RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Taiwan : point d’éclair de la guerre mondiale

Cette année a vu une augmentation significative des tensions à propos de Taïwan. C’est maintenant le point d’éclair le plus dangereux pour la guerre mondiale de toutes les zones de conflit potentiel.

Ce sont les États-Unis qui intensifient délibérément l’agression face à la croissance économique rapide de la Chine, dont le PIB devrait dominer le monde d’ici 2035.

Les États-Unis ont clairement indiqué qu’ils ne permettront jamais à une autre puissance de partager sa position prééminente dans le monde. La stratégie de sécurité nationale du gouvernement des EU de 2017 a déclaré que la Chine constitue une menace pour « la puissance, l’influence et les intérêts américains, en tentant d’éroder la sécurité et la prospérité américaines ». Mike Pompeo l’a dit plus crûment lorsqu’il a déclaré que les nations doivent "choisir un camp" (23 juillet 2020), un point de vue repris par le président Biden : "Nous sommes dans une compétition pour gagner le XXIe siècle, et le coup d’envoi est parti off », a-t-il déclaré (Sydney Morning Herald, 9 juin 2021).

Taïwan se trouve à l’épicentre de ces tensions car les États-Unis s’en servent pour empêcher la poursuite de la montée de la Chine. Bien que les États-Unis nie officiellement tout changement dans leur politique chinoise, ils sont en train de revenir sur leur reconnaissance de 1979 de la République populaire de Chine comme « le seul gouvernement légal de Chine » avec Taïwan comme « partie de la Chine » (Centre for Strategic et études internationales, 2017).

La position historique des États-Unis d’accepter une Chine, qu’ils cherchent maintenant à renverser, est plus clairement visible dans le fait qu’ils ne reconnaissent toujours pas officiellement Taïwan en tant que pays. Ni l’ONU, ni la majorité des nations du monde. Seuls 15 pays reconnaissent Taïwan.

L’ONU a expulsé les nationalistes chinois en 1971 après que la République populaire a été reconnue comme titulaire légitime du siège de la Chine à l’ONU. Le gouvernement nationaliste chinois rival, qui avait fui le continent à Taiwan en 1949 après avoir perdu la guerre avec les communistes, s’était initialement vu offrir une double représentation par l’ONU, mais le généralissime autoritaire Chiang Kai-shek – chef de la République de Chine, comme l’entité nationaliste était connue – refusée. "Le ciel n’est pas assez grand pour deux soleils", a-t-il déclaré. Son refus a conduit à l’expulsion de la République de Chine.

Le point culminant des relations américano-chinoises est survenu en 1979 lorsque (longtemps après l’ONU) les Étzsuniens ont officiellement reconnu la République populaire et ont retiré leurs forces qui occupaient Taïwan depuis la Seconde Guerre mondiale – agissant sur la promesse que Nixon avait faite en 1972 lors de sa célèbre visite en Chine.

Ce qui se passe maintenant, c’est le renversement de ce rapprochement, et avec lui la création délibérée d’images ennemies et l’alimentation de la psychose de guerre. Cela dépend de la campagne de propagande que les Chinois sont sur le point d’envahir Taïwan. Les États-Unis sont ainsi présentés comme le défenseur d’un petit pays contre son voisin intimidant – une couverture pour la tentative des EU de redessiner les frontières de la Chine, une attaque flagrante contre la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale de la Chine.

Les traités de paix de la Seconde Guerre mondiale ont clairement indiqué que Taïwan et toutes les îles chinoises occupées par les Japonais seraient rendues à la Chine, dont la souveraineté s’étendait à Taïwan depuis des centaines d’années. Des accords ont été signés au Caire en 1943 – par les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Union soviétique et la Chine (alors sous Tchang Kaï-chek) – et réitérés lors de la proclamation de Potsdam en 1945.

Ces eaux claires ont été brouillées en 1951 pendant la guerre froide, lorsque les États-Unis et la Grande-Bretagne ont rédigé le traité de San Francisco : le traité de paix officiel tardif de l’Occident avec le Japon. Ni les nationalistes chinois ni les communistes n’ont été invités à la signature. L’URSS, signataire des accords du Caire et de Potsdam, s’est opposée à leur absence et, à juste titre, a vu le traité comme une tentative de réécrire le règlement de l’après-guerre.

