Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Quand un seul pays (Israël) vote avec les USA et 187 contre.

SOULEVEMENT A L’ONU.

Alors que la grande, la puissante Europe s’évertue à singer les USA dans ce que la politique de ce pays a de plus étriqué, mesquin, vindicatif et égoïste, des petits pays, partout dans le monde et jusqu’à sous ses fenêtres, tiennent tête à l’Empire au nom de genre humain.
Mais des grands se dressent aussi. Dans la discussion du vote sur le blocus états-unien contre Cuba le 26 octobre 2010, trente-sept pays sont intervenus et ont plaidé pour Cuba. Parmi eux des grands « la Chine et l’Inde, qui font à eux deux presque 2,5 milliards d’habitants ; d’autres comptant plus de cent millions, comme la Fédération de Russie, l’Indonésie et le Mexique… ». Sans oublier l’Afrique du Sud qui n’a jamais cessé de dire ce que la fin de l’Apartheid et la libération de Nelson Mandela doivent à des soldats idéalistes conduits par le Che.

Redevenu simple citoyen, celui que l’on n’appelle plus comandante, mais compañero ou tout simplement Fidel, raconte avec une certaine jubilation.

LGS.

L’Assemblée générale des Nations Unies, censément la plus haute autorité politique de la planète, a été convoquée, le mardi 26 octobre, pour analyser une résolution si réitérée qu’elle en est devenue familière : « Nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier appliqué à Cuba par les États-Unis d’Amérique », la résolution la plus débattue, la plus votée dans l’histoire de cette Organisation, mais jamais encore mise en oeuvre à ce jour.

Si une telle accusation était portée contre Cuba ou tout autre pays latino-américains et caribéen et que celui-ci fasse aussi résolument la sourde oreille, on tirerait sur lui, on le sait, à boulets rouges. Le droit international qualifie d’ « acte de génocide » la politique détestable attribuée si clairement aux « États-Unis d’Amérique » et dont la communauté mondiale demande la cessation.

Voilà maintenant la dix-neuvième fois, soit depuis 1992, que l’Assemblée générale réclame la cessation de cette politique abusive et criminelle. L’intéressant, c’est que, plus cette Résolution a été votée, et plus le nombre de pays qui l’ont appuyée a augmenté et plus la quantité de ceux qui s’abstenaient diminuait et plus le minuscule groupe de ceux qui votaient contre a fondu : cette fois-ci, seuls deux pays ont voté contre et seulement trois se sont abstenus, soit de petits États qui sont en fait des dépendances coloniales des États-Unis.

Il faut savoir que de grands changements se sont opérés dans le monde depuis la fondation de l’ONU, autrement dit quand roulaient encore les derniers échos de la Seconde Guerre mondiale qui avaient causé cinquante millions de morts et des destructions énormes. De nombreux pays aujourd’hui membres des Nations Unies étaient encore des colonies des puissances européennes qui s’étaient emparées par la force des territoires de la plus grande partie du monde et, sur certains continents, de leur totalité, les agresseurs ayant soumis à la tutelle coloniale, par leur seule supériorité en armements, des centaines de millions de personnes, provenant en bien des cas de civilisations bien plus anciennes et aux cultures supérieures

Cuba n’a pas été une exception.

Elle fut, sur notre continent, la dernière colonie espagnole, en raison de ses richesses en produits agricoles rares mais fort demandés, nés des mains laborieuses de paysans libres et de centaines de milliers d’esclaves d’origine africaine. Alors que les autres colonies s’étaient déjà libérées dans les premières décennies du XIXe siècle, l’Espagne préservait sa possession cubaine d’une main de fer et par les méthodes les plus despotiques.

C’est dans la seconde moitié de ce siècle-là qu’un profond sentiment national et patriotique commença à fleurir sur notre île que l’Espagne rêvait de convertir en fer de lance pour reconquérir ses anciennes colonies en Amérique du Sud. Le peuple cubain se lança dès lors dans sa bataille pour l’indépendance, presque soixante-dix ans après les autres nations soeurs d’Amérique latine, sans d’autres armes que la machette servant à couper la canne à sucre et les chevaux du cru fougueux et rapides. Les patriotes cubains se convertirent en peu de temps en de redoutables soldats.

