RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Trump s’attaque au Venezuela ; un saut dans le néant ? (Resumen)

Importante manifestation à Caracas, rejetant la menace du président Trump à la veille de déployer l’armée américaine contre le Venezuela. PHOTO : Eueslei Marcelino/Reuters/Scanpix

Au milieu d’un scénario désolant, alors que les États-Unis sont devenus le pays qui compte le plus grand nombre de personnes infectées par le virus corona, le président Donald Trump et son équipe de criminels en série comme Elliott Abrams, l’Américain d’origine cubaine Mauricio Claver-Carone, Marco Rubio et d’autres, ont annoncé que leur pays et 22 autres nations allaient lancer une vaste opération contre le trafic de drogue dans l’hémisphère occidental, en déployant des renforts militaires de la marine et de l’aviation dans la mer des Caraïbes et le Pacifique Sud.

Du Venezuela, le président Nicolas Maduro a dénoncé cette situation au monde entier, dans une lettre extraordinaire aux gouvernements alors que la majorité des pays du monde et même les Nations unies demandent aux États-Unis de lever les sanctions contre Cuba, le Venezuela, l’Iran et d’autres pays, compte tenu de l’urgence très grave d’une pandémie de cette ampleur.

Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de réponse positive et le plus grave est que la manœuvre militaire menaçante ne s’arrête pas et que, ces dernières heures, des journalistes et des agences humanitaires en Colombie ont dénoncé la présence de troupes américaines dans leur pays où il y a 9 bases militaires américaines.

Holman Morris, directeur de la troisième chaîne colombienne, a averti ce week-end que des troupes et des hélicoptères américains sont arrivés à la frontière colombo-vénézuélienne dans la région de Santander, posant un scénario d’invasion et de guerre alors que le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé à un "cessez-le-feu global immédiat dans tous les coins du monde", mettant en garde contre ce que tout acte de guerre pourrait signifier pour les pays les plus vulnérables et les plus déchirés par la guerre, où les systèmes de santé se sont effondrés, tandis que COVID 19 fait des milliers de victimes chaque jour.

En pleine pandémie, un porte-avions américain, le USS Theodore Roosevelt, est en train de faire escale à Guam, avec 5 000 membres d’équipage, dont 10 % sont touchés par le COVID 19, après que son commandant ait plaidé auprès de ses supérieurs pour que les malades soient libérés. Le capitaine du transporteur, Brett Crozier, a déclaré au Pentagone que le coronavirus se propageait rapidement à bord et a demandé de l’aide pour mettre son équipage en quarantaine. Dans sa lettre publiée initialement par le San Francisco Chronicle, Crozier a écrit que " la propagation de la maladie est en marche et s’accélère. Nous ne sommes pas en guerre. Les marins n’ont pas besoin de mourir", a-t-il prévenu. Les marins malades ont été ramenés du navire mais Crozier a été relevé de son poste pour la façon dont il a géré la situation. Alors qu’il quittait le navire pour retourner à Washington, ses marins l’ont acclamé et ont scandé son nom en signe de gratitude pour son geste courageux. Le Pentagone a également critiqué Crozier pour avoir libéré le nombre de personnes infectées.

"Pour des raisons de sécurité, nous ne communiquerons pas le nombre total de personnes touchées, membres des services de chaque unité, base ou commandement de combat", a déclaré à l’époque la porte-parole du ministère américain de la défense, Alyssa Farah, tout en précisant que plus de 2 000 des 40 000 policiers de New York sont infectés. Il n’y a aucune protection pour qui que ce soit.

Combien de soldats malades ou morts les États-Unis vont-ils cacher en ce moment ? Combien de sacs noirs vont se cacher dans ce pays, sans que les familles le sachent ?

L’Amérique latine sous la menace d’une guerre

En Amérique latine, les États-Unis ont imposé quatre coups d’État au cours de ce siècle et validé des présidents illégaux, comme l’Équatorien Lénine Moreno, qui est monté au gouvernement au nom d’un parti politique et d’un programme qu’il a ignoré quelques jours à peine après son entrée en fonction, violant la volonté populaire, comme le fait Sebastián Piñera, réprimant durement le plus long soulèvement populaire de tous les temps au Chili, à la fois en constituant de nouvelles formes de dictature et en causant des dizaines de morts, de blessés et de prisonniers.

Au Brésil, Jair Bolsonaro a été élu sous un gouvernement de facto, sans observation internationale et en maintenant en prison le candidat que les sondages prédisaient vainqueur, Luiz Inácio Lula de Silva, sous de fausses accusations après la destitution de la présidente Dilma Rousseff en 2016 - avec la complicité de la justice, du parlement et des médias. Ces élections ne peuvent être considérées comme libres.

