RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Soixante-dix ans de sujétion USA/Otan (Il Manifesto)

“Si quelqu’un imagine détacher l’Italie de nos alliés historiques, que sont l’Occident et les pays de l’Otan, alors il me trouvera toujours en opposition. L’Italie, et le Movimento 5 Stelle surtout, n’a jamais dit vouloir s’éloigner de nos alliés historiques” : cette déclaration du candidat premier ministre Luigi Di Maio (à l’émission Otto et mezzo sur La7, le 16 avril), soulève une question de fond qui va au-delà du débat politique actuel. Quel est le bilan des soixante-dix années de lien de l’Italie avec ses “alliés historiques” ?

En 1949, avec le 5ème Gouvernement De Gasperi (Democrazia Cristiana-Pli-Psli-Pri), l’Italie devient membre de l’Otan sous commandement USA. Immédiatement après, en fonction des accords secrets souscrits par De Gasperi à Washington en 1947, commence l’installation en Italie de bases et forces étasuniennes, avec environ 700 armes nucléaires. Pendant 40 années, dans la stratégie USA/Otan, l’Italie sert de première ligne dans la confrontation avec l’URSS et le Pacte de Varsovie, sacrifiable en cas de guerre (les USA tiennent prêtes sur notre territoire même des mines atomiques de démolition). La guerre froide finie, avec la dissolution du Pacte de Varsovie et de l’URSS en 1991, commence pour l’Italie non pas une période de paix mais une série continue de guerres dans le sillage de son principal “allié historique”.

En 1991, avec le 6ème Gouvernement Andreotti (DC-Psi-Psdi-Pri-Pli), la République italienne participe dans le Golfe sous commandement USA à sa première guerre, violant l’Article 11 de la Constitution.

En 1999, avec le Gouvernement D’Alema (Ulivo-Pdci-Udeur), l’Italie joue un rôle fondamental, avec ses bases et ses chasseurs-bombardiers, dans la guerre Otan contre la Yougoslavie.

En 2003, avec le 2ème Gouvernement Berlusconi (Forza Italia-AN-LN-Ccd-Cdu), l’Italie commence sa participation (toujours en cours après 15 années) à la guerre USA/Otan en Afghanistan.

Toujours en 2003, avec le même gouvernement, elle participe à l’invasion de l’Irak par la coalition menée par les USA.

En 2011, avec le 4ème Gouvernement Berlusconi (PdL, LN, MpA), l’Italie joue un rôle de première importance dans la guerre Otan contre la Libye, à laquelle elle participe avec 7 bases aériennes, des chasseurs-bombardiers et des unités navales.

En 2014-2018, avec le Gouvernement Renzi (Partito Democratico, Ncd, SC, Ucd) et le Gouvernement Gentiloni (même coalition), l’Italie participe à l’escalade USA/ Otan contre la Russie, en envoyant des troupes en Lettonie et des chasseurs-bombardiers en Estonie.

En même temps ces gouvernements et d’autres cèdent notre territoire au Pentagone, qui l’utilise comme pont de commandement et de lancement pour des opérations militaires dans une très vaste aire géographique. Le Commandement des Forces navales USA Europe-Afrique à Naples-Capodichino, sous les ordres du même amiral étasunien qui commande la Force conjointe alliée à Lago Patria, couvre la moitié de l’Océan Atlantique et les mers qui baignent toute l’Europe et la Russie et presque toute l’Afrique. Les bases étasuniennes d’Aviano, Vicence, Camp Darby, Gaeta, Sigonella et la station Muos de Niscemi servent à des opérations militaires au Moyen-Orient, en Afrique et Europe Orientale.

Liée aux Etats-Unis directement à travers l’Otan -dans laquelle les USA détiennent depuis 1949 la charge de Commandant suprême allié en Europe et tous les autres commandements clé- l’Italie est privée de son pouvoir souverain en politique étrangère. Les nouvelles bombes nucléaires B61-12, que les USA installeront en Italie d’ici 2020, nous exposeront à des dangers encore plus grands.

Luigi Di Maio a signé l’Engagement Ican à faire adhérer l’Italie au Traité ONU sur l’interdiction des armes nucléaires, donc à refouler hors d’Italie les armes nucléaires USA. Va-t-il garder son engagement ou le rompre pour ne pas “détacher l’Italie” de son principal “allié historique” ?

Manlio Dinucci

Edition de mardi 24 avril 2018 de il manifesto

Traduit de l’italien par M-A P.

»» https://ilmanifesto.it/settantanni-di-sudditanza-a-usa-e-nato/
URL de cet article 33290
   

Même Thème
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Quand je vois les Fake journalistes s’en prendre aux Fake News, je me dis que c’est comme si une moitié de leur cerveau s’en prenait à l’autre. »

V. Dedaj

Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.