Trente ans après, notre courageux peuple était sur le point d’atteindre ses objectifs historiques à la suite d’une lutte héroïque contre une puissance européenne en pleine décadence, mais entêtée. L’armée espagnole, malgré la quantité énorme de soldats dont elle disposait, était incapable de maintenir plus longtemps la possession de l’île où elle ne contrôlait que les principales zones urbaines et se trouvait au bord de l’effondrement.

C’est alors que l’Empire naissant, qui n’avait jamais caché son intention de s’emparer de Cuba, intervint dans cette guerre après avoir déclaré cyniquement : « Le peuple de l’île de Cuba est de droit libre et indépendant, et il doit l’être ».

A la fin de la guerre, notre pays ne put participer aux négociations de paix. Le gouvernement espagnol consomma sa trahison en livrant Cuba aux troupes et au gouvernement d’intervention.

Les États-Unis firent dès lors main base sur les ressources naturelles, les meilleures terres, le commerce, les banques, les services et les principales industries du pays, nous transformant en leur néo-colonie.

Voilà ce que nous avons dû supporter pendant plus de soixante ans. Mais nous sommes redevenus indépendants et nous ne cesserons jamais de lutter pour le rester. Ces antécédents permettront aux lecteurs d’autres pays de mieux comprendre l’intervention devant l’’Assemblée générale de l’ONU, le 26 octobre dernier, de notre ministre des Relations extérieures, Bruno Rodrà­guez.

Les débats ont débuté à dix heures du matin.

Cinq pays ont pris d’abord la parole au nom du Groupe des 77, du Mouvement des pays non alignés, de l’Union africaine, de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) et du MERCOSUR pour appuyer la Résolution.

Sont ensuite intervenus quatorze pays, dont deux comptant plus d’un milliard d’habitants chacun : la Chine et l’Inde, qui font à eux deux presque 2,5 milliards d’habitants ; d’autres comptant plus de cent millions, comme la Fédération de Russie, l’Indonésie et le Mexique ; neuf autres dont certains jouent un rôle reconnu dans la vie internationale : le Venezuela, la République islamique d’Iran, l’Afrique du Sud, les îles Salomon, la Zambie, la Gambie, le Ghana et la Barbade.

Soit dix-neuf interventions avant celle de Bruno Rodrà­guez. Dont le discours fut lapidaire et dont je citerai des paragraphes entiers.

Après avoir fait référence aux graves dangers de guerre qui nous menace, il a ajouté :
« Pour survivre, il est absolument indispensable que l’Humanité prenne toujours plus conscience, ce qui ne pourra se faire que par la diffusion d’une information véridique sur ces thèmes que la plupart des hommes politiques occultent ou ignorent, que la presse passe sous silence et qui sont si horribles pour les gens qu’ils préfèrent ne pas y croire.
[…]
« La politique des États-Unis contre Cuba ne repose, surtout en de pareilles circonstances, sur aucune fondation morale ou légale, n’est pas crédible et ne bénéficie d’aucun appui. Ainsi le démontrent les plus de 180 voix qui pendant les dernières années dans cette Assemblée Générale des Nations Unies ont réclamé la fin du blocus économique, commercial et financier. […]

« L’Amérique latine et les Caraïbes rejettent énergiquement et à l’unanimité cette politique. Le Sommet de l’unité tenu à Cancún en février 2010 l’a exprimé résolument. Les dirigeants de la région l’ont fait savoir directement au président des États-Unis. On peut dire que le rejet formel du blocus et de la Loi Helms-Burton identifie, comme peu d’autres thèmes, un patrimoine politique de la région.

« Des positions tout aussi péremptoires ont été ratifiées par le Mouvement des pays non alignés, par les Sommets ibéro-américains, par les Sommets de l’Amérique latine et des Caraïbes avec l’Union Européenne, par l’Union africaine, par les Sommets du Groupe ACP et pratiquement par n’importe quel groupement de nations attaché au droit international et au respect des buts et principes de la Charte des Nations Unies.

