RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


« Rubberhose cryptography » et l’idée derrière Wikileaks : Julian Assange, étudiant en physique

"Il n’y a pas de crime, il n’y a pas d’esquive, il n’y a pas de ruse, il n’y a pas d’escroquerie, il n’y a pas de vice qui ne vive pas dans le secret". - Joseph Pulitzer

Le dernier dîner que Julian Assange a eu dans une relative liberté, le 18 juin 2012, était une pizza à emporter et du vin rouge bon marché avec quelques uns de l’équipe de Wikileaks et moi-même dans un petit appartement de Londres, pour discuter des développements possibles de la politique américaine pour la décennie à venir. Le lendemain matin, il est entré dans l’ambassade équatorienne pour demander l’asile politique ; il n’a pas vu la lumière du soleil depuis.

J’ai rencontré Julian pour la première fois au Redmond Barry Physics Lecture Theatre dix ans plus tôt, en 2002, lors de notre premier jour à l’université de Melbourne. Le conférencier, l’affable professeur Geoff Opat, aux cheveux bouclés et aux lunettes à monture épaisse, avait, au cours de cette première heure, transformé le thème des "unités" - de longueur, de temps et de masse - en un puissant concept d’"analyse dimensionnelle", une méthode permettant de répondre aux problèmes de physique en déterminant simplement les unités sous-jacentes en jeu. Cette technique a ensuite été appliquée pour comprendre l’opposition structurelle à la transparence du gouvernement.

The Melbourne University 1st year Advanced Physics Class, 2002. Photo : Niraj Lal

Julian a suivi deux autres matières en plus de la physique ce premier semestre 2002 - les mathématiques avancées et un cours de philosophie de première année intitulé "Pensée critique - l’art du raisonnement". Nous avons partagé les trois cours, mais c’est au cours d’une discussion à l’heure du déjeuner, après le cours de philosophie, assis sur les marches de grès du Old Quad de l’université de Melbourne, que je l’ai entendu pour la première fois parler de l’application de la pensée critique aux questions politiques. Il travaillait sur un projet qu’il a appelé "Rubberhose Cryptography" - une méthode permettant à toute personne possédant des informations numériques de valeur de "nier de manière plausible" qu’elle les possède si quelqu’un la menace avec un épais tuyau en caoutchouc.

Julian a posé la question suivante : si un journaliste ayant divulgué des informations stockées sur une clé USB était interrogé sur son contenu par une agence de renseignement étrangère, y a-t-il un moyen pour que la cryptographie permette au journaliste de ne pas les donner ? Même si l’agence de renseignement utilisait un épais tuyau en caoutchouc pour les lui arracher ?

La réponse, bien sûr, est que les agences disposent de divers moyens d’extraction des informations qui sont presque toujours efficaces si on leur laisse suffisamment de temps ; les tuyaux en caoutchouc ne sont qu’une mesure initiale rudimentaire avant de pouvoir utiliser des techniques plus persuasives. Mais Julian a découvert que la cryptographie peut jouer un rôle dans le soutien de la résistance. La cryptographie Rubberhose Cryptography a formé le noyau de TrueCrypt - un programme où les dossiers d’un disque peuvent être protégés par un mot de passe, mais où les dossiers eux-mêmes peuvent contenir des dossiers cachés qui ne sont révélés que par un autre mot de passe - mais où (et voici le hic) il n’y a pas moyen de déterminer si tous les dossiers ont été découverts.

Un tel programme permet un "déni plausible" - où un journaliste pourrait révéler un mot de passe pour une petite partie d’informations sensibles, tout en sachant qu’il est plausible (et invérifiable) que ce soit tout ce qu’il a à révéler (même si le dossier cache des quantités beaucoup plus importantes d’informations sensibles). Rubberhose et ensuite Truecrypt ont formé la base des programmes de cryptage à la volée qui sont utilisés par les services de renseignement du monde entier encore aujourd’hui.

Fin 2002, deux choses se sont produites : le monde occidental a organisé les plus grandes manifestations jamais vues depuis une génération contre la guerre en Irak, et la Melbourne Physics Students Society s’est rendue à Ceduna, dans la lointaine Australie du Sud, pour assister au phénomène physique unique d’une éclipse solaire totale qui devait traverser cette ville lors de sa brève traversée de l’Australie.