Les États-Unis ont temporairement renversé la mauvaise foi du traité de San Francisco – assez longtemps pour utiliser la Chine contre le principal ennemi de la guerre froide, l’URSS, qui a finalement été vaincue en 1991. Depuis lors, la Chine est devenue le nouvel ennemi numéro un des États-Unis, et est subir des attaques diplomatiques, économiques et médiatiques soutenues en vue de la guerre. Les États-Unis sont occupés à armer Taïwan et à favoriser les divisions entre elle et la République populaire, tout en prétendant ne pas s’ingérer.

Pour sa part, la position de la Chine sur Taïwan n’a jamais varié. Le seul changement est qu’il est maintenant suffisamment confiant pour insister sur l’adhésion aux traités de paix de la Seconde Guerre mondiale. Pour la Chine, la réunification avec Taïwan signifie réparer un tort historique : la fin définitive de l’héritage de l’occupation japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. La Réunion achèverait le renversement historique de l’humiliation de la Chine, marquant la fin de siècles de conquête coloniale et de démembrement.

Les États-Unis augmentent l’ANTE

Mais pourquoi les États-Unis sont-ils si déterminés à empêcher la réunification chinoise ?
Le contrôle continu des États-Unis sur Taïwan lui donne la capacité de perturber l’économie chinoise par des moyens militaires. Taïwan occupe une position géographique cruciale, gardant la principale route commerciale pour les importations chinoises de fournitures énergétiques, de matières premières et de biens ainsi que pour ses exportations. De la même manière, les États-Unis ont réduit l’approvisionnement énergétique du Japon et d’autres matières premières avant la Seconde Guerre mondiale, ce qui a conduit à son tour à l’attaque « surprise » du Japon sur Pearl Harbor (pas une telle surprise compte tenu de l’étranglement économique des EU). La nouvelle alliance AUKUS entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie est une tentative d’augmenter la capacité d’interférer avec le commerce de la Chine.
Pour les États-Unis, le contrôle de Taïwan ne signifie donc rien de moins que le maintien de sa position de superpuissance mondiale. S’il perd Taiwan, il perd toute l’Asie de l’Est. C’est la théorie des dominos à l’envers. Perdre Taïwan signifierait non seulement la perte de sa capacité à menacer la Chine, mais aussi l’effritement de sa domination de plusieurs décennies sur le Japon, la Corée du Sud et les Philippines – des pays où elle a une présence militaire majeure depuis la Seconde Guerre mondiale. Libérées de l’étreinte étasunienne, ces puissances régionales, surtout le Japon, entameraient une course aux armements pour remplacer l’hégémonie des EU, selon Iskander Rehman, du Center for Strategic and Budgetary Assessments.
Un autre facteur clé est que les États-Unis veulent garder le contrôle du marché crucial des semi-conducteurs. La principale entreprise de semi-conducteurs de Taïwan, TSMC, est le leader mondial de la production de semi-conducteurs, ou puces, qui sont essentiels à toute production d’ordinateurs et de téléphones, ainsi que de voitures. Cela fait de l’île « livre pour livre... le lieu le plus important du monde », selon Ruchir Sharma, stratège mondial en chef chez Morgan Stanley (New York Times, 14 décembre 2020).

La technologie des semi-conducteurs de la Chine est en retard de plusieurs années sur celle de Taïwan, de sorte que la réunification avec Taïwan lui donnerait un élan technologique significatif. C’est ce que les États-Unis veulent empêcher, alors que leur propre Silicon Valley s’appuie sur l’approvisionnement de Taïwan en semi-conducteurs, dont elle a besoin pour maintenir la domination américaine sur tous les domaines de la haute technologie.