« Le consensus contre le blocus et en faveur d’un changement de politique envers Cuba est vaste et croissant dans la société étasunienne […] 71 p. 100 des Étatsuniens préconisent la normalisation des relations entre Cuba et les États-Unis…
[…]

« Les sanctions contre Cuba demeurent intactes et sont appliquées avec une extrême rigueur.

« En 2010, le blocus économique s’est durci et ses retombées quotidiennes sont toujours évidentes sur tous les aspects de la vie à Cuba. Il a des conséquences particulièrement sérieuses dans des domaines aussi sensibles pour la population que la santé et l’alimentation. »

Notre ministre signale une série de mesures cruelles qui frappent surtout des enfants souffrant de graves problèmes de santé et que l’administration étasunienne ne saurait démentir. Et de poursuivre :

« Les amendes infligées cette dernière année par le département du Trésor et par le département de la Justice à des personnes juridiques de leur pays ou d’Europe dépassent 800 millions de dollars. […] La confiscation d’un transfert s’élevant à plus de 107 000 euros appartenant à la compagnie Cubana de Aviación réalisé à travers Banco Popular Español depuis Madrid vers Moscou n’est rien moins que du vol. »

Notre ministre des Relations extérieures signale ensuite quelque chose de bien plus important quant aux retombées du crime éhonté que l’on perpètre contre Cuba : à savoir que l’on tend à mentionner la valeur passée en dollars d’un bien meuble ou immeuble, d’un prêt, d’une dette ou de toute autre chose mesurable en argent, sans jamais tenir compte du simple fait que cette monnaie n’a cessé constamment de se dévaluer ces quatre dernières décennies. Je n’en veux pour exemple (publicité gratuite de ma part…) que celui d’un soda archiconnu, Coca-Cola, qui, voilà quarante ans, coûtait cinq cents, en vaut maintenant de cent cinquante à deux cents dans n’importe quel pays. Bruno affirme :

« Les préjudices économiques directs causés au peuple cubain par l’application du blocus durant ces cinquante années dépasse 751 milliards de dollars, à la valeur actuelle de cette monnaie. »

Bref, il ne commet pas l’erreur de chiffrer les pertes que le blocus entraîne année après année comme si la valeur du dollar restait intangible. Or, à cause de l’escroquerie mondiale commise par Nixon quand il a annulé unilatéralement la couverture de cette monnaie en or (à hauteur, alors, de 36 dollars l’once Troy) et qu’il a commencé à imprimer du papier-monnaie sans aucune limite, le pouvoir d’achat de cette monnaie s’est réduit extraordinairement. Notre ministère des Relations extérieures a demandé à un groupe d’experts du ministère de l’Économie de faire cette évaluation dans la valeur actuelle de cette monnaie, ce qui donne le chiffre de préjudices qu’on vient de lire.

Il poursuit :

« …Le 2 septembre dernier, le président Obama lui-même a ratifié les sanctions contre Cuba, arguant de l’ "intérêt national" des États-Unis. Or, l’on sait pertinemment que la Maison-Blanche continue de prêter plus d’attention aux "intérêts spéciaux", bien financés, d’une minuscule minorité qui a fait de la politique contre Cuba une affaire très lucrative.
[…]

« Tout récemment, le 19 octobre, d’après plusieurs agences de presse, le président Obama a qualifié d’insuffisants les processus en cours à Cuba et conditionné tout nouveau pas de sa part à la mise en place des changements qu’il souhaiterait voir dans notre pays. Il se trompe en présumant qu’il a le droit de les juger et de s’y immiscer. Il est regrettable qu’il soit si mal informé et conseillé.

« Les transformations que nous entreprenons aujourd’hui répondent aux aspirations des Cubains et aux décisions souveraines de notre peuple. […] Elles ne se proposent pas de faire plaisir au gouvernement étasunien ou de satisfaire à ses intérêts, qui, de toute façon, ont toujours été contraires à ceux du peuple cubain.