Protestions contre la guerre en Irak, State Library of Victoria, Australie. Photo : Niraj Lal

Ces manifestations ont fait descendre dans les rues du pays des millions d’Australiens de tous les milieux et de toutes les convictions politiques pour protester contre le lien ténu entre Al-Qaïda et l’Irak, les armes de destruction massive et la poursuite du programme de George H.W. Bush par son fils, aidé volontiers par le Premier ministre australien nouvellement élu, John Howard. L’euphorie initiale de la solidarité des manifestants se transformera plus tard en cynisme quant à un engagement civique régulier. Si un million de manifestants australiens ne pouvaient pas empêcher une nation de s’engager dans une guerre illégale, qu’est-ce qui le pourrait ? Julian et une poignée d’étudiants en mathématiques et en physique ont ensuite appliqué leurs compétences fraîchement acquises à la pensée critique pour tenter de trouver une réponse.

Si les protestations étaient indéniablement mondiales, l’éclipse solaire, en revanche, ne l’était pas. Dans un convoi routier organisé par la Melbourne Uni Physics Students Society, une trentaine d’étudiants en physique de l’université sont partis cahin-cahan depuis Parkville, en passant par la Great Ocean Road, Adélaïde et la petite ville de campagne de Ceduna, que traverserait l’"arc de totalité" de l’éclipse.

The Melbourne Uni Physics Students Society, embourbés près de Ceduna. Photo : Niraj Lal

Julian, moi-même et trois autres étudiants de première année nous sommes entassés dans un vieux break Toyota Camry rouge, écoutant un mélange de rock des années 90 et de la musique éclectique de Julian qui nous a fait découvrir les airs de Tom Lehrer, des Monty Python (the Galaxy Song), et d’une chorale nord-américaine pittoresque qui chantait "Ampere’s Law of Electromagnetism" que nous venions de découvrir que nous allions étudier en deuxième année de physique. Nous étions une bande d’intellos en voyage d’été, qui s’amusaient comme des fous.

Une éclipse totale est l’une des curiosités de notre planète - une étude trop rapide dans l’immobilité et un rappel profond que nous ne sommes en réalité que des "fantômes conduisant des squelettes recouverts de viande et faits de poussière d’étoile sur un caillou filant à travers l’espace".

Les deux événements étaient peut-être des études sur les trajectoires inaltérables du mouvement structurel qui dit que les humains ne sont pas capables de dévier de leur trajectoire prédéterminée.

En 2004, Julian a participé au premier concours national australien de physique qui s’est tenu à l’ANU où j’étudie actuellement. Il est resté avec moi chez sa petite amie de l’époque, doctorante en mathématiques à l’ANU, et il a mentionné qu’en plus de la physique et des mathématiques, il apprenait les neurosciences et les nouveaux outils analytiques empiriques appliqués pour explorer les fondements physiologiques de la conscience, ainsi que des exemples pratiques de cryptographie pour le journalisme.

En 2005, j’ai reçu de lui un courriel de diffusion décrivant l’idée qui sous-tend Wikileaks. Il était déjà clair à l’époque qu’une idée révolutionnaire était née.

L’analyse actuelle de Wikileaks se concentre souvent sur l’influence politique, la Russie, Trump, Clinton et l’élection présidentielle américaine de 2016. Les articles sur Julian sont généralement centrés sur les allégations suédoises désormais annulées, la géopolitique de son incarcération, la substance des mises en accusation du Grand Jury américain ou la légalité de l’extradition britannique.