Au Honduras, le gouvernement actuel est une continuité effrénée de la dictature qui a été imposée avec le coup d’État contre le président Manuel Zelaya en juin 2009. Les assassinats de dirigeants, de journalistes indigènes et de leaders paysans sont quotidiens. Le coup d’État au Paraguay en 2012 qui a renversé le président Fernando Lugo en quelques heures a également permis un retour à la dictature de longue date d’Alfredo Stroessner par le biais de personnalités qui étaient des associés du dictateur ou de ses descendants.

Le coup d’État de 2004 contre le président haïtien Jean Bertrand Aristide, enlevé par les troupes américaines et emmené hors de son pays, le plus pauvre et le plus puni d’Amérique latine et des Caraïbes, a été laissé dans un chaos éternel, constituant un autre crime contre l’humanité contre un peuple sans défense. En Bolivie, la présidente autoproclamée Jeanine Añez, dont la ceinture "présidentielle" a été placée sur elle par les chefs militaires du coup d’État, a violé toutes les règles après le coup d’État contre le président Evo Morales, dont le secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro, était un des principaux protagonistes (novembre 2019).

Et que dire de ce personnage scandaleux qu’est Juan Guaidó, qui, au plus fort de son délire et de son déclin impérial, s’est proclamé dans une rue de Caracas président en charge du Venezuela, sur ordre du gouvernement Trump ? Un président sans pays, collectant de grosses sommes d’argent dans le monde entier et demandant l’invasion du Venezuela, car sinon il sait qu’il ne serait jamais élu par le peuple de ce pays, pas même par l’opposition au gouvernement de Maduro.

En fait, les gouvernements de facto ou assujettis du continent, qui répondent à l’administration américaine, font preuve d’un mépris total pour leur peuple face à la pandémie qui ravage le monde. Nous le constatons au Brésil, en Équateur, au Chili, en Colombie, en Bolivie, au Honduras et dans d’autres pays où la population a été privée de ses droits essentiels.

Pendant ce temps, Washington mène une guerre, secrète et pas tant que ça, contre des pays comme le Mexique, l’Argentine et d’autres pays des Caraïbes pour tenter de trouver leur propre voie. En ce moment et avec ces circonstances, la pandémie se propage de la même manière contre tous et il est évident les différences avec lesquelles les gouvernements qui peuvent encore décider de leurs propres stratégies pour faire face à la tragédie.

Pour leur part, les États-Unis, tout en créant un front de guerre presque incroyable, laissent la population américaine à son sort, sachant que des milliers de personnes mourront dans les rues, puisque des millions d’habitants ne sont couverts par aucune sécurité sociale, ni n’ont accès à des médicaments ou à des équipements, ni à une alimentation suffisante, alors que le système de santé privé est orienté vers les privilégiés. Voilà à quoi ressemble le système capitaliste dans ce cycle turbulent, ce qui indique également son effondrement.

Dix millions de chômeurs ces derniers jours, la plupart d’entre eux vont devenir des disparitions sociales totalement dépourvues de protection, sans sécurité sociale, sans hôpitaux publics et sans droit du travail, pour favoriser les grandes entreprises de profit et d’exploitation.

Trump, outre le fait d’admettre, avec un froid glacial, que si les décès par COVID-19 atteignent 200.000, "nous aurons fait du bon travail", a annoncé le déploiement de troupes, de navires et de porte-avions en position claire pour envahir le Venezuela, sous le faux argument de la lutte contre le trafic de drogue, qu’ils administrent eux-mêmes. Le plan est également de passer par Cuba, le Nicaragua et d’assujettir le reste des pays de la région, en imaginant que cela pourrait sauver leur campagne électorale et dissimuler d’autres échecs de leur administration en plein milieu des négociations entre la Russie et l’Arabie Saoudite pour le pétrole. Tout en poursuivant les campagnes médiatiques archaïques contre la Chine et la Fédération de Russie, ces pays envoient des tonnes d’aide, de scientifiques et de médecins dans le monde entier, y compris aux États-Unis. Cette énorme contradiction ne peut plus être cachée. Nous ne pouvons pas non plus cacher la solidarité sans frontières d’un petit mais immense pays comme Cuba.

L’incapacité à arrêter l’opération militaire dans le Pacifique et les Caraïbes qui menace également l’Amérique centrale, le Mexique et le reste de la région et surtout tous les pays où il y a des bases et des établissements militaires des États-Unis est un autre saut dans la brèche de Trump dans ces circonstances.

Leur fondamentalisme délirant croit qu’il est encore temps pour sa gouvernance mondiale rêvée, un miroir dans lequel ils se sont regardés et qui a été brisé lorsque d’autres puissances sont apparues à l’horizon, pas précisément des puissances émergentes, très consolidées, qui ont fini par l’unilatéralité impériale et non par des guerres brutales, comme celles rêvées par les hommes d’affaires décadents de l’industrie de l’armement et de la mort.

Ainsi, empêtré dans son délire de renforcer encore la suprématie militaire des États-Unis, de violer