RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Syrie : La ceinture de sécurité des collabos

Parler du rôle direct d’Israël dans l’agression menée contre la Syrie n’est plus chose marginale. Au stade où nous en sommes, son rôle est fortement remarquable et se situe au cœur même de la bataille.

Alors que l’on constate une certaine baisse d’énergie chez les Saoudiens et les Qataris, lesquels continuent à parrainer et à financer le terrorisme ; les forces les plus agressives se situent désormais en Turquie et en Israël, tandis que Aman, Doha et Riad, assument leurs rôles dans les domaines du renseignement et de la logistique, au service de l’alliance ottomano-sioniste. D’où l’exacte définition de la fonction des Arabes des USA : ce sont les domestiques d’Israël.

Premièrement :

Le projet de « la ceinture de sécurité des collabos » à la frontière sud de la Syrie, que nous avons si souvent évoqué, est devenu évident et en cours d’exécution sous les auspices des États-Unis qui ont garanti à Israël une large assistance jordanienne, ont rassemblé, entraîné et financé, les mercenaires répartis entre le Qatar, la Jordanie, l’Arabie saoudite et la Turquie, pendant que Aman confiait l’ensemble de ses « diplômés » à la garde du Mossad, se chargeant de leur faire franchir la zone de séparation établie au terme de l’Accord de désengagement des forces israéliennes et syriennes de 1974, [1][2][3].

Un accord rompu par Israël du fait de ses incursions en Syrie [4], de la même façon qu’il a rompu la Convention d’armistice avec le Liban dans les années soixante-dix, au profit d’un même projet de ceinture de sécurité garantie par des collabos.

C’est en 1978 qu’Israël a lancé son idée d’occuper une bande frontalière en territoire libanais, fondée sur le principe d’une zone de sécurité destinée à protéger celle de l’entité sioniste. Les forces ennemies qui avaient alors avancé jusqu’au pont Qasimiyah sur le fleuve Litani ont dû battre en retraite devant la résistance libanaise et palestinienne, reculant jusqu’au pont Khardali sur ce même fleuve et jusqu’au sud de Nabatiyé, dans le but de préserver la dite « ceinture de sécurité » censée protéger les profondeurs de la Palestine occupée contre ces deux résistances.

Mais au cours de la bataille de 1981, lorsqu’est apparue une capacité de dissuasion par les missiles ayant ciblé des colonies sionistes et que, pour la première fois, s’est créé « un équilibre de dissuasion » entre les Arabes et Israël, clairement évoqué lors de la médiation américaine de Philippe Habib [5][6] ; les sionistes ont poursuivi leur projet en cherchant à élargir leur bande de sécurité par une nouvelle guerre expansionniste au Liban, qui serait à la mesure de la portée des missiles soviétiques reçus par la Syrie, puis transférés aux factions de la Résistance palestinienne de l’époque.

D’où la rumeur publique concernant une opération « accordéon », préparée par Israël, laquelle s’étendrait de la ville de Damour au nord de Saïda sur la côte libanaise, jusqu’aux profondeurs du Chouf, puis vers l’ouest de la Bekaa.

Deuxièmement :

Par conséquent, la conception israélienne d’une telle bande frontalière combinait une intervention guerrière directe d’Israël contre le Liban et la création d’une force de collabos, qui dominerait une sorte de zone tampon, en territoire libanais, pour l’éloigner du danger et recevoir les coups à sa place.

Et c’est cette même conception qui régit aujourd’hui la zone tampon escomptée à la frontière sud de la Syrie, là où Israël travaille à former une force de collabos parmi les groupes takfiristes et autres groupes de terroristes mercenaires armés sévissant en Syrie [7][8].

Ainsi, il apparaît très clairement que les considérations doctrinales de ceux qui prétendaient qu’il était impossible que des groupes extrémistes islamistes s’engagent aux côtés d’Israël, sont caduques. Car c’est bel et bien arrivé, et c’est un fait qui prouve que c’est l’idée de la Patrie et de la Nation qui constitue l’immunité contre l’incursion sioniste, non l’idéologie des adeptes de telle ou telle religion. Les collabos sont toujours prêts à se vendre, quelle que soit leur doctrine et il est désormais évident que les recruteurs des « qaïdistes » [terme dérivé d’Al-Qaïda] des Pays du Golfe, de la Turquie et des États-Unis, utilisent ce que leur commande leur aveuglement doctrinaire pour les mettre au service de l’entité sioniste, moyennant fatwas et monnaies sonnantes et trébuchantes.