Attaque militaire

Une autre raison importante de l’accent stratégique étasunien sur le contrôle de Taiwan est que la réunification les priverait d’une base parfaitement positionnée à partir de laquelle lancer une attaque militaire contre la Chine. Une telle attaque est planifiée et mise en jeu très sérieusement. Un important rapport commandé par l’armée des EU en 2016 intitulé « Guerre avec la Chine : penser à travers l’impensable » concluait : « Nous postulons qu’une guerre serait régionale et conventionnelle.... Nous supposons que les combats commenceraient et resteraient en Asie de l’Est, où se trouvent des points chauds potentiels sino-américains et presque toutes les forces chinoises. »

Mais cette évaluation militaire complaisante est remise en cause dans un article du magazine Forbes (15 juin 2021), qui pointe les dangers bien réels de la guerre nucléaire : en faisant voler des avions à capacité nucléaire dans son espace aérien, ou en lançant des missiles de croisière depuis l’extérieur de son espace aérien à partir d’autres avions à capacité nucléaire.

Mais il poursuit en disant : « Dans tous les cas, Pékin n’aurait aucun moyen rapide de déterminer si les bombardiers américains attaquants transportaient des munitions nucléaires ou conventionnelles. "Son système d’alerte stratégique naissant ne serait pas en mesure de faire la différence entre une attaque nucléaire et non nucléaire tant que les armes n’auraient pas commencé à exploser sur son territoire, et l’autorité de commandement nucléaire hautement centralisée de la Chine pourrait ne pas être disposée à attendre aussi longtemps avant de réagir."

Les États-Unis ne joueraient pas pour perdre, et l’engagement nucléaire s’intensifierait donc inévitablement.

Il existe des précédents importants pour ce danger nucléaire. Pendant la crise du détroit de Taïwan de 1958, le président Eisenhower a déclaré à ses commandants que les armements conventionnels devraient être utilisés en premier, mais un rapport secret – publié récemment par les archives de la sécurité des EU – montre que les commentaires écrits et oraux du président à d’autres responsables « laissent peu de doute » qu’il était prêt à utiliser des armes nucléaires.

La stratégie étasunienne actuelle sous Biden appelle à une présence militaire « crédible au combat ». Des marines et des unités spéciales sont déjà à Taïwan, entraînant secrètement l’armée taïwanaise, tandis que les EU poussent Taïwan à s’armer d’armes étasuniennes pour des milliards de dollars. Par exemple, l’année dernière, ils ont vendu à Taïwan pour 1,8 milliard de dollars d’armes.

La politique agressive des États-Unis envers la Chine est bipartite. Biden suit la même approche dure que Trump. Et, bien sûr, la Grande-Bretagne est pleinement intégrée dans cette course à la guerre, ayant envoyé sa flotte de porte-avions avec plus de 3 700 soldats, ainsi que la flotte néerlandaise (une autre ancienne puissance coloniale en Asie, également avec des ambitions expansionnistes) pour rejoindre l’immense et permanent États-Unis. flotte de la marine en Asie de l’Est. Les navires occidentaux naviguant dans le détroit de Taïwan – qui ne fait que 100 milles de large – se rapprochent aussi près de la Chine continentale que l’île de Man l’est du Lancashire.
Ce déploiement d’armes navales mortelles comporte des risques d’accidents. Début octobre, un sous-marin nucléaire américain en mer de Chine méridionale s’est écrasé et a potentiellement fait fuir des matières nucléaires. Un accident similaire pourrait facilement déclencher une guerre.Malgré les conséquences catastrophiques qu’une telle guerre entraînerait, Biden a explicitement averti que les États-Unis agiraient pour empêcher l’union entre Taïwan et la Chine.

L’expansionnisme nationaliste

Quant au régime nationaliste taïwanais, depuis 1949, il a activement poursuivi sa revendication en tant que seul gouvernement légitime à la fois sur la Chine continentale et sur Taïwan. Le projet National Glory était le plan militaire du régime pour reconquérir la Chine continentale, dont les préparatifs ont commencé en 1961.

En 1991, le président taïwanais Lee Teng-hui accepta officieusement que Taïwan ne défierait plus la Chine communiste. Pourtant, la constitution expansionniste de Taiwan reste en place, revendiquant la Chine, la Mongolie et toute la mer de Chine méridionale comme son territoire. La zone d’identification de défense aérienne autoproclamée de Taïwan est également très agressive, couvrant, comme c’est le cas, des parties du sud-est de la Chine continentale.

