RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Rebsamen : le retour du STO

René BELIN, le traître à la classe ouvrière, s’est réincarné sous les traits de François Rebsamen !

Le gouvernement par son ministre du travail François Rebsamen, vient de trouver la solution miracle pour faire baisser le taux de chômage mais aussi pour augmenter sa côte de popularité vis-à-vis d’une partie de la populace qui, à coup de média-mensonges, est persuadée que les chômeurs sont des nantis et profiteurs, et répondre à cette tranche qui est parfois convaincue qu’« il vaut mieux être chômeur que salarié ».

François Rebsamen, un dijonnais issu de la ligue communiste révolutionnaire, donc ex trotskiste avant d’intégrer la social-démocrate la plus orthodoxe, celle de Joxe et Jospin, estimant qu’en France, il y a 350 000 emplois qui ne trouvent pas preneurs... il vient de déclarer «  Je demande à Pôle Emploi de renforcer les contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi. Si ce n’est pas le cas, il faut qu’il y ait, à un moment, une sanction. En effet, c’est négatif, pour ceux qui recherchent des emplois, d’être à côté de personnes qui ne cherchent pas d’emploi »... C’EST LE RETOUR DU S.T.O. !

Cette déclaration est humiliante et infantilisante, elle est insupportable pour celles et ceux qui ont été licenciés comme des moins que rien par des affairistes et des firmes décomplexées. Ces propos d’un ministre socialiste, dont le grand-père (radical-socialiste) a été un acteur important de 1936, sont une véritable déclaration de guerre mais aussi une source d’arguments favorables à l’extrême-droite qui ré émerge à chaque grande crise du capitalisme et qui grandit sur le terreau de la misère sociale et des promesses populistes vers le lumpenprolétariat (partie du prolétariat constituée par ceux qui ne disposent d’aucune ressource et caractérisée par l’absence de conscience de classe), en brandissant son slogan historique qu’est « l’invasion des étrangers qui prennent le travail des français »...

De double peine en double peine, des millions de travailleurs sont donc montrés du doigt et ciblés comme des êtres fainéants et des sous-hommes incapables de se prendre en charge... pendant que des dizaines de milliards sont accordées aux entreprises qui sont à l’origine de cette catastrophe humanitaire qu’est la destruction massive des emplois dans ce pays, et alors qu’on apprend que les dividendes reversés aux actionnaires ont augmenté de 20% au premier semestre de 2014 par rapport à ceux de 2013. On apprend aussi qu’une filiale d’une immense multinationale du BTP qui se fait des milliards sur les autoroutes, les ponts, les prisons, les stades... va proposer aux salariés de travailler 42 heures mais d’être payés 35h00 pour éviter 700 licenciements, et qu’une autre de la métallurgie, spécialisée dans le laminage de tôles à froid, entend supprimer les RTT, modifier les postes, remettre en cause les acquis pour sauver 600 emplois... mais chez Continental, après avoir tout accepté, les salariés ont tout perdu jusqu’à leurs emplois... et maintenant Rebsamen voudrait les radier... la triple peine et le S.T.O. !

On comprend mieux que Montebourg, Hamon, Filippetti... et bientôt Taubira, ont quitté ce navire amiral qui coule après avoir été torpillé par le capital... Cela démontre une fois de plus que la social-démocratie est dans sa phase ultime, celle qui comme en 1932-33 en Allemagne, en 1938-39-40 en France... a permis l’accession des fascistes au pouvoir... la social-démocratie des traîtrises, des compromissions et des parjures n’a été mise au pouvoir, dans les années 1930-40-50-80 et 2000... que pour détruire la seule force antagoniste au capitalisme, qu’est le communisme.

Et pourtant, comme il y a quelques mois lors des élections municipales, dans quelques semaines pour les sénatoriales et quelques trimestres pour les élections régionales et départementales, des chartes de bonne conduite seront signées entre cette gauche libérale et les partis à leur gauche, avec l’argument de la montée de l’extrême-droite. Oubliant la politique du gouvernement, celle des va-t’en guerre Hollande et Fabius, oubliant les déclarations de Valls devant le Medef, de Macron contre les droits sociaux, et aujourd’hui de Rebsamen contre les chômeurs... pour signer des pactes de non-agression pour sauvegarder des postes, des fauteuils, des avantages... « Partenariats » comme ils savent le dire sans l’expliquer. Et en cas de défaite ou de recul, ces politiciens qui ne font de la politique que pour apparaître et exister (même si une infime partie est honnête) en voudront à ce peuple victime d’un capitalisme sans pitié, diront que les gens ne comprennent rien, les infantiliseront exactement comme Rebsamen vient de le faire avec les chômeurs, voire ils en voudront aux étrangers venus tenter de survivre dans cette 5ème puissance économique qui, à ce rythme, ne sera même plus dans les dix premières puissances d’ici 6 années.

Nous le répétons, notre avenir est entre nos seules mains, c’est notre organisation qui fera la différence, il faut donc choisir son côté de la barricade car rapidement elles vont s’ériger.

Cercle Ouvrier du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais

n°128/02/09/14

comibase@gmail.com - http://joukov.eklablog.com/

URL de cet article 26839
  

Même Thème
SALARIÉS, SI VOUS SAVIEZ... DIX IDÉES RECUES SUR LE TRAVAIL EN FRANCE
Gérard FILOCHE
« Le droit du licenciement doit être assoupli », « les 35 heures n’ont pas profité aux salariés », « les charges sociales sont trop lourdes », « les fonctionnaires sont des privilégiés », « à terme, on ne pourra plus financer les retraites », etc. Telles sont quelques-unes des idées reçues qui dominent le débat public sur le travail en France. En dix réponses critiques, chiffres à l’appui, Gérard Filoche bat ici en brèche ces préjugés distillés par la vulgate néolibérale pour tenter de liquider un siècle de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est très dur d’être libre lorsqu’on est acheté et vendu sur le marché. Bien sûr, ne leur dites jamais qu’ils ne sont pas libres, parce qu’alors ils vont se mettre à tuer et estropier pour prouver qu’ils le sont. Pour sûr, ils vont vous parler, et parler, et parler encore de droits individuels. Mais lorsqu’ils voient un individu libre, ça leur fout les jetons.

Jack Nicholson, dans le film "Easy Rider"

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.