« Pour la superpuissance, tout ce qui ne conduira pas à l’établissement d’un régime subordonné à ses intérêts sera toujours insuffisant. Mais cela n’arrivera jamais, car beaucoup de générations ont consacré et consacrent le meilleur de leur vie à la défense de la souveraineté et l’indépendance de Cuba.
[…]

« Au contraire, l’administration étasunienne a continué d’inscrire Cuba sur les listes dénuées de toute validité, dont celle des États censément promoteurs du terrorisme international, que le département d’État élabore arbitrairement en se permettant de juger le comportement d’autres nations. D’une part, ce pays n’a pas la moindre autorité morale pour dresser des listes pareilles - où il devrait commencer par s’inscrire lui-même, et tout en haut ! - de l’autre, il n’existe pas une seule raison pour inclure Cuba dans aucune d’elles.

« L’administration étasunienne continue de maintenir injustement en prison, depuis plus de douze ans, les cinq Cubains combattants antiterroristes dont la cause a suscité la plus importante solidarité de la communauté internationale. Cuba, qui a été victime du terrorisme d’État et qui l’est toujours, exige qu’elle mette fin à ce deux poids deux mesures et à l’impunité dont jouissent aux USA les auteurs d’actes terroristes organisés sous la protection de sa politique anticubaine. »

Sur ce, Bruno Rodrà­guez a rappelé à la délégation étasunienne présente dans la salle le fameux mémorandum rédigé par Lester Mallory, alors sous-secrétaire d’État adjoint, et rendu public des dizaines d’années plus tard, qui montre jusqu’à quel cynisme répugnant peut s’élever la politique des USA :

« "La majorité des Cubains soutiennent Castro […] Il n’existe pas d’opposition politique réelle. […] Le seul moyen prévisible de saper le soutien interne est de provoquer le désenchantement et le découragement par l’insatisfaction et les difficultés économiques… Il faut recourir promptement à toutes mesures concevables pour miner l’économie cubaine… Une modalité qui pourrait avoir le plus gros impact est de refuser des financements et des livraisons à Cuba, ce qui réduirait les salaires réels et les revenus monétaires, et provoquerait donc la faim, le désespoir de la population et le renversement du gouvernement."

« Bien que la traque économique dont elle est victime reste le principal obstacle à son développement et à l’élévation du niveau de vie du peuple, Cuba a atteint des résultats incontestables dans l’élimination de la pauvreté et la faim ; dans les indicateurs de santé et éducation de référence mondiale… […] Voilà quelques semaines, Cuba a pu faire état ici-même d’un niveau élevé et exceptionnel de réalisation en ce qui concerne les Objectifs du Millénaire pour le développement, et ces résultats restent encore du domaine de l’utopie pour une grande partie de la population de la planète.

« Cuba ne renoncera jamais à dénoncer le blocus ni ne cessera de réclamer le droit légitime de son peuple à vivre et à travailler à son développement socio-économique dans des conditions d’égalité, en coopérant avec le reste de nations, sans être soumise à un siège économique ou à des pressions extérieures.

« Cuba remercie la communauté internationale pour sa solidarité décidée avec notre peuple, dans la certitude qu’un jour justice sera faite et que cette résolution ne sera plus nécessaire.

« Je vous remercie.

C’est sur ces mots qu’il a conclu sa première intervention.

A suivre demain.

Fidel Castro Ruz
Le 31 octobre 2010


Réflexions du compañero Fidel

SOULàˆVEMENT A L’ONU (II ET FIN)

A la fin de l’intervention de Bruno, le 26 octobre vers midi, les explications de vote ont commencé, comme c’est la règle, avant que le projet de résolution ne soit soumis au suffrage.

Le premier à prendre la parole a été Ronald D. Godard, conseiller principal pour les affaires du continent au département d’État et chef de la délégation étasunienne. Ses affirmations insolites, fidèle reflet de la politique foncièrement cynique de son pays, m’exonèrent d’avoir à prouver que les dénonciations du ministre cubain des Relations extérieures sont rigoureusement justes.

« Les USA… se sont fermement engagés à appuyer le souhait du peuple cubain de déterminer librement l’avenir de son pays.

« …les USA… ont le droit souverain de décider de leurs relations économiques avec un autre pays. Celles qu’ils ont avec Cuba est une question bilatérale… elles visent à favoriser un climat de plus grande ouverture à Cuba et un plus grand respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

« Ne le perdons pas de vue dans ce débat bourré d’arguments rhétoriques du passé et ciblé sur des différences tactiques, dans ce débat qui ne sert à rien pour aider le peuple cubain.

