solution. Cela passe par une réduction de notre train de vie.

Pour cela il faut éduquer la population, dès l’école, à réduire la consommation, et accepter une gestion centralisée de l’énergie pouvant délester le réseau et occasionner des coupures de courant ( tant pis pour les addicts aux feuilletons télévisés, les frileux, ... ). Nous sommes de plus en plus nombreux, et la liberté passe par des concessions sur le plan :

- du confort, du standing social,

- de la mobilité ( moins de week-ends à la campagne, moins de shopping, ... ),

- de la consommation ( moins de renouvellement des équipements ( auto, ameublement, aménagement intérieur, ...)), et l’éducation à la gestion de son stress social. A ce sujet, le comportement de la population japonaise est exemplaire, et nous pouvons facilement imaginer ce qui se passerai chez nous dans une telle situation : panique et empoignade générale ...

Tout simplement pour repousser le plus tard possible l’installation d’un régime totalitaire, ou des ilôts féodaux ( dont les bandes organisées ou les sociétés de gardiennage sont les précurseurs ( avec leurs inconvénients : taxation, territoires privés gardés par robots armés, contrôles d’identités intensifs automatisés ( N° IP, tel mobile, ...), exclusions sociales informatisées ( déjà en service ( avez vous votre carte ? )), ghettos économiques ( où vous serez jetés informatiquement dès que vous ne serez plus rentables ( déjà en service, combien de temps tiendrez-vous ? ), ... ), qui adviendront lorsque l’énergie pétrole viendra à manquer : " le monde se divise en 2 catégories : ceux qui ont des armes, et les autres : tu creuses ... ".

(LGS : l’auteur de cet article est prié de se faire connaître...)

URL de cet article 13286
   
Communication aux lecteurs
24 février : Tous ensemble à Londres pour soutenir Julian Assange

La date du 24 février ouvre le départ des dernières audiences d’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange sur la demande des Etat-Unis. Sur le territoire américain Julian risque jusqu’à 175 années de prison pour avoir diffuser des documents sur la guerre en Irak et en Afghanistan dévoilant ainsi au grand jour tortures et exactions de l’armée américaine, pour avoir fait son travail de journaliste. S’il est jugé par un tribunal fédéral dans un état où la peine capitale est autorisée, il risque la peine de mort pour espionnage et divulgation de secrets d’Etat .

Nous organisons ce 23 février un départ de Paris en Bus pour Londres. Nous arriverons le 24 au matin pour commencer la manifestation et repartirons le soir afin d’être de retour le 25 au petit matin sur Paris.

Au nom de la Liberté de la presse, de la Liberté d’expression, de la Vérité nous demandons l’arrêt immédiat de la procédure d’extradition et la libération de Julian Assange.

Informations/contacts : https://www.facebook.com/events/467998704155446/

Réservations : https://yurplan.com/event/Tous-ensemble-a-Londres-pour-Julian-le-24-fe...

15 
Che Guevara : Écrits sur la révolution
Ernesto Che GUEVARA
Cette anthologie d’écrits et d’interviews de Che Guevara permet de découvrir l’approche politique et théorique de la pensée du célèbre révolutionnaire, bien loin des stéréotypes qu’on voudrait nous imposer. Ce volume contient des interviews célèbres dont celle de Josie Fanon (épouse de Frantz Fanon, l’auteur des Damnés de la terre) mais aussi les textes suivants : Notes pour l’étude de l’idéologie de la révolution cubaine Il faut que l’Université se teinte de noir, de mulâtre, d’ouvriers, de paysans Le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.