RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

"Solution finale" ou bien...?

Nous avons tous été réveillés d’un sommeil toxique.

Car c’est seulement dans un univers drogué qu’on peut penser qu’un peuple tout entier, comme le peuple palestinien, massacré pendant près de 80 ans, trompé par une longue série d’« accords de paix » jamais traduits dans les faits, abandonné et souvent trahi par ses « frères », enfermé dans des bantoustans entourés de murs et de barbelés, utilisé comme champ de tir par des snipers à l’entraînement ou comme laboratoire expérimental pour de nouvelles armes supertechnologiques, scientifiquement affamé... puisse accepter pour toujours cette condition inhumaine.

Parmi les nombreuses comparaisons historiques faites dans ces dernières heures (« 11 septembre », « guerre du Kippour », etc), il est stupéfiant que personne n’ait pensé à la bataille désespérée qui se rapproche le plus de « Déluge d’al-Aqsa » en ce qui concerne la logique des assiégés et celle des assiégeants  : l’insurrection du ghetto de Varsovie, avril-mai 1943.

A Gaza comme à Varsovie, ceux qui ont décidé de se battre à visage découvert contre un ennemi militairement surpuissant savaient très bien qu’ils ne pouvaient viser aucune « victoire » immédiate, et qu’ils paieraient leur rébellion d’un massacre.

Mais, à Gaza comme à Varsovie, le choix à faire était limité à deux seules solutions, tout aussi létales l’une que l’autre. Accepter d’être exterminés un peu à la fois, entre bombardement et manque de nourriture, eau, futur, ou bien se jeter tout entiers dans la bataille et laisser un avertissement – ou un exemple – au reste du monde.

Entre accepter de disparaître presque silencieusement et faire payer un prix à l’assiégeant, on a choisi la deuxième option.

Et l’assiégeant - à Gaza comme à Varsovie – réagit de la même et identique façon et selon la même logique.

Face à ce qui se présente désormais comme une insurrection du peuple palestinien, les paroles par lesquelles le ministre de la Défense israélien Yoav Gallant a motivé l’ordre d’état de siège complet sont un « manifeste de la race » en version inversée : « Nous combattons des animaux humains et nous nous comporterons en conséquence ». Il promet en somme d’utiliser Gaza comme un abattoir.

Jadis considérés comme des Untermenschen par les nazis et les racistes, les plus hauts responsables de l’« État juif » - en quoi serait-ce différent d’un « État islamique » ou « chrétien » ? - appliquent aujourd’hui le même schéma à l’égard des Palestiniens (mais pour l’extrême-droite israélienne, ce « qualificatif » devrait être étendu à tous « les Arabes »).

Et exactement comme le IIIe Reich, ils préparent la solution finale, sans plus de distinctions entre combattants (« terroristes ») et population civile.

Cette horreur ne paraît « acceptable » qu’à ceux qui sont convaincus d’avoir Gott mit uns, au-dessus et en dehors de l’humanité « normale ». A ceux qui, comme l’impérialisme occidental, s’étaient persuadés qu’ils pouvaient tranquillement disposer du monde selon leurs intérêts exclusifs, organisant coups d’État, invasions, bombardements, « sanctions », embargos, assassinats ciblés, listes de proscription.

Et face à une réalité qui voit le reste du monde ne plus accepter cette suprématie, l’Occident se découvre plus vulnérable qu’il ne l’avait cru jusqu’à maintenant. L’hystérie qui en découle commence à reproduire des caillots réactionnaires et fascistes à l’intérieur même de ses pays.

Le « suprématisme » - qui a glissé de la couleur de la peau à la résidence dans le « jardin » du bien-être – a produit ses fruits. Le monde « hors de cette enceinte », qu’un haut dirigeant européen qualifie de jungle , refuse désormais en bloc cette prétention coloniale.

Ce n’est pas un front homogène, il ne partage pas les mêmes systèmes politiques, économiques, culturels, religieux. Il présente des sujets puissants, qui agissent de façon rationnelle. Et d’autres beaucoup plus « instinctifs », réagissant plus que poursuivant des projets, désespérés, mais pas résignés.
Ils ont en commun le refus de la domination impériale et le besoin de relations internationales entre pairs – un multilatéralisme sans empereurs.

Le sommeil toxique de la domination incontestée des « jardiniers » est fini. Le séisme des révoltes dans le reste du monde n’en est qu’à ses débuts.

»» https://sinistrainrete.info/articoli-brevi/26506-redazione-contropiano...
URL de cet article 38973
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Palestine, photographies de Rogério Ferrari
Préface, Dominique Vidal - Texte, Leïla Khaled Rogério Ferrari n’est pas un reporter-photographe. Il ne scrute pas, ne témoigne pas, n’écrit pas d’images. Il s’emploie à rendre au plus grand nombre ce qu’il a reçu en partage : l’humanité tenace de celles et ceux à qui elle est déniée. Existences-Résistances est un alcool fort, dont l’alambic n’a pas de secret ; il lui a suffit de vivre avec celles et ceux qui en composent le bouquet. Au bout de ces images, point d’ivresse. Mais un silence. De ces silences (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"J’ai déjà parlé des tueries aux points de contrôle. Dans un incident, après qu’une voiture ait été criblé de balles et examinée, selon ces rapports militaires américains internes, l’homme tué était un médecin qui emmenait une femme enceinte à l’hôpital."

Julian Assange - Wikileaks
interviewé sur Democracy Now, donnant un exemple des crimes commis en Irak et révélés par Wikileaks

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.