Mais ils se concentrent rarement sur l’idée de Julian derrière Wikileaks - non seulement les fuites elles-mêmes et les changements qu’elles ont entraînés, mais aussi le formidable concept de surveillance appliqué au pouvoir structurel. Cet article a pour but de contribuer à corriger ce déséquilibre, en offrant quelques perspectives personnelles sur Julian en tant que penseur, sur sa motivation à exploiter les outils de la cryptographie pour renforcer le quatrième pouvoir, et sur ses importantes réalisations pour mettre en lumière les influence structurelles au XXIe siècle. Si l’analyse de l’éventuelle extradition britannique est ce que vous recherchez, la lettre ouverte des avocats d’Assange est un excellent début : https://www.lawyersforassange.org/en/open-letter.html [version française ici https://www.legrandsoir.info/lettre-ouverte-au-gouvernement-britannique.html ]

Pour une analyse du soutien australien en constante augmentation, les Amis parlementaires de Julian Assange, dirigés par le député Andrew Wilkie et composés de 24 députés (dont Barnaby Joyce et George Christensen), disposent d’informations détaillées : https://www.assangecampaign.org.au/bring-julian-home-campaign/

Cet article se concentre plutôt sur le concept de transparence appliqué proportionnellement au pouvoir structurel. Et la bataille arrive enfin à son terme. La discussion sur Julian ou Wikileaks ne peut plus porter sur autre chose que la persécution de la liberté de la presse, et la crainte que les comportements institutionnels contraires à l’éthique soient exposés pour ce qu’ils sont.

"Détruire ce gouvernement invisible, salir l’alliance impie entre les entreprises et la politique corrompues est la première tâche de l’homme d’État de l’époque" a écrit Theodore Roosevelt dans son autobiographie en 1913. Cent ans plus tard, la tâche est toujours devant nous.

Julian a fait valoir que la plus grande réussite de Wikileaks n’est pas l’exposition de 15 000 morts civiles non signalées en Irak. Ni la corruption au Kenya, en Inde, en Arabie Saoudite, au Pakistan, au Yémen et dans d’innombrables autres pays du monde. Ni l’exposition de l’Église de Scientologie, ou du Parti national britannique, ou du filtre Internet de Stephen Conroy, ou le comportement de Barclays, Kaupthing et de la banque Julius Baer. Ni la documentation de générations de fidélité politique mondiale envers le Département d’État américain. Ni l’exposition de la vaste surveillance privatisée à travers les continents.

La plus grande réussite de Wikileaks est d’avoir braqué les projecteurs de la surveillance sur ceux qui exercent un pouvoir structurel. Pour contribuer à créer un monde où les personnes qui font du mal au nom du public seront découvertes. Faire en sorte que les gouvernements du futur s’arrêtent avant de s’engager dans des actions contraires à l’éthique, illégales ou inconstitutionnelles. Faire en sorte que ceux qui commettraient des actes d’atrocité envisagent la possibilité d’une exposition future. Qui contrôle la police, si ce n’est pas les citoyens ?

Woodrow Wilson, le 28e président des États-Unis d’Amérique, a écrit en 1914 : "Ce n’est plus un gouvernement par libre choix, plus un gouvernement par conviction et par vote de la majorité, mais un gouvernement par l’opinion et la contrainte exercée par de petits groupes d’hommes dominants".

Mais la nature de cette domination a été obscurcie et oubliée au fil du temps, cachée et justifiée par l’intégration constante des intérêts commerciaux dans le tissu du discours national. Parmi les exemples australiens récents de cette intégration, on peut citer l’ancien ministre de la défense Brendan Nelson, qui a permis à un fabricant d’armes de parrainer le Mémorial australien de la guerre avant d’accepter un poste de conseiller de Boeing, la nomination de l’ancien ministre de l’énergie et des ressources Martin Ferguson au poste de président du conseil consultatif de l’Australian Petroleum Production and Exploration Association, et la nomination de l’ancien Premier ministre Tony Abbott au poste de conseiller du Board of Trade du Royaume-Uni.

Il est curieux de constater qu’alors que la création d’une commission nationale indépendante contre la corruption en Australie fait l’objet d’un recul important et que des attaques sans précédent sont lancées contre les dénonciateurs dans tous les domaines, de l’armée à la gouvernance d’entreprise en passant par la finance, on assiste en même temps à une augmentation extraordinaire de la surveillance de nos propres vies.

Edward Snowden, qui a révélé l’étonnante surveillance mondiale exercée par l’alliance de renseignement des Five Eyes entre le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie, écrit à propos de ce phénomène de manière succincte :

"Dire que vous ne croyez pas à la vie privée parce que vous n’avez rien à cacher, c’est comme dire que vous ne croyez pas à la liberté d’expression parce que vous n’avez rien à dire".

