RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Trump ordonne l’« assistance » à l’Italie

Le Premier ministre Conte a annoncé aux Italiens, dans une intervention télévisée en direct le 10 avril, que l’Italie n’avait signé aucun engagement pour le Mes, le fonds européen « sauve-États », et que son gouvernement ne discutera que sur « un Mes non conditionné », c’est-à-dire qui n’impose pas de conditions préjudiciables pour les intérêts nationaux et la souveraineté du pays. Position juste. Mais le Premier ministre n’a pas annoncé aux Italiens qu’au même moment, le 10 avril, le président Trump émettait, à la demande du Gouvernement Conte, un « Mémorandum sur la fourniture d’assistance pour le Covid-19 à la République Italienne », qui contient de fait de lourds conditionnements pour notre pays.

Trump annonce que « le gouvernement de l’Italie a requis l’assistance des États-Unis ». Donc, en vertu de l’autorité que lui confèrent la Constitution et les lois, « il ordonne ce qui suit » pour aider « un de nos plus vieux et proches alliés ». Les ordres, donnés aux secrétaires des départements et des agences des États-Unis, stipulent deux types d’intervention.

Le premier est de caractère sanitaire pour aider l’Italie à combattre le Covid-19, « démontrant à la fois le leadership des États-Unis face aux campagnes de désinformation chinoise et russe ». Au secrétaire à la Défense le président ordonne de rendre disponibles, pour l’assistance, « les plus de 30 000 militaires et salariés étasuniens en Italie » avec leurs « structures ».

Le second et plus consistant type d’intervention consiste à « soutenir le reprise de l’économie italienne », qui risque de tomber « dans une profonde dépression ». Le président Trump ordonne aux secrétaires du Trésor et du Commerce, au président de la Banque d’Export-Import, à l’administrateur de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), au directeur de l’United States International Development Finance Corporation (agence gouvernementale qui finance des projets de développement privés) d’utiliser leurs instruments pour « soutenir les entreprises italiennes ».

On ne sait pas encore quels instruments seront utilisés par les États-Unis pour « soutenir la reprise de l’économie italienne », ni quelles seront les conditions auxquelles seront concédées les « aides ». Le plan de Washington est cependant clair : exploiter la crise et les fractures dans l’UE pour renforcer l’influence des EU en Italie, en affaiblissant en même temps les rapports de l’Italie avec la Chine et la Russie. L’autorité avec laquelle a été lancé le plan d’ « assistance à la république Italienne » le confirme : une série d’ordres présidentiels donnés non seulement aux secrétaires des départements cités ci-dessus, mais au Secrétaire d’État et à l’Assistant du Président pour les Affaires de sécurité nationale. Un des objectifs du plan entre sûrement dans ce que le New York Times définit comme « une course mondiale aux armements pour un vaccin anti-coronavirus, qui se joue entre États-Unis, Chine et Europe ». Le premier qui arrivera à produire le vaccin – écrit le New York Times – « peut avoir la possibilité non seulement de favoriser sa population, mais d’avoir la haute-main pour affronter les retombées économiques et géostratégiques de la crise ».

La compagnie pharmaceutique étasunienne Johnson & Johnson a annoncé le 30 mars avoir sélectionné un possible vaccin contre le Covid-19, auquel elle est en train de travailler depuis janvier avec le Département de la Santé, avec un investissement conjoint de plus d’un milliard de dollars. La compagnie annonce qu’après les tests cliniques prévus en septembre, la production du vaccin pourrait débuter dans les premiers mois de 2021 dans des « délais substantiellement accélérés par rapport aux délais habituels », atteignant rapidement la capacité productive de plus d’un milliard de doses.

Le plan d’« assistance » à l’Italie, ordonné par le président Trump, pourrait inclure aussi la fourniture du vaccin, qui serait probablement utilisé (éventuellement en le rendant obligatoire) sans se préoccuper des délais de tests et de production « substantiellement accélérés par rapport aux délais habituels », ni du coût économique et politique de cette généreuse « assistance ».

Édition de mardi 14 avril 2020 d’il manifesto

14 avril 2020

URL de cet article 35993
   

Même Thème
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.