Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


TNP : le nucléaire des uns et des autres

Une conférence de suivi du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) – qui s’étalera jusqu’au mois de mai – s’ouvre aujourd’hui au siège des Nations unies à New York. Que faut-il en attendre ?

Sans doute que la formulation est inexacte et se demander plutôt de quels moyens dispose l’ONU pour mettre en application ses directives et résolutions en la matière. De fait, la chose ne semble pas aussi évidente que l’on pourrait le présumer. En effet, le TNP – un traité global entré en vigueur en 1970 – s’applique, selon toute probabilité, à l’ensemble des pays ou entités signataires (190, selon les statistiques de l’ONU) du document. Dans la pratique, c’est loin d’être le cas, dès lors qu’entrent en balance le poids des puissants, les ambitions des émergents et la masse (énorme) des « petits » dont l’influence sur le débat est hypothétique.

On discute du nucléaire, comme si cela allait de soi, mettant sur le même plan et dans le même panier [juste pour fixer les idées] le mastodonte étasunien et un pays africain ou pacifique. Or, il n’y a pas photo. Le Traité de non-prolifération nucléaire est en fait un attrape-nigaud. Dans la réalité, il y a trois catégories de signataires du TNP et une exception. Dans la catégorie I, nous trouvons les pays officiellement détenteurs de l’arme atomique et parapheurs dudit TNP qui sont la Chine, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et la Russie, ensuite l’Inde et le Pakistan, publiquement détenteurs de cette arme, mais non signataires du document et des pays comme l’Allemagne et le Japon qui ont la capacité nucléaire et adhèrent au TNP ; viennent dans la catégorie II, 44 pays dits du « seuil » (nucléaire) engagés dans la recherche scientifique dont l’Algérie, l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Brésil, l’Iran, la Corée du Sud, etc... ; enfin dans la catégorie III, nous avons des Etats, l’écrasante majorité, qui n’entrent dans aucune de ces deux catégories qui ne sont ni détenteurs ni producteurs du nucléaire. En outre, il y a l’exception : Israël qui n’entre dans aucune de ces catégories. Ainsi, quoique détenant « officieusement » entre 200 et 400 ogives nucléaires, l’Etat hébreu – qui n’a pas paraphé le TNP – maintient l’ambiguïté sur son nucléaire et est exempté de toute justification quant à ses pratiques et recherches sur l’atome, ne faisant l’objet d’aucune curiosité de la part de l’Agence internationale de l’énergie atomique (Aiea).

A contrario, pour nous en tenir à l’actualité, l’Iran est harcelé depuis douze ans quant à son supposé programme nucléaire militaire. A partir de là, le jeu est pipé et les Nations unies – les conférences sur le TNP de 2005 et de 2010 se sont achevées par des fiascos – ne font que conforter le fait du prince et la raison du plus fort. En effet, l’Aiea n’a pas les moyens politique et juridique pour contrôler les pays détenteurs des ADM, encore moins le niveau de leur désarmement. Les Etats-Unis qui détenaient plus de 31.800 têtes nucléaires, les ont ramenées à 4200 faisait valoir récemment le département d’Etat. Certes ! Mais ce que l’on ne dit pas est que les ADM détruites (devenues obsolètes) sont remplacées par d’autres, bénéficiant des nouvelles technologies de l’énergie, plus performantes, plus meurtrières et plus globales. Aussi, le TNP apparaît comme une aimable plaisanterie qui prétend gérer de la même manière les pays producteurs et détenteurs des ADM, ceux qui en sont à leurs débuts et, pire, ceux qui n’en ont aucune connaissance, mais ont signé le document de l’ONU. Cette confusion voulue à dessein, permet tous les amalgames jusqu’à donner la même stature à un quelconque pays africain, ignorant l’abécédaire du nucléaire et un pays maîtrisant l’atome, comme la France. C’est là une hérésie. Il y a ainsi des pays qui échappent à tous contrôles, de quelque nature qu’ils soient, et il y en a d’autres sommés de présenter patte blanche.

L’Iran en est ainsi un cas d’école. En effet, depuis 12 ans, l’Iran est attaqué autant par l’Aiea que par ledit groupe des 5+1 (les puissances nucléaires reconnues en plus de l’Allemagne). Ni l’Aiea, encore moins les 5+1 ne s’intéressent au nucléaire israélien. On interdit aux uns ce que l’on autorise aux autres. C’est un ostracisme, qui donne aux puissants qui monopolisent la science et le savoir nucléaires, le droit d’empêcher les autres d’accéder à ce savoir, même par leurs seuls moyens. Comme l’Iran. Aussi, des conférences comme celles sur le TNP, ne sont que de la frime destinée à conforter le monopole des détenteurs du savoir tout en excluant ceux n’entrant pas dans le profil ou le « politiquement correct » défini par ceux-là détenant le savoir. Preuve en est, si besoin, les cas de l’Iran et d’Israël.

28 Avril 2015

URL de cet article 28518
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Roms de France, Roms en France - Jean-Pierre Dacheux, Bernard Delemotte
Population méconnue, la plus nombreuse des minorités culturelles, présente en Europe depuis des siècles, les Roms comptent plus de dix millions de personnes. Ils ont subi partout l’exclusion et les persécutions : l’esclavage en Roumanie du XIVe au XIXe siècle, l’extermination dans les camps nazis… Peuple à l’identité multiple, son unité se trouve dans son histoire, sa langue et son appartenance à une "nation sans territoire" . La loi Besson de juillet 2000 a reconnu les responsabilités de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que vaut un cambriolage de banque face à la création d’une banque ?

Bertolt Brecht

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.