Accepter la surveillance signifie penser que personne ne devrait jamais avoir quelque chose à cacher légitimement à notre gouvernement - ni les journalistes, ni les juges, ni les politiciens, ni les amants, ni les enfants, ni même la police elle-même. Sept ans après les révélations de Snowden, la cour d’appel américaine du neuvième circuit a jugé que le programme de traçage téléphonique sans mandat qui a secrètement collecté les relevés téléphoniques de millions d’Américains violait la loi américaine Foreign Intelligence Surveillance Act et pourrait bien avoir été inconstitutionnel.

Une nation sous caméras de surveillance - Artist : Banksy | Photo : oogiboog | CC-BY-SA

Julian, Edward et la communauté cypherpunk plus largement soutiennent que ce ne sont pas les lettres d’amour qui devraient être surveillées, ni les messages sur facebook, ni les appels téléphoniques des familles, mais les décisions de déclencher des guerres illégales, les conversations pour négocier des accords de libre-échange qui sont tout sauf cela, l’analyse qui conduit à des installer des bases étrangères sur le sol australien, et les accords d’un milliard de dollars entre les gouvernements et les fabricants d’armes pour des équipements militaires dont l’utilité paraît douteuse.

Si le niveau de surveillance actuelleavait été la même il y a 40 ans, voilà quoi cela aurait ressemblé :

Les postiers australiens ouvrent à la vapeur toutes les enveloppes au bureau de poste, les photocopient, les conservent dans un dossier (au cas où nous commettrions un futur crime) et les referment pour les faire suivre. Telecom Australia place des mouchards sur nos téléphones et enregistre chacun de nos appels. Chaque annuaire enregistre chaque adresse que vous avez cherchée. Chaque vendeur enregistre tous nos achats, au cas où une agence de renseignements voudrait les examiner. Tout cela sans contrôle judiciaire.

Aurions-nous permis cela dans un monde sans Internet ? Notre utilisation de l’internet signifie-t-elle que nous devons nous résigner à cette surveillance ? Il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. Certainement pas sans une surveillance accrue de ceux qui nous observent, qui engagent nos hommes et nos femmes dans la guerre et qui dépensent nos impôts. Wikileaks a fourni un moyen de faire basculer le pendule de la surveillance dans l’autre sens.

Donald Rumsfeld nous a emboruillés en 2002 quand il a parlé des "choses que nous savons savoir" – (des choses qu’on trouve sur Wikipédia), et les "choses que nous savons ne pas savoir" - (recherche universitaire). Mais c’est la catégorie des "choses que nous savons ne pas savoir" sur laquelle nous n’avons pas de visibilité et que la société devrait peut-être en avoir. Ce sont les choses que certains connaissent mais pas tout, les informations restreintes censées être cachées, et les choses que nous avons oubliées. Une grande partie de ces informations sont dissimulées par la classification et le secret, ou noyées dans le torrent de la télévision commerciale. Mais il est heureux que nous ayons des institutions qui se consacrent à la divulgation de ces informations qui sont dans l’intérêt général.

Wikileaks n’aurait pas dû être une idée aussi révolutionnaire qu’elle ne l’était. Le rôle qu’il joue est ce que le journalisme devrait faire de toute évidence. Le fait qu’il ait créé une telle agitation démontre l’état de misère des médias actuels. Mais l’idée derrière Wikileaks est une idée qui ne peut pas être arrêtée. La plupart des grandes organisations de presse ont maintenant chacune mis en place leur propre version de la "Secure Drop Box" de Wikileaks - l’équivalent numérique de la possibilité de laisser une enveloppe grise sur un banc de parc. Mais si ces techniques sont nouvelles, les principes qui les sous-tendent sont anciens :

"Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être mis au jour." - Marc 4:22

Un manque de transparence entraîne une méfiance et un profond sentiment d’insécurité. - Le 14ème Dalaï Lama

En 2009, alors que je terminais mon doctorat en physique au laboratoire Cavendish de Cambridge et que Wikileaks publiait The Afghan War Diary et la Public Library of Democracy, je suis resté avec Julian à Ellingham Hall à Norfolk où il était assigné à résidence en attendant d’être interrogé par les autorités suédoises sur les accusations de deux femmes.

