RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Sur la ligne de front de la bataille pour les villages libanais syriens.

Du côté syrien du bassin du fleuve Assi, l’on trouve 15 villages à majorité libanaise et 20 autres qui sont mixtes. Ces localités sont devenues une zone de bataille depuis que les combattants de l’opposition tentent de prendre contrôle de la région.

Il y a peu encore les médias grouillaient de rapports à propos de batailles entre le Hezbollah et des combattants de l’opposition dans les villages du bassin du fleuve Assi (Orontes), où résident approximativement 30 000 citoyens libanais.

Le secteur est un point stratégique pour l’opposition étant donné qu’elle tente d’ouvrir une route vers le village libanais de Wadi Khalen au nord, qui est devenu une base de soutien de l’opposition, les approvisionnant en combattants et en armes. Les villages libanais en Syrie, dont les résidents sont un mélange de chiites et d’alaouites, sont des obstacles à leur progression.

Après que le Front al-Nusra et les Brigades Farouq de l’opposition furent parvenues à prendre le contrôle de plusieurs villages dans le bassin, les villages libanais commencèrent à s’organiser eux-mêmes en Comités populaires armés.

Les combattants des Comités populaires sont loin d’être les combattants chevronnés et bien entraînés du Hezbollah, comme les médias les dépeignent. Beaucoup sont des fermiers et des résidents ordinaires qui n’ont pris les armes que récemment pour protéger leurs villages.

Hussein (nom d’emprunt), 22 ans, n’est qu’un exemple parmi d’autres. Pendant la journée, il travaille dans la ferme de sa famille, surveillant un modeste troupeau de moutons et de chèvres. Après le coucher du soleil, il rentre récupérer sa Kalachnikov et mettre une veste militaire.

Hussein est un membre typique des Comités populaires. Lui et Amjad (nom d’emprunt), 18 ans, sont assignés à la garde de nuit, passant leurs soirées dans un trou à surveiller un champ qui les sépare des combattants de l’opposition syrienne.

Un homme du Comité populaire dans le village de Hammam, où les médias ont fait part de combats violents impliquant le Hezbollah la semaine dernière, explique que l’attaque sur le village a eu lieu après que l’armée syrienne fut parvenue à mettre en déroute les combattants de l’opposition le long de la route internationale à l’est, les forçant à fuir vers Hammam.

Il décrit une bataille récente où 300 combattants de l’opposition les ont attaqués en utilisant 14 mitrailleuses lourdes montées sur le dos de camionnettes pickup. « Nous avons pu les repousser avec 50 hommes », dit-il, avec un mélange de fatigue et de confiance.

Craignant que les combattants de l’opposition ne commettent un massacre dans leur village, ils sont parvenus à en tuer 31 et en blesser 55 du côté adverse, tout en ne perdant que trois combattants de Hammam, selon les sources du Comité populaire.
Comment cette région religieusement diversifiée a atteint ce point ? Des résidents du village voisin d’Aqrabieh, " où les Libanais constituent 18 pour-cent de la population " parlent des douzaines d’enlèvements et de meurtres dans les villages environnant.

Le pire cas fut l’enlèvement de plus de 300 résidents du village majoritairement chrétien de Rableh durant la saison de cueillette des pommes.

Dans les villages autour d’Aqrabieh, les Comités populaires ont commencé à fusionner avec les Forces de défense nationale (FDN) nouvellement formées. L’idée derrière les FDN est d’unir les différents Comités populaires " qui tendent à n’être que d’une couleur en termes de religion ou de secte, selon le village " en une formation métissée afin d’empêcher les divisions sectaires de s’institutionnaliser dans la zone.

Les FDN sont organisées sur les mêmes bases que l’armée syrienne, divisées en groupes de 30 qui sont ensuite dispersés parmi les villages du bassin.

Rawad (nom d’emprunt) est une nouvelle recrue des FDN. Comme beaucoup d’ouvriers syriens au Liban, il travaillait dans un atelier d’aluminium à Beyrouth, quand il a décidé de tout laisser tomber pour venir ici. « Dites bonjour à Beyrouth de ma part, » nous dit-il, « je pense que je mourrai ici. »

Traduit de l’anglais par Paul LG :

http://english.al-akhbar.com/content/frontline-battle-syrias-lebanese-villages

URL de cet article 19655
  

Le cauchemar de Humboldt de Franz Schultheis
Bernard GENSANE
Bien qu’un peu long, ce compte-rendu rend à peine justice à la richesse de cet ouvrage indispensable à ceux qui veulent comprendre pourquoi, par exemple, la première contre-réforme imposée par Sarkozy fut celle des universités. On pourrait commencer par cette forte affirmation de 1991 de sir Douglas Hague, universitaire britannique de haut niveau, professeur de sciences économique, spécialiste du " marché de l’éducation " et, ô surprise, ancien conseiller de Madame Thatcher : "Si les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ne croyez en rien avant que ce ne soit officiellement démenti.

Claud Cockburn

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.