Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

17 

Rire jaune et colère noire : ne nous rejoignez pas !

Rire jaune, oui… L’expression est bien de circonstance quand les politiciens et les médias aux ordres, dans un concert de vierges effarouchées, s’indignent des « suicidez-vous » criés en manif à nos tortionnaires et pleurent des larmes de crocodiles pour des feux de poubelles. Des feux qui n’ont pas le pouvoir, eux, de débloquer un milliard en quelques heures pour une vie digne pour tous.

Rire jaune, encore, en lisant le tweet d’Alexis Kraland : « Sorti d’une garde-à-vue de 8h parce qu’à gare du nord j’ai refusé de lâcher ma caméra à un policier dont le collègue affirmait que c’est une "arme par destination". Ils ont donc matraqué ma main qui la tenait avant de m’interpeller pour "rébellion de palpation" ».

Rire jaune, toujours, quand nous vivons en direct l’arrestation de Gaspard Glanz, de Taranis News et que nous découvrons le verdict : interdiction d’exercer son métier, notamment le 1er Mai, mais également tous les samedis, jusqu’à son procès en octobre, le condamnant ainsi à la mort économique…

Rire jaune, enfin, pour cette enquête diligentée pour rechercher les prétendus coupables d’un slogan de manif repris par quelques-uns aux côtés de tant d’autres qui crient à leur bourreaux « rejoignez-nous ».

Il faudra bien finir par accepter de regarder le réel, aussi absurde qu’il soit. En France, aujourd’hui, on arrête et condamne des journalistes, on assassine une innocente qui ferme ses volets, on mutile des manifestants, on recherche les coupables d’un cri de rage, mais on laisse les véritables crimes impunis.

La mort, les mains arrachées, les personnes éborgnées, les blessés graves, les interpellations injustes qui se déroulent dans une violence inouïe, les insultes racistes et homophobes, l’humiliation… Impunité totale !

Le droit de manifester et la liberté de la presse abolis… Impunité totale !

Tout ça dans un assourdissant concert de silence par ceux-là même qui pleurnichent sur un slogan et nous demanderont, dans la foulée, de voter pour eux, de regarder leurs émissions débilitantes, de lire leurs journaux propagandistes, de consommer leur bouffe glyphosatée, d’acheter leurs produits en toc fabriqués par des enfants à l’autre bout du monde… Pour faire durer encore quelques années un système qui tue l’Humanité à petit feu.

Comment est-il possible de s’indigner sincèrement de la colère envers les flics ? Lequel d’entre-eux a pleuré Zineb, qui est allé voir la famille, qui a manifesté une once de compassion ? Qui a avoué sa culpabilité pour Geneviève ? Qui a provoqué les blessures à vie ? Qui, chaque samedi, commet des actes indignes, violents, barbares, contre des innocents ? Qui s’en repend ?

Personne, absolument personne. Personne n’a émis le moindre regret, c’est même tout le contraire.

Depuis 23 semaines, depuis 161 jours, mais en fait depuis bien plus longtemps encore, se succèdent, ininterrompus, des actes infâmes, des abus de pouvoir, la violence policière. Jusqu’à plus soif !

Sur un plateau télé, un responsable syndical lâche un « c’est bien fait pour sa gueule » à propos d’un Gilet Jaune amputé d’une main par un tir de flic, alors qu’à la radio, un ancien ministre demande qu’ils « se servent de leurs armes une bonne fois ».

Les menaces de mort défilent entre deux insultes « vieille truie, le premier qui avance il est mort, sale merde, pas de quartier, faut tirer, on va vous brûler la gueule, quand je te dis qu’il faut aligner deux trois bastos… ».

Brice Couturier recommande publiquement, sur Twitter, le suicide à un Gilet Jaune, mais on fait mine de s’indigner quand c’est crié par des manifestants nassés, gazés et frappés des heures durant sur une place transformée en souricière. Tout est filmé, documenté, diffusé, à n’en plus pouvoir.

Aucun coupable, aucune enquête n’a abouti ! Aucune n’aboutira jamais, soyez-en sûrs.

La REM lâche régulièrement son petit mot déplacé sous l’oeil goguenard des autres partis qui se gaussent, Castaner culpabilise les victimes et félicite chaque semaine les responsables de ces barbaries, Nunez court les plateaux pour assener qu’il n’y a pas de violence policière, Macron bidonne ses déplacements avec la complicité de CNews et tous se taisent et détournent les yeux. Ce sont des lâches !