« Ma délégation regrette que la délégation cubaine continue, d’année en année, de qualifier d’une manière inappropriée et incorrecte d’acte de génocide les restrictions commerciales imposées à Cuba… Les USA n’imposent aucune restriction à l’aide humanitaire à Cuba…

« En 2009, les USA… ont autorisé… une aide humanitaire privée de 237 millions de dollars sous forme de dons en aliments et en autres produits essentiels, de dons humanitaires non agricoles et de dons médicaux.

« En avril 2009, les président Obama a affirmé : "Les États-Unis cherchent un nouveau départ avec Cuba", mais "il reste encore un long trajet à faire pour dépasser des décennies de méfiance". Nous avons lancé des conversations pour rétablir le service postal direct entre nos deux pays et nous avons accru les échanges artistiques et culturels.

« Le président Obama a dit publiquement que la libération de prisonniers politiques et les réformes économiques étaient positives pour le peuple cubain. Les USA espèrent que le gouvernement cubain tiendra au plus tôt ses promesses et qu’il fera preuve d’une plus grande ouverture pour démontrer sa volonté d’avoir des relations constructives avec son peuple. [...] Les USA estiment qu’une nouvelle ère dans les relations entre les deux pays ne pourra vraiment commencer que lorsque le peuple cubain jouira des libertés politiques et économiques qui sont reconnues à l’échelle internationale et que cette organisation a tant défendues dans d’autres pays du monde.

« Ma délégation votera contre cette résolution. Les USA estiment qu’il est temps que cette organisation centre ses énergies sur le soutien à la lutte que mène le peuple cubain afin de décider de son propre avenir et qu’elle dépasse les gestes rhétoriques que signifie cette Résolution.

« Je vous remercie, monsieur le Président. »

La chef de la délégation du Nicaragua, dont le peuple a souffert dans sa chair la guerre sordide de Ronald Reagan qui lui a coûté tant de sang, a ensuite expliqué son vote. Son intervention a été massue.

Le scrutin a eu lieu : la Résolution a été voté par 187 pays contre 2 (les USA et Israël, son allié inséparable en génocide), avec trois abstentions (les îles Marshall, la Micronésie et Palau). Autrement dit, les 192 membres des Nations Unies ont participé au scrutin.

Celui-ci conclu, la représentation belge a, au nom de l’Union européenne, cette autre alliée des USA, a ouvert l’intervention des délégations désireuses d’expliquer leur vote.

Puis, seize pays, dont certains jouent un rôle marquant dans l’arène politique internationale, ont expliqué pourquoi ils avaient voté la Résolution : l’Uruguay, la Bolivie, l’Angola, Myanmar, le Suriname, le Belarus, Saint-Kitts-et-Nevis, le Laos, la Tanzanie, La Libye, la Syrie, le Soudan, le Vietnam, le Nigeria, Saint-Vincent-et-Grenadines et la République populaire et démocratique de Corée, dans cet ordre.

Je me permets de rappeler que de nombreux pays se sont abstenus de prendre la parole à la demande même de notre délégation afin que les débats ne s’étendent pas trop, ce qui aurait nui, compte tenu de l’heure, à leur divulgation et que la séance ne se convertisse pas en un marathon du fait d’un trop grand nombre d’orateurs. Il n’empêche que trente-sept délégations ont défendu d’une manière claire et précise le juste projet que l’Assemblée générale des Nations Unies venait d’approuver pour la dix-neuvième fois, ce débat ayant été le plus long et le plus énergique à ce jour sur ce point délicat et important.

C’est à 16 h 17 que le ministre cubain des Relations extérieures a utilisé son droit de réponse au nom de Cuba. Voilà l’essentiel de ses propos, bien que presque tous aient été essentiels :

« Monsieur le Président,

« Je remercie beaucoup les treize orateurs et les délégations présentes à cette séance improvisée de l’après-midi.

« Au sujet des affirmations des USA et de l’Union européenne :
« Voilà donc la dix-neuvième fois que la délégation étasunienne nous ressasse la même rengaine.

« Le blocus et un acte de guerre économique et un acte de génocide.
« Serait-ce que le département d’État ne fait pas bien son travail, qu’il n’a pas étudié la question ?

