RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Tartuferie occidentale sur la Syrie

Combien de temps encore allons-nous assister au spectacle de cette tartuferie qui se déverse dans les médias occidentaux à propos du drame syrien ? Quel crédit accorder aux larmes de crocodile de dirigeants véreux et de plumitifs serviles qui pleurent sur le sort de populations civiles qu’ils ont eux-mêmes livrées à l’engeance terroriste ? Le gouvernement français, qui interdit la livraison de matériel médical au peuple syrien, a-t-il encore un soupçon de déshonneur à coller sur sa figure ?

En laissant agir un envahisseur turc complice du terrorisme, que veulent les Occidentaux, sinon prolonger une guerre dont le peuple qu’ils prétendent défendre est la principale victime ? Suffit-il d’un chantage à l’immigration pour que le nouveau sultan obtienne un blanc-seing en Syrie, et que l’agression perpétrée contre son voisin passe comme une lettre à la poste ? Lorsque le gouvernement syrien reprend le contrôle d’une portion du territoire national occupée par des forces étrangères, n’est-il pas dans son droit ? Pourquoi parler de "forces pro-régime", alors qu’il s’agit d’une armée nationale qui défend la patrie au prix de lourds sacrifices ? Pourquoi ce vocabulaire insidieux, ces amalgames grotesques, ces mots-valises qui sont le masque répugnant de la complicité avec le crime ?

Jusqu’à quand va-t-on s’asseoir sur le droit international comme s’il était une option parmi d’autres, à sortir du placard quand les capitales occidentales y ont intérêt ? Combien de temps encore va-t-on mentir de façon aussi caricaturale, s’accorder toutes les compromissions, fouler aux pieds toutes les règles dès qu’il s’agit de la Syrie ?

Quel privilège de droit divin autorise ces puissances étrangères à s’y conduire comme en pays conquis ? Qu’est-ce qui justifie la bonne conscience de ces donneurs de leçon aux mains tachées de sang, cette arrogance verbeuse qui trahit ceux qui habillent l’impérialisme en cause humanitaire ? S’ils veulent mettre fin aux souffrances du peuple syrien, qu’attendent-ils pour rapatrier leurs forces spéciales d’un pays où elles n’auraient jamais dû mettre les pieds, couper les vivres aux mercenaires qui leur servent de chair à canon, et quitter un pays qui, heureusement, finira par triompher et se reconstruira sans eux ?

URL de cet article 35750
  

ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La convention qui rédigea la Constitution des Etats-Unis était composée de 55 membres. Une majorité d’entre eux étaient des avocats - pas un seul fermier, ouvrier ou paysan. 40 possédaient du Revolutionary Scrip [monnaie émise pour contrer la monnaie coloniale]. 14 étaient des spéculateurs de terrains. 24 étaient des prêteurs. 11 étaient des marchands. 15 possédaient des esclaves. Ils ont crée une Constitution qui protège les droits de propriété, pas les droits de l’homme.

Senateur Richard Pettigrew - "Plutocratie Triomphante" (1922)

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.