D’ailleurs, parmi les collabos d’Israël, en Syrie, certains portent des étendards islamiques ; d’autres, portent des étendards libéraux. Peut-être que, si Michel Kilo et son redoutable compère, Burhan Ghalioun, avaient disposé de leur propre milice, nous les aurions vu lever un étendard mêlant l’étoile rouge et l’étoile de David, sans que cela ne nous étonne.

Troisièmement :

La Syrie qui se redresse et qui gagne sous la direction du Président Bachar al-Assad constitue, dans les calculs sionistes, un changement sérieux et décisif des équations du conflit. Mais, perturber cette voie ouvre les portes à d’énormes défis, suite au rassemblement des résistances régionales en un seul système qui englobe, en particulier, l’Armée arabe syrienne, les forces populaires syriennes qui la soutiennent, le Hezbollah, et l’Iran, dont le rôle de soutien pourrait tourner à la participation d’unités combattantes. Ceci, alors que s’annonce la naissance d’une résistance populaire syrienne pour la libération du plateau du Golan.

C’est dans ce contexte qu’Israël cherche à accélérer son projet de bande frontalière, en territoire syrien, par tous les moyens. Il intervient avec toutes ses forces, maintenant que son opération dans le Golan [Raid israélien sur Quneitra le dimanche 18 Janvier 2015, NdT] lui a donné un aperçu des changements à venir et des défis qui l’attendent face à un front uni allant des frontières jordano-syriennes jusque Naqoura, dans toute guerre future.

Ceci, tandis que la terre palestinienne occupée, depuis 1948, deviendra un champ de bataille et non exclusivement une arène destinée aux bombardements israéliens, comme l’a annoncé Sayed Hassan Nasrallah, disant que « la Résistance ne sera plus tenue par les règles d’engagement, ni par les frontières, ni par les divisions territoriales » [9].

La mobilisation du peuple syrien pour empêcher l’établissement de cette ceinture de collabos, par tous les moyens disponibles, est désormais une tâche centrale qui nécessite un effort politique et médiatique exceptionnel, car c’est l’avenir de la Syrie en tant que citadelle de l’arabité et de la résistance qui est en cause.

Tous les masques sont tombés, et le projet sioniste est à nu, ainsi que tous ceux de toutes les oppositions futiles qui ruminent des discours obsolètes et sans valeur, alors que le sud syrien a dévoilé tous les mensonges colportés dans le seul but d’attiser une guerre d’agression contre la Syrie, l’état national central de la région qu’Israël craint de voir renaître et récupérer.

Ghaleb Kandil
03/02/2015

Source : New Orient News

الشريط السوري العميل

http://www.neworientnews.com/index.php/news-analysis/6177-2015-02-03-08-34-44

Article traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal

Monsieur Ghaleb kandil est le Directeur du Centre New Orient News (Liban)

Notes :

[1] l’Accord de désengagement des forces israliennes et syriennes
http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=S/11302/Add.1

[2] FNUOD Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement
http://www.un.org/fr/peacekeeping/missions/undof/background.shtml

[3] Les relations entre Israël et la Syrie
http://lepetitsioniste.kazeo.com/m/article-845890.html

[4] Israël : provocations et messages mafieux (mais nos médias font semblant de rien)
http://www.mondialisation.ca/israel-provocations-et-messages-mafieux-m...

[5] Philip Habib
http://fr.wikipedia.org/wiki/Philip_Habib

[6] LA GUERRE AU LIBAN : forces en présence et début des affrontements
http://www.acontresens.com/contrepoints/histoire/16_5.html

[7] La Turquie et Israël soutiennent directement l’Etat islamique (EI) et les terroristes d’Al-Qaïda en Syrie
http://www.mondialisation.ca/la-turquie-et-israel-soutiennent-directem...

[8] Ban Ki-moon passe aux aveux : « Israël » coopère avec Al-Qaïda
http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=13600&cid=324

[9] Discours de Sayed Nasrallah
http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=217204&cid=18&am...


URL de cet article 28004
  

Même Thème
Être palestinien en Israël – Ségrégation, discrimination et démocratie
Ben WHITE
La Guillotine est heureuse de vous proposer sa deuxième publication. Après Europe-Israël : Une alliance contre-nature de David Cronin, traitant des relations ambivalentes entre l’Europe et Israël, cette fois il s’agit d’une investigation abordant un autre sujet peu éclairé. Alors que les Palestiniens en Israël s’imposent comme une composante incontournable de la réflexion politique et de l’action pour libérer la Palestine de l’apartheid et de la domination militaire sionistes, aucun livre en français (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La propriété privée nous a rendus si stupides et si bornés qu’un objet n’est nôtre que lorsque nous le possédons.

Karl Marx

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.