Je ne suis pas sûr d’avoir ma place en tant qu’homme dans la discussion des allégations d’inconduite sexuelle d’une femme contre un homme. Depuis quelques années, j’ai eu une fille, accompagnée d’une prise de conscience croissante du pouvoir structurel du patriarcat que cela entraîne. Mais la déclaration du rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, le professeur Nils Melzer, titulaire de la chaire des droits de l’homme à l’Académie de droit international humanitaire de Genève, devrait nous amener à nous demander si d’autres structures de pouvoir institutionnalisées sont en cause :

"Je n’ai jamais vu un cas comparable. N’importe qui peut déclencher une enquête préliminaire contre une autre personne en allant simplement à la police et en accusant l’autre personne d’un crime. Les autorités suédoises n’ont cependant jamais été intéressées par le témoignage d’Assange. Elles l’ont délibérément laissé dans l’incertitude".

"Et de la plaignante : alors qu’elle se trouvait encore au poste de police, elle a écrit un SMS à un ami disant qu’elle ne voulait pas incriminer Assange, qu’elle voulait juste qu’il passe un test VIH, mais que la police était apparemment intéressée à "mettre la main sur lui". La police a écrit sa déclaration et en a immédiatement informé le ministère public. ... deux heures plus tard, un titre est apparu en première page d’Expressen, un tabloïd suédois, disant que Julian Assange était soupçonné d’avoir commis deux viols".

"Je parle couramment le suédois et j’ai donc pu lire tous les documents originaux. Je pouvais à peine en croire mes yeux : Selon le témoignage de la femme en question, un viol n’avait même jamais eu lieu. Et ce n’est pas tout : Le témoignage de la femme a ensuite été modifié par la police de Stockholm sans qu’elle ne soit impliquée, afin de faire croire à un éventuel viol. J’ai tous les documents en ma possession, les e-mails, les SMS". [1]

"Finalement, j’ai compris que j’avais été aveuglé par la propagande et qu’Assange avait été systématiquement calomnié pour détourner l’attention des crimes qu’il avait révélés. Une fois qu’il avait été déshumanisé par l’isolement, le ridicule et la honte, tout comme les sorcières que nous avions l’habitude de brûler sur le bûcher, il était facile de le priver de ses droits les plus fondamentaux sans provoquer l’indignation de l’opinion publique mondiale [2].

Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, professeur Nils Melzer, titulaire de la chaire des droits de l’homme à l’Académie de droit international humanitaire de Genève

Les allégations suédoises sont caduques et n’ont pas été renouvelées. Il est dommage pour toutes les personnes impliquées qu’elles ne soient jamais entendues, tant pour les femmes que pour Julian. Les faits officiels convenus de l’affaire et les témoignages sont disponibles en ligne si cela vous intéresse [3], mais Julian est maintenant en détention pour la seule raison que les États-Unis ont demandé son extradition du Royaume-Uni.

Assignation à résidence, Ellingham Hall, UK, 2011. Photo : Niraj Lal

La période d’assignation à résidence de Norfolk a été douloureuse pour Julian ; il a été obligé de porter un bracelet autour de sa cheville et de se présenter au poste de police le plus proche tous les matins à 10 heures, mais il y avait aussi d’autres restrictions. En juillet 2011, il a fêté son 40e anniversaire à Ellingham Hall - mon groupe de jazz y a joué de la musique, et de nombreux partisans, certains célèbres, d’autres secrets, y ont assisté - tous conscients de la grande lutte qui se jouait entre un journaliste déterminé à exposer les laides vérités du pouvoir structurel et la vaste machinerie de l’armée américaine.

Nous sommes restés en contact grâce à son assignation à résidence, son séjour à l’ambassade, et plus tard grâce au Conseil national fondateur du Parti Wikileaks australien - la tentative de faire élire Julian au Sénat australien en 2013.

