RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
21 

Covid 19- "Allez chercher le savoir jusqu’en Chine".

La Chine a mis fin, du moins pour l'instant, à l'épidémie de Covid19. C'est une victoire stratégique. Le secret de cette victoire : elle n'a pas simplement voulu limiter l'épidémie, la gérer, comme c'est le cas dans la plupart des pays du monde où on se réjouit seulement que l'épidémie ne s'étende pas. Elle a voulu stopper, arrêter l'épidémie.

Pour la Chine, un cas de contamination est déjà un cas de trop. Une épidémie commence toujours par un cas. C’est la règle même des épidémies que beaucoup hélas ne semblent avoir comprise.

Derrière son succès, qui pourrait beaucoup nous apprendre, il y a aussi d’autres facteurs : et d’abord un facteur social, moral : on estime là-bas que la morale c’est tenir compte avant tout de l’autre, de la santé de l’autre. C’est la base du contrat social. On met alors le masque pour préserver l’autre. Ailleurs, y compris chez nous, on pourra revendiquer, au nom de la liberté, le droit de ne pas le porter. On pourra penser, en toute bonne foi, qu’il s’agit de sa propre vie et qu’on est seul en droit de décider, de la mettre en péril ou non. C’est du pain béni pour le virus.
Le témoignage sur la chaîne française LCI d’un médecin français résident en Chine, "la Chine a fait la fête après l’éradication de l’épidémie à Wuhan, mais nous en France, nous l’avons faite pendant l’épidémie. Elle a fait la rentrée scolaire après la fin de l’épidémie à Wuhan, nous, nous la faisons pendant".

C’est aussi une victoire technologique : 10 millions de tests dans la seule ville de Wuhan, pas un habitant qui n’ait été contrôlé. L’utilisation par tous des applications numériques qui font que chacun peut savoir s’il a une personne contaminée dans ses environs. Ailleurs, on se méfie des gouvernants, les théories complotistes fleurissent, le Pr Raoult vient proposer son médicament miracle de l’hydroxychloroquine à une opinion et des gouvernants crédules, on polémique à l’infini sur l’atteinte aux libertés que représentent les applications numériques. On pourra ainsi suffoquer mais avec le plaisir d’être " libre".

La Chine prend le large

En Chine, au lieu d’être un frein, cette épidémie s’est transformée en un élan technologique, social, et moral. L’activité économique n’a pas été opposée aux impératifs humains, comme cela se passe désormais un peu partout, où on envisage froidement un coût humain à l’épidémie. La liquidation de l’épidémie, la prise en compte avant tout du facteur humain, celui de la santé des populations (1) a créé un climat de confiance envers le pouvoir. L’activité économique a alors repris puissamment, démontrant par là même que les deux options, économique et humaine ne devaient pas être opposées. La Chine prend désormais le large, aussi bien sur le plan économique que technologique.

Or, dans la plupart des pays, tout se passe comme si on n’avait d’autre vision que statique, c’est-à-dire revenir à avant la Covid 19, au passé, et d’autre ambition que de lancer, dans une atmosphère irréelle, des plans de relance économique à coup de dizaines de milliards de dollars, dont on ne sait d’où ils viennent en l’absence de croissance, et sans qu’on comprenne qu’on est rentré vraiment dans une autre époque Quand donc va-t-on comprendre que cette épidémie est un test pour chaque gouvernement, pour chaque pays, pour chaque société, qu’elle déterminera leur avenir à chacun .

Pour se convaincre de la différence d’efficacité dans l’approche de l’épidémie, il suffit de considérer et de comparer la situation actuelle de la Chine avec un pays de même population comme l’Inde. Que dire aussi de la comparaison avec les Etats unis.
C’est la deuxième victoire stratégique que la Chine remporte sur une épidémie après celle de 2005 sur le virus SRAS. Elle est significative. Tout laisse, en effet, croire que dans l’avenir, ces situations épidémiques vont se répéter avec la mondialisation et le développement de la population humaine, qu’elles exigeront de nouveaux moyens technologiques et économiques, et de profondes réformes sociales.

Ne pourrait-on pas essayer d’apprendre de l’expérience de la Chine, d’y envoyer des missions d’information ? "Allez chercher le savoir jusqu’en Chine".

Pr Djamel LABIDI


(1) "La Chine a donné la priorité à la vie et à la santé de son peuple malgré les avantages économiques à court terme.." déclare Wang Hufeng, directeur du Centre d’études pour la réforme des soins de santé de l’Université Renmin de Chine.

URL de cet article 36443
  

Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"De toutes les ironies exprimées par la politique étrangère américaine, notre position vis-à -vis de Cuba est la plus paradoxale. Une forte dégradation de la situation économique a provoqué une poussée du nombre de Cubains entrant illégalement aux Etats-Unis.

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour détériorer la situation économique et ainsi accroître le flux. Nous encourageons également cet exode en accordant aux Cubains, qui arrivent illégalement ou qui s’approchent par voie de mer, un statut de résident et une assistance pour s’installer.

Dans le même temps, nous n’avons pas respecté les quotas de visas pour les Cubains désireux d’immigrer aux Etats-Unis [...] quand Castro tente d’empêcher des cubains malheureux de quitter leur pays infortuné, nous l’accusons de violer des droits de l’homme. Mais quand il menace d’ouvrir grand les portes si nous continuons à accueillir sans limites des cubains sans visas - y compris ceux qui ont commis des actes de violence pour aboutir à leurs fins - nous brandissons des menaces imprécises mais aux conséquences terribles. "

Jay Taylor, responsable de la section des intérêts américains à Cuba entre 1987 et 1990, in "Playing into Castro’s hands", the Guardian, Londres, 9 août 1994.

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.