Contrairement à l’impression délibérée des médias occidentaux selon laquelle la Chine est un agresseur, les avions chinois ne se sont jamais infiltrés dans l’espace aérien de Taïwan tel que reconnu internationalement par le contrôle du trafic aérien. Ils ont simplement survolé leur propre espace aérien. Pourtant, ces vols parfaitement légitimes sont désignés comme une incursion par Taïwan, une affirmation ridicule.

Réunification

La loi chinoise anti-sécession de 2005 met l’accent sur la politique d’une seule Chine, qui a été approuvée à la fois par les nationalistes et les communistes chinois il y a 70 ans et reste la position internationale convenue, malgré les tentatives américaines de la perturber. Le fait que la Chine était sous domination nationaliste lorsque les traités de paix ont été signés, et est par la suite devenue communiste, ne change rien au fait que Taiwan a été légalement restituée à une Chine unique et unifiée par le Japon.

Pour sa part, la Chine a clairement indiqué qu’elle souhaitait se réunir pacifiquement avec Taïwan et qu’elle n’aurait recours à la guerre que si Taïwan développait des armes nucléaires ou faisait complètement sécession. L’un ou l’autre de ces développements constituerait une menace existentielle pour la Chine, car ils marqueraient la suppression de toutes les contraintes pesant sur les États-Unis en utilisant Taïwan comme principale base avancée contre le continent.

Plutôt que de fomenter un conflit, l’Occident pourrait promouvoir de meilleures relations entre la Chine et Taiwan. La coopération avait commencé à s’améliorer dans les années 80 et a encore un grand potentiel. De nombreuses entreprises taïwanaises ont des bureaux dans les villes du continent, en particulier celles qui sont géographiquement les plus proches de l’île. Taïwan est le plus grand investisseur « étranger » en Chine depuis 2008. Le commerce transdétroit en 2018 s’élevait à 150 milliards de dollars (Taiwan gov.tw). Jusqu’à 1,2 million de Taïwanais vivent sur le continent (Economist, 19 novembre 2020) – une ville près de Shanghai, où 100 000 Taïwanais vivent et travaillent, est connue sous le nom de Little Taipei. Les descendants des réfugiés nationalistes de 1949 entretiennent des liens familiaux étroits dans les villes du continent ; il y a des mariages mixtes et de forts échanges culturels et familiaux, avec des allers-retours constants, du moins avant Covid. Les deux peuples parlent la même langue, partagent la même culture, la même nourriture.

C’est la coopération et l’unité que les États-Unis cherchent maintenant à détruire.
Le déplacement des États-Unis et des Britanniques dans la mer de Chine méridionale est aussi provocateur et dangereux que si la Chine envoyait des navires de guerre dans les Caraïbes ou au large des côtes de la Californie pour assurer la « liberté de navigation ».

En revanche, la Chine a déclaré officiellement en 2014 : « La Chine ne cherchera jamais l’hégémonie ni ne s’engagera dans une expansion militaire maintenant ou à l’avenir, peu importe son degré de développement. »

L’arsenal nucléaire de la Chine est une fraction de la taille de celui des États-Unis : environ 130 ogives nucléaires capables d’atteindre les États-Unis, contre 1 550 missiles intercontinentaux étasuniens. Les États-Unis dépensent largement plus que la Chine en armes : 738 milliards de dollars par an, contre 252 milliards de dollars pour la Chine.

Le commentateur David P. Goldman estime qu’une aile de la classe dirigeante des EU « préférerait lancer les dés de la guerre plutôt que de permettre à la Chine de surpasser les États-Unis en puissance militaire et économique... Comme les Français en 1914, ils pensent que s’ils ne se battent pas maintenant , ils n’auront peut-être jamais l’occasion de le faire à l’avenir » (Asia Times, 26 octobre 2021).

C’est la guerre que nous devons essayer d’empêcher.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/2103190013164500
URL de cet article 37520
  

Même Thème
Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Karl Marx

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.