RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La normalisation de la terminologie de l’ONU conduit à la normalisation du génocide

Le génocide en cours commis par Israël à Gaza est étouffé par des conditions qui, pendant des décennies, n’ont rien fait pour atténuer les conséquences du colonialisme de peuplement pour les Palestiniens, et encore moins pour leur assurer une quelconque sécurité ou libération.

Chaque fois que les hommes politiques, les diplomates ou les médias ne mentionnent pas la cause profonde de la violence, l’impunité d’Israël augmente, tout comme sa présence en Palestine. Les Palestiniens, quant à eux, sont privés du peu d’espace qui leur reste, et leur présence risque d’être anéantie par Israël.

Alors que l’ONU a utilisé des termes tels que droit international, cessez-le-feu, aide humanitaire, déplacement forcé, expansion des colonies et bien d’autres qui font référence à des violations spécifiques commises par Israël, ce qui manque dans le récit, c’est l’identité coloniale d’Israël et sa présence en Palestine. La normalisation de la terminologie de l’ONU conduit à la normalisation du génocide.

À partir de 1967, lorsqu’Israël a établi son occupation militaire de la Palestine comme une nouvelle étape dans ses objectifs coloniaux, la communauté internationale a trouvé plus facile et plus confortable de parler de « mettre fin à l’occupation » et d’établir « une solution à deux États ». Le colonialisme de peuplement a été presque complètement éliminé du récit de ce que les Palestiniens ont enduré depuis avant 1948. Des décennies de retard ont établi le colonialisme de peuplement en Palestine, et l’ONU refuse toujours de reconnaître ce fait. Bien entendu, le rôle de l’ONU dans la promotion et le maintien de l’existence coloniale d’Israël se perpétue dans la dissimulation des origines d’Israël et des objectifs dont il s’était fixé la réalisation lors de la Nakba de 1948.

Le scénario actuel est celui d’une entité coloniale commettant un génocide contre la population palestinienne indigène à Gaza.

Pourtant, une grande partie des médias parlent de violations spécifiques sans faire référence au génocide. La famine massive des Palestiniens n’est pas seulement une action qui va à l’encontre des normes et conventions internationales qu’Israël est censé respecter ; c’est un acte de génocide. Les cessez-le-feu destinés à permettre l’acheminement de l’aide humanitaire et la libération des otages ne sont qu’une infime partie de ce que devrait impliquer un cessez-le-feu. Avant tout, le cessez-le-feu devrait servir à mettre un terme au génocide actuel des Palestiniens, et non à constituer une pause permettant à Israël de se recalibrer et de se préparer à sa prochaine vague d’effusion de sang.

Soumettre les Palestiniens à la surpopulation à Rafah, les rendant encore plus vulnérables face à l’armée israélienne, démontre à la fois l’intention et l’action en matière de génocide. Chaque fois qu’Israël commet une violation, celle-ci doit être liée au génocide, qui à son tour, dans ce cas, est une manifestation directe de l’expansion coloniale d’Israël.

Alors que les dirigeants du monde profitent de leurs débats sporadiques sur les cessez-le-feu, n’oublions pas que le génocide actuel doit remonter à ses racines coloniales. L’Occident ne veut pas renverser le colonialisme, mais le colonialisme peut être renversé si les peuples autochtones peuvent récupérer leur espace politique. L’ONU n’a pas le droit de mettre en place des systèmes d’indemnisation pour les colonisés sans demander des comptes aux colonisateurs. Les Palestiniens n’ont pas besoin qu’on leur dise quoi faire, quoi accepter, comment ils doivent s’intégrer dans un paradigme humanitaire qui correspond au discours diplomatique mis en place par l’ONU, qui n’a pas l’intention de mettre un terme à la colonisation de la Palestine par Israël. Et si l’ONU n’a pas l’intention de s’attaquer à l’existence coloniale d’Israël, quelle volonté aura l’organisation internationale pour s’attaquer au génocide en cours à Gaza ?

»» https://ismfrance.org/index.php/2024/02/28/la-normalisation-de-la-term...
URL de cet article 39414
  

Même Thème
Une histoire populaire de la Résistance palestinienne.
Mazin QUMSIYEH
20 ans après la signature des Accords d’Oslo, découvrez l’Histoire de la Résistance palestinienne depuis le commencement, avec la lutte contre la domination ottomane, jusqu’à nos jours avec la campagne BDS (Boycotts, Désinvestissements et Sanctions)... Chercheur en génétique et professeur aux Universités de Bethléem et de Birzeit, après avoir enseigné aux États-Unis, le docteur Mazin QUMSIYEH est président du Centre palestinien pour le rapprochement entre les peuples. Figure importante de la résistance (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que vaut un cambriolage de banque face à la création d’une banque ?

Bertolt Brecht

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.