RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
11 
Les sondages ou l’art des prophéties auto-réalisatrices

Souriez, vous êtes manipulés

Cet article de Manuel Bompard est suivi (26 février) d’un second qui démonte méticuleusement le procédé de truquage utilisé par BVA pour ce sondage.
Le Grand Soir.

Il ne passe pas une émission politique sans que nous soyons interrogés sur les sondages. Bien sûr, personne ne s’interroge jamais sur leur pertinence scientifique. Ce n’est pas la question. Bien calibré pour créer une information, un sondage permet de faire des titres pendant au moins une journée.

Les chaînes d’information s’en délectent : cela crée l’illusion d’une actualité quand il n’y a pas d’attentat terroriste ou de vitrines brisées pour faire du buzz. Les sondeurs se lèchent les babines : le nom de leur institut cité toute la journée, c’est à la clef une flopée de nouveaux contrats et de nouveaux profits. Car les sondeurs sont les seuls dont on ne juge pas la prestation en fonction de sa qualité. C’est leur capacité à inventer une information retentissante qui détermine leur notoriété.

Cela n’aurait à peu près aucune importance si le sondage n’avait pas une capacité performative, c’est à dire une capacité à modeler le réel. L’idée d’une liste gilets jaunes aux élections européennes en est un bon exemple. Elle fut testée une première fois en décembre 2018 dans un sondage commandé par la République en Marche. Pourtant, aucun représentant des gilets jaunes, ni aucune assemblée citoyenne n’avait alors évoqué cette hypothèse. Cela n’a pas empêché de faire des reportages et des articles entiers sur le sujet.

L’hypothèse est devenu une réalité médiatique. Puis une réalité tout court quand, appâtés par le résultat promis, des individus se sont dit : pourquoi pas ? Deux mois plus tard, les mêmes sondeurs prédisent l’échec total d’une telle initiative. Le fait qu’une telle liste puisse passer dans ce delai de plus de 13% à moins de 3% ne semble pourtant pas les inciter à remettre en cause la qualité de leur analyse.

Les sondages ne sont donc qu’un outil visant à modeler la réalité en fonction des intérêts des puissants.
Leurs biais méthodologiques ont longuement été dénoncés et leurs multiples erreurs soulignées à plusieurs reprises. Toute personne s’intéressant à la question sait que les méthodes secrètes utilisées pour redresser les résultats bruts et la taille ridiculement petite des échantillons aléatoires les rapprochent davantage des prédictions de Paul le Poulpe que d’un quelconque outil scientifique. Nous voilà pourtant sommés d’en commenter les résultats, surtout quand ceux-ci nous sont défavorables. N’espérez pas pouvoir vous en tirer en remettant en cause leur exactitude. Vous serez alors ce mauvais perdant qui n’accepte pas la réalité. Les éditorialistes vous riront au nez : “Voyons, vous critiquez tous les sondages quand ils ne vous arrangent pas”.

Il y a pourtant des fois où la manipulation est un peu forte. C’est ce que l’on appelle un travail mal fait. Un bon manipulateur ne se fait normalement pas prendre la main dans le sac. Mais il existe des situations où l’écart entre les observations et ce que l’on vous demande de leur faire dire est trop fort. On voit alors le décor. C’est le cas par exemple du sondage pour les élections européennes de l’institut BVA du 23 février. La liste de la France insoumise y est donc créditée de 7,5%. La notice qui accompagne le sondage donne le résultat par catégorie socio-professionnelle. La France insoumise est créditée de 14% pour les catégories sociales supérieures, de 14% pour les catégories sociales inférieures et de 6% chez les retraités. Étrange quand on sait que 46 millions de personnes sont inscrites en France sur les listes électorales et qu’un tiers seulement sont des retraités. Mais passons. La liste Jadot est elle créditée de 10% des voix des CSP [Catégories Socio-Professionnelles. Note du GS]+, 7% des voix des CSP- et 5% des retraités, pour un résultat de 9% au total.

Ce sondage réussit donc l’exploit de prédire un résultat global de Jadot supérieur à celui de la France insoumise tout en créditant cette même liste Jadot d’un score largement inférieur dans chacune des catégories socio-professionnelles. Un tel tour de magie mérite sans aucun doute une invitation pour le plus grand cabaret du monde.

Cette absurdité n’est malheureusement pas la seule. Selon BVA, la France insoumise réaliserait 10% dans les communes rurales, 12% dans les villes moyennes, mais seulement 7% dans les grandes villes de province et pire encore 4% en région parisienne. 3 jours plus tôt, un sondage Ifop crédite cette même liste de 7% pour les communes rurales, de 7% pour les villes de province et de 11% en région parisienne. Exactement la tendance inverse donc.