Le point de non retour est franchi.

Le gouvernement donne des ordres iniques à des robots sans âme qui les exécutent avec jubilation, se transformant de fait en une milice barbare. Chacun peut le voir, tout le monde le sait, mais aucun plumitif à la petite semaine, aucun de ces « éditorialistes » de salon, aucun « artiste bankable », aucun politicien professionnel n’en souffle mot. Et pour cause. Sans cette milice aux ordres, le gouvernement tombe, le système s’écroule et ils sont tous balayés ! Tous, sans exception !

Ce jour viendra, qu’ils en soient assurés, nous y travaillons sans relâche et n’allons pas cesser. Leurs indignités renforcent chaque jour notre colère et notre détermination.

Mais d’ici là, qu’ils et elles le sachent bien, nous ne voulons pas des flics dans nos rangs !

Nous ne voulons pas qu’ils nous rejoignent, c’est trop tard, les limites ont été franchies il y a des années déjà. Les actes d’hier dans ce qu’ils nomment, en se pinçant le nez, « les banlieues » et ceux d’aujourd’hui confirment ce que nous savons déjà tous : les flics, dans leur immense majorité, ont choisi leur camp.

Celui du pouvoir, celui qui donne les ordres abjects sans se salir les mains, celui du racisme social, de la justice de classe, de la violence gratuite, celui des consignes obscènes et discriminatoires. Celui d’un état qui ne tue pas seulement physiquement mais qui tue en muselant, en interdisant de penser, en privant de liberté, en emprisonnant pour une opposition.

Celui d’un état policier en marche… ou crève !

Ne nous rejoignez pas ! Continuez de servir l’ordre établi, continuez la sale besogne que vous faites salement, tout ça ne durera pas. Mais surtout, surtout, ne nous rejoignez pas !

Nous n’avons pas les mêmes valeurs, pas les mêmes colères, pas les mêmes indignations, nous n’avons rien à donner à ceux qui mutilent, tuent, blessent, insultent, humilient, si ce n’est notre mépris, notre rage, et notre colère. Nous ne sommes pas semblables.

Quand le Landerneau de la bienpensance qui couvre vos agissements illégaux de ses indignations à géométrie variable s’offusque pour un suicidez-vous, nous sommes indignés pour des morts, des blessés, le droit de manifester dissous, la liberté de la presse abolie.

Nous nous révoltons pour tous ceux qui ne peuvent pas vivre dignement.

Nous pleurons cette femme somalienne condamnée à mourir dans la rue, comme nous pleurons toutes celles et ceux qui misèrent dehors.

Nous hurlons de douleur chaque fois qu’un être humain, l’un des nôtres, se noie en mer.

Nos coeurs révoltés volent vers tous ceux qui subissent la violence, la guerre, la peur, la discrimination, l’humiliation, la honte, le désespoir… ici, en Palestine, en Birmanie, au Soudan, en Somalie, au Yémen… Partout où ceux qui sont vos clones, sèment la désolation et la mort…

Alors non, surtout, ne nous rejoignez pas ! Nous n’avons pas besoin de vous, nous ne sommes pas comme vous.

Nous sommes peut-être des riens, et pourtant nous sommes tout à la fois le feu et la colère, la lave et la rage, la glace et la volonté, déterminés à ne plus céder une once de tout ce que vous entendez voler et détruire.

Demain, après demain, dans nos manifs, il y aura mille Gaspard, mille Alexis, mille Zineb et nous serons de plus en plus nombreux pour vous faire rire jaune, à votre tour.

Nikita et Camille

URL de cet article 34841
   
Éric Dupont-Moretti : "Condamné à plaider"
Bernard GENSANE
Il a un physique de videur de boîte de nuit. Un visage triste. De mains trop fines pour un corps de déménageur. Il est toujours mal rasé. Il sera bientôt chauve. Parce que ce ch’ti d’origine italienne est profondément humain, il est une des figures les plus attachantes du barreau français. Il ne cache pas sa tendance à la déprime. Il rame, il souffre. Comme les comédiens de boulevard en tournée, des villes de France il ne connaît que les hôtels et ses lieux de travail. Il a décidé de devenir avocat le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On l’appelle le "Rêve Américain" parce qu’il faut être endormi pour y croire.

George Carlin


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.