Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Trump ordonne l’« assistance » à l’Italie

Le Premier ministre Conte a annoncé aux Italiens, dans une intervention télévisée en direct le 10 avril, que l’Italie n’avait signé aucun engagement pour le Mes, le fonds européen « sauve-États », et que son gouvernement ne discutera que sur « un Mes non conditionné », c’est-à-dire qui n’impose pas de conditions préjudiciables pour les intérêts nationaux et la souveraineté du pays. Position juste. Mais le Premier ministre n’a pas annoncé aux Italiens qu’au même moment, le 10 avril, le président Trump émettait, à la demande du Gouvernement Conte, un « Mémorandum sur la fourniture d’assistance pour le Covid-19 à la République Italienne », qui contient de fait de lourds conditionnements pour notre pays.

Trump annonce que « le gouvernement de l’Italie a requis l’assistance des États-Unis ». Donc, en vertu de l’autorité que lui confèrent la Constitution et les lois, « il ordonne ce qui suit » pour aider « un de nos plus vieux et proches alliés ». Les ordres, donnés aux secrétaires des départements et des agences des États-Unis, stipulent deux types d’intervention.

Le premier est de caractère sanitaire pour aider l’Italie à combattre le Covid-19, « démontrant à la fois le leadership des États-Unis face aux campagnes de désinformation chinoise et russe ». Au secrétaire à la Défense le président ordonne de rendre disponibles, pour l’assistance, « les plus de 30 000 militaires et salariés étasuniens en Italie » avec leurs « structures ».

Le second et plus consistant type d’intervention consiste à « soutenir le reprise de l’économie italienne », qui risque de tomber « dans une profonde dépression ». Le président Trump ordonne aux secrétaires du Trésor et du Commerce, au président de la Banque d’Export-Import, à l’administrateur de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), au directeur de l’United States International Development Finance Corporation (agence gouvernementale qui finance des projets de développement privés) d’utiliser leurs instruments pour « soutenir les entreprises italiennes ».

On ne sait pas encore quels instruments seront utilisés par les États-Unis pour « soutenir la reprise de l’économie italienne », ni quelles seront les conditions auxquelles seront concédées les « aides ». Le plan de Washington est cependant clair : exploiter la crise et les fractures dans l’UE pour renforcer l’influence des EU en Italie, en affaiblissant en même temps les rapports de l’Italie avec la Chine et la Russie. L’autorité avec laquelle a été lancé le plan d’ « assistance à la république Italienne » le confirme : une série d’ordres présidentiels donnés non seulement aux secrétaires des départements cités ci-dessus, mais au Secrétaire d’État et à l’Assistant du Président pour les Affaires de sécurité nationale. Un des objectifs du plan entre sûrement dans ce que le New York Times définit comme « une course mondiale aux armements pour un vaccin anti-coronavirus, qui se joue entre États-Unis, Chine et Europe ». Le premier qui arrivera à produire le vaccin – écrit le New York Times – « peut avoir la possibilité non seulement de favoriser sa population, mais d’avoir la haute-main pour affronter les retombées économiques et géostratégiques de la crise ».

La compagnie pharmaceutique étasunienne Johnson & Johnson a annoncé le 30 mars avoir sélectionné un possible vaccin contre le Covid-19, auquel elle est en train de travailler depuis janvier avec le Département de la Santé, avec un investissement conjoint de plus d’un milliard de dollars. La compagnie annonce qu’après les tests cliniques prévus en septembre, la production du vaccin pourrait débuter dans les premiers mois de 2021 dans des « délais substantiellement accélérés par rapport aux délais habituels », atteignant rapidement la capacité productive de plus d’un milliard de doses.

Le plan d’« assistance » à l’Italie, ordonné par le président Trump, pourrait inclure aussi la fourniture du vaccin, qui serait probablement utilisé (éventuellement en le rendant obligatoire) sans se préoccuper des délais de tests et de production « substantiellement accélérés par rapport aux délais habituels », ni du coût économique et politique de cette généreuse « assistance ».

Édition de mardi 14 avril 2020 d’il manifesto

14 avril 2020

URL de cet article 35993
   

Même Thème
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il y a une idée sur laquelle chacun semble d’accord. « Vaincre Daesh », comme l’a exprimé le secrétaire d’Etat Tillerson. Laissez-moi poser juste une question : Pourquoi ? Il est temps pour Trump d’être Trump : extrêmement cynique et imprévisible. Il lui faut vaincre Daesh en Irak. Mais pourquoi en Syrie ? En Syrie, il devrait laisser Daesh être le cauchemar d’Assad, de l’Iran, de la Russie et du Hezbollah. Exactement comme nous avons encouragé les moudjahidines à saigner la Russie en Afghanistan. »

Thomas Friedman, « In Defense of ISIS », New York Times, 14 avril 2017.

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.