Il faut dire que la taille de l’échantillon utilisé n’aide pas à la precision des résultats. Le sondage s’appuie sur les personnes sûres d’aller voter, soit 474 personnes ce qui conduit à une marge d’erreur supérieure à 4 points. Il faut ajouter à cela des méthodes de redressement absurdes comme celle s’appuyant sur le « souvenir de vote » de 2014, alors que la France insoumise n’existait pas à cette époque. L’IFOP estime ainsi (au doigt mouillé ou en interrogeant les astres ?) que la France insoumise recueillerait 37% de l’électorat du Front de Gauche en 2014 contre 45% pour le PCF…

Bref, tout ça n’est pas sérieux et ne vise finalement qu’à influencer et à semer de la désespérance et de la résignation. Heureusement, les militants de la France insoumise ont appris depuis bien longtemps à ne pas considérer les sondages comme autre chose qu’une entourloupe, tout comme ils savent que la scène médiatique n’est pas une arène neutre. Leurs manipulations font l’effet inverse. Elles renforcent notre détermination. Elles soulignent que c’est dans la mobilisation de nos électrices et de nos électeurs que se trouve la clef du scrutin à venir. C’est dans ce sens que notre campagne pour les élections européennes va donc s’accélérer dans les prochains jours.

Manuel BOMPARD
Porte-parole de La France insoumise et deuxième sur la liste de candidatures pour les élections européennes.

EN SUPPLEMENT (26 février)

Sondages : quand l’institut BVA est pris la main dans le sac

Dans un message posté ce lundi, je soulignais les incohérences du dernier sondage BVA à propos des futures élections européennes. Alerté par un internaute, le journal Libération a donc publié un article d’explication présentant les justifications alambiquées de l’institut BVA. Celles-ci ne résistent toujours pas à l’épreuve des faits.

Ainsi, à la question de savoir comment il est possible de prédire pour la France insoumise un score total inférieur à la liste EELV alors que les résultats par catégories socio-professionnelles donnaient toujours un résultat inverse, l’institut BVA répond que les résultats de certaines catégories socio-professionnelles ne sont pas indiqués dans la notice explicative du sondage. Selon lui, ceux-ci contrebalanceraient les résultats des catégories publiées.

Pour parvenir à cet exploit, BVA crédite la France insoumise de 0% chez les « élèves, étudiants et inactifs », de 0% chez les indépendants et les chefs d’entreprise, et de 1% chez les professions intermédiaires. C’est donc comme par hasard dans les catégories non affichées que surviendrait des pics de résultats positifs pour EELV (jusqu’à 20% dans les professions intermédiaires) et des pics de résultat négatifs pour la France insoumise (jusqu’à 0% pour les « élèves, étudiants et inactifs » ou pour les indépendants et les chefs d’entreprise). Soit le hasard fait très mal les choses, soit BVA s’est permis d’inventer des résultats grotesques dans les autres catégories.

En effet, personne ne peut croire que la France insoumise qui avait réalisé 22% des voix à l’élection présidentielle chez les professions intermédiaires ne ferait plus que 1% aujourd’hui. Surtout quand, dans le même temps, les cadres et les employés (dont respectivement 19% et 22% avaient voté pour Jean-Luc Mélenchon en 2017) seraient toujours 14% à vouloir faire de même. Quel est ce paramètre politique mystère qui fait que la catégorie se situant entre les cadres et les employés se serait totalement détournée du vote pour la France insoumise ? Et qu’est ce qui permettrait d’expliquer que les 19% d’indépendants et les 24% d’inactifs qui avaient apporté leur suffrage à Jean-Luc Mélenchon en 2017 seraient désormais 0% à renouveler ce vote lors des élections européennes. Enfin, quel génie peut-il expliquer comment 0% des « élèves, étudiants et inactifs » voudrait voter pour la France insoumise en mai prochain alors que le même sondage prédit que 13% des jeunes entre 18 et 35 ans le feraient ?

Sans aucun doute aucun. Il semble plutôt que, pris la main dans le sac, l’institut BVA a improvisé à la hâte une réponse qui ne tient pas la route.

Manuel BOMPARD

Voir aussi sur notre site : https://www.legrandsoir.info/presidentielle-2017-les-analyses-data-mon...

URL de cet article 34628
  

LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Moins vous êtes, plus vous avez... Ainsi, toutes les passions et toutes les activités sont englouties dans la cupidité.

Karl Marx

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.