« L’an dernier, j’ai lu ici-même les articles correspondants des Conventions de Genève…

« Et aujourd’hui, j’ai lu le fameux mémorandum de M. Mallory.

« Ce sont pas là des "arguments idéologiques" du passé. Le blocus est un vieux vestige de la Guerre froide. Le point en débat, ce n’est pas la rhétorique, mais l’agression commise contre Cuba.

« Les USA n’ont pas l’intention d’aider ni d’appuyer le peuple cubain. Le blocus cause des privations et des souffrances, et s’il ne provoque pas de morts, c’est parce que la Révolution cubaine l’empêche. Comment pourrait-on justifier que des enfants cubains soient punis de la manière que j’ai expliquée ici ? Si les USA voulaient vraiment aider ou appuyer le peuple cubain, il leur suffirait tout bonnement de lever sur-le-champ le blocus.

« Pourquoi interdit-on aux Étasuniens de venir à Cuba et de se faire eux-mêmes leur propre opinion ? Pourquoi restreint-on les contacts dits "de peuple à peuple" ?

« Les prétextes avancés pour justifier le blocus ont évolué au fil du temps. Ca a d’abord été notre prétendue appartenance à l’axe sino-soviétique, puis l’exportation de la Révolution en Amérique latine, puis la présence de troupes cubaines en Afrique pour aider à liquider l’apartheid, préserver l’indépendance de l’Angola et assurer celle de la Namibie.

« Ensuite, la manipulation du thème des droits humains. Or, le blocus est justement une violation brutale des droits humains des Cubains.

« Nous sommes disposés à discuter de violations des droits humains. Et nous pouvons commencer par celles du camp de concentration de Guantánamo où l’on torture et où l’habeas corpus n’existe pas, car c’est le règne des "commissions militaires", en marge de tout droit. La délégation étasunienne pourrait-elle nous expliquer ce qu’il s’est passé dans les camps d’Abu Ghraib, de Bagram et de Nama ? A-t-on jugé les responsables ? A-t-on jugé ceux qui, au sein des gouvernements européens, ont autorisé les prisons secrètes dans ce continent et les vols de la CIA emportant des personnes séquestrées ? Le représentant de l’Union européenne pourrait-il nous expliquer ça un peu mieux ?

« Ou bien alors peut-être pourrions-nous parler de Wikileaks… Pourquoi ne nous racontez-vous pas quelque chose au sujet des atrocités et des crimes qui apparaissent dans 75 000 documents sur l’Afghanistan et dans 400 000 sur l’Iraq ?

« Les changements à Cuba, c’est du ressort des Cubains. Nous changerons tout ce qu’il faut changer pour le bien des Cubains, mais nous ne demanderons jamais son opinion à l’administration étasunienne. Nous avons choisi librement notre destinée. C’est bien pour ça que nous avons fait une Révolution. Ce seront des changements souverains, pas des "gestes". Nous savons d’ailleurs pertinemment que le seul changement valable pour les USA serait que nous instaurions un gouvernement à leur solde. Mais ça n’arrivera pas !

« Vous voulez une coopération entre nos universités ? Eh bien, levez les restrictions aux échanges savant, universitaires, scientifiques et culturels et permettez la signature d’accords entre elles.

« Vous voulez une coopération en matière de trafic de drogues, de terrorisme, de traite d’être humains, de catastrophes naturelles, de courrier postal ? Eh bien, répondez au moins aux propositions que nous vous avons soumises sans aucune condition voilà plus d’un an.

« Un haut fonctionnaire de l’US/AID a confirmé hier au journaliste Tracey Eaton que son organisme avait fait parvenir, durant la dernière période, 15,6 millions de dollars à "des individus sur le terrain à Cuba". C’est ainsi que vous appelez vos mercenaires…

« Les transmissions illégales de radio et de télévision se poursuivent.

« Les cinq Cubains antiterroristes sont toujours injustement en prison. Gerardo Hernández Nordelo a été soumis sans motif, voilà peu, à un emprisonnement cellulaire et privé d’une aide médicale.

« Des terroristes internationaux avérés comme Orlando Bosch et Posada Carriles déambulent en toute liberté dans les rues de Miami où ils font même des activités politiques.