La tentative a échoué de façon spectaculaire, en grande partie à cause des difficultés à diriger et à organiser un parti politique naissant à distance (dans les jours précédant la COVID, avant que nous ne soyons tous habitués aux réunions de Zoom). Mais l’histoire a continué.

Rassemblement pour les droits des réfugiés et demandeurs d’asile, Melbourne Juillet 2013, Photo : Takver | CC-BY-SA

Julian a déménagé d’Ellingham, et le gouvernement américain a généré un acte d’accusation du Grand Jury contre lui. Le matin du 19 juin 2012, Julian a demandé et obtenu l’asile à l’ambassade équatorienne par le président Rafael Correa, qui a fortement soutenu le travail de Wikileaks pour exposer l’influence américaine en Amérique du Sud, et l’un des dirigeants nationaux les plus appréciés que Julian a interviewé dans sa série télévisée "The World Tomorrow" alors qu’il était assigné à résidence.

Mais le mandat de Correa a pris fin, et à sa place se trouvait le nouveau président Moreno, plus favorable aux demandes américaines d’expulsion de Julian, peut-être liées à l’octroi ultérieur de plus de 4 milliards de dollars d’aide multilatérale par des institutions américaines affiliées [4], ou au rôle de Wikileaks dans la divulgation des documents de l’INA qui comprenaient des détails sur les comptes secrets de Moreno [5]. [Wikileaks a nié avoir joué un rôle - NdT]

L’immunité diplomatique de Julian a été révoquée par l’Equateur le 11 avril 2019, et la police britannique a été invitée à l’ambassade où elle a arrêté Julian pour violation de la loi sur la liberté sous caution, le condamnant à 50 semaines de prison. Le même jour, le gouvernement américain a finalement levé les scellés d’un acte d’accusation du District Est de Virginie contre Julian pour intrusion informatique présumée liée aux fuites fournies par Chelsea Manning. Le 23 mai 2019, le gouvernement américain a de nouveau inculpé Julian pour violation de la loi sur l’espionnage de 1917, révélant ainsi la fin de la bataille et le véritable défi à la liberté de la presse dans le monde.

L’objectif de la loi sur l’espionnage est de "punir les actes d’ingérence dans les relations étrangères et le commerce extérieur des États-Unis, de punir l’espionnage et de mieux faire appliquer les lois pénales des États-Unis, ainsi qu’à d’autres fins".

Le fait qu’un journaliste australien, publiant des documents qui révèlent des crimes de guerre, puisse être inculpé en vertu de la loi américaine sur l’espionnage, alors qu’il ne se trouve pas sur le sol américain, est un signal d’alarme pour le monde entier. Si Julian Assange et Wikileaks peuvent être inculpés en vertu de cette loi, il en va de même pour The Guardian, le New York Times et tous les médias qui ont publié des câbles Wikileaks ou qui publieront à l’avenir des documents américains.

Julian est le journaliste australien le plus récompensé au niveau international. Peut-être le journaliste le plus récompensé au monde de tous les temps. Il a reçu le prix Walkley 2011 pour la plus grande contribution au journalisme, le prix The Economist New Media 2008, le prix Amnesty International UK Media Awards 2009, le prix Time Person of the Year 2010, le choix des lecteurs, le prix Sam Adams 2010, la médaille d’or de la Sydney Peace Foundation 2011, Prix Martha Gellhorn pour le journalisme, 2013 Yoko Ono Lennon Courage Award for the Arts, 2019 Gavin MacFadyen award, 2019 Catalan Dignity Prize, 2020 Stuttgart Peace Prize, et nominé sept fois pour le prix Nobel de la paix par des membres des parlements européens et d’anciens lauréats du prix Nobel.

Le procès de Julian Assange oppose le journaliste peut-être le plus primé du monde à l’institution la mieux financée du monde. Il servira de test pour la puissance du pouvoir structurel contre la liberté de la presse. Et il est probable que le pouvoir structurel l’emportera.

George Orwell a fait une remarque à ce sujet : "plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle déteste ceux qui la disent."