« Le blocus, abusivement extraterritorial, porte préjudice à tous les pays ici présents. Il est loin d’être un fait bilatéral.

« Monsieur le Président,

« Je n’ai pas grand-chose à ajouter à l’adresse de l’Union européenne.
« Nous ne lui reconnaissons absolument aucune autorité morale ni politique pour faire des critiques en matière de droits humains.

« Elle ferait mieux de s’occuper de sa politique brutale contre les immigrants, de ses déportations de minorités, de sa violente répression contre des manifestants et de l’exclusion sociale croissante de ses chômeurs et de ses secteurs à moindre revenu.
« Le Parlement européen n’a pas le moindre scrupule d’accorder des prix infâmes aux agents à la solde de l’administration étasunienne à Cuba.

« L’Union européenne se fait des illusions si elle croit pouvoir normaliser ses relations avec Cuba sans supprimer la Position commune !

« Je vous remercie. »

Nous attendions tous la réponse des États-Unis à celle de Bruno. Le mieux qu’aient pu faire l’ambassadeur et sa délégation - qui ne nous pas fait du moins le coup du mépris en abandonnant la salle - ça a été de résister de pied ferme à cette volée d’arguments irréfutables. La réplique de Cuba les a paralysés : j’ai eu la sensation qu’ils s’évanouissaient progressivement avant de disparaître de la scène.

Malgré ces cinquante ans de blocus, la superpuissance n’a pas pu et ne pourra pas vaincre la Révolution cubaine. Je ne me suis pas amusé à compter les voix pour et contre la Résolution. J’ai constaté en revanche la chaleur et la conviction de ceux qui sont intervenus contre cette mesure injuste et arbitraire. C’est une erreur de croire qu’elle pourra se maintenir indéfiniment. On a assisté à un soulèvement. Les peuples en ont assez des agressions, des pillages, des abus et des duperies.

Les délégations n’avaient jamais protesté avec autant de vigueur contre la façon dont les USA se moquent avec mépris de la communauté internationale qui condamne à juste titre un acte de génocide réitéré d’année en année. Les peuples sont conscients que le plus grave, c’est le pillage systématique des ressources naturelles imposé à la plupart d’entre eux, la pénurie progressive d’aliments, la destruction de l’environnement, la quantité croissante de guerres contre d’autres peuples à partir de bases militaires installés dans plus de soixante-quinze pays et le danger accru d’une guerre qui serait suicidaire pour tous les peuples du monde.

L’ONU ne peut exister sans les peuples qui exigent la levée du blocus. Cette institution, née alors que l’immense majorité d’entre nous n’étaient même pas indépendants, à quoi sert-elle sans nous ? A quoi donc parler de nos droits si nous ne pouvons même pas demander la levée du blocus appliqué à un petit pays ? On nous a, d’une façon ou d’une autre, subordonnés aux intérêts des USA et de l’OTAN, une organisation belliciste qui dépense tous les ans plus d’un billion de dollars en guerres et en armements, une somme qui suffirait largement à apporter l’essentiel à tous les peuples du monde.

De nombreux pays du Tiers-monde sont contraints de chercher des solutions, indépendamment de ce qui arrive aux autres, ce qui revient à marcher sur un tapis roulant se déplaçant de plus en plus vite en sens inverse.

Il nous faut une ONU vraiment démocratique, et non un fief impérial où l’immense majorité des peuples du monde compte pour du beurre. L’ONU, fondée avant la fin de la Seconde Guerre mondial, est au bout du rouleau. Ne nous laissons pas imposer le rôle ridicule consistant à nous réunir une fois de plus dans douze mois pour qu’on se moque de nous. Faisons sentir notre poids et sauvons la vie de notre espèce avant qu’il ne soit trop tard.

Fidel Castro Ruz

Le 1er novembre 2010, 17 h 53.

URL de cet article 11901
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...


Vous avez une minute ?

Même Auteur
L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’écart gigantesque entre ce que les dirigeants des Etats-Unis font dans le monde et ce que les habitants des Etats-Unis croient qu’ils font est une des grandes réussites de propagande de la mythologie politique dominante.

Michael Parenti


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.