Julian sera probablement extradé vers les États-Unis, et sera probablement condamné pour complot en vue de commettre une intrusion informatique, ou pour espionnage, ou les deux. Peut-être pourra-t-il retourner en Australie pour y purger sa peine s’il est reconnu coupable - comme l’a suggéré l’ancien procureur général Nicola Roxon en 2012 "si M. Assange est reconnu coupable d’un délit aux États-Unis et qu’une peine d’emprisonnement lui est infligée, il pourra demander un transfert international de prisonnier vers l’Australie" [6].

Le soutien à Julian en Australie ne cesse de croître. Le groupe parlementaire multipartite de députés dirigé par Andrew Wilkie a réuni 24 députés fédéraux, dont le soutien contre l’extradition américaine de participants aussi inattendus que George Christiansen et Barnaby Joyce :

"Si une personne commet un crime dans un autre pays alors qu’elle y est, elle doit être jugée selon ces lois. Si une personne se trouve en Australie lorsqu’elle commet un crime dans un autre pays, je ne pense pas que ce soit un cas passible d’extradition. Si elle n’était pas réellement là, si elle n’était pas présente, c’est une question qui relève du droit australien". - Barnaby Joyce [7]

La pétition pour la libération de Julian, rédigée par Phillip Adams, est la troisième plus grande pétition jamais déposée au Parlement australien, avec plus de 500 000 signataires [8].

Mais si nous pouvons écrire à nos députés et signer la pétition, il est peu probable que cela empêche l’établissement d’un précédent juridique extraordinaire, à savoir l’extradition et la condamnation ultérieure d’un journaliste non américain vers les États-Unis pour avoir dénoncé des crimes de guerre américains.

Une fois extradé, il est probable que Julian sera déclaré coupable par le tribunal du district Est de la Virginie du crime de "conspiration pour commettre une intrusion informatique" et peut-être aussi d’espionnage, un acte qui placerait chaque femme, enfant et homme de la société occidentale sous le régime autoritaire extra-territorial des États-Unis.

L’histoire de Julian, ainsi que la bravoure incroyable et continue de Chelsea Manning et d’Edward Snowden, sont les histoires de notre génération. Et nous ne devons pas oublier ces sacrifices personnels pour notre liberté collective.

Signez la pétition, contactez votre député en Australie ou au Royaume-Uni si vous avez le temps et l’énergie de le faire, mais peut-être plus efficacement, partagez un moment de tristesse lorsqu’un défenseur des droits de l’homme et de la liberté de la presse est réduit au silence par la puissance du pouvoir structurel.

"La plupart des gens, en fin de compte, choisissent de mener une vie tranquille et confortable. Nous n’avons pas envie de nous mettre dans la ligne de mire. Pourtant, nous avons une grande dette envers ceux qui le font". - Mary Kostakidis

La vérité vous rendra libre. - Jean 8:32

Niraj Lal

Son site : nirajlal.org | twitter : nirajnlal

Le Dr Niraj Lal est un physicien et un auteur basé à Melbourne.

Traduction "une de mes dernières sans doute" par VD pour le Grand Soir avec toute la tristesse habituelle en plus des fautes et coquilles.

»» https://medium.com/@niraj.lal/rubberhose-cryptography-and-the-idea-beh...

[1] https://consortiumnews.com/2020/02/10/julian-assange-wins-2020-gary-we...

[2] https://medium.com/@njmelzer/demasking-the-torture-of-julian-assange-b...

[3] https://www.scribd.com/document/80912442/Agreed-Facts-Assange-Case

[4] https://www.reuters.com/article/us-ecuador-imf/ecuador-inks-4-2-billio...

[5] https://www.washingtonpost.com/world/2019/04/11/how-ecuador-soured-assange/

[6] https://www.smh.com.au/politics/federal/assange-felt-abandoned-by-aust...

[7] https://www.assangecampaign.org.au/bring-julian-home-campaign/

[8] https://www.change.org/p/free-julian-assange-before-it-s-too-late-stop...

[9] http://www.wikileaksparty.org.au/why-i-support-wikileaks-and-the-wikil...

[10] https://www.smh.com.au/national/love-him-or-hate-him-or-simply-don-t-c...


URL de cet article 36444
   

Même Thème
In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On l’appelle le "Rêve Américain" parce qu’il faut être endormi pour y croire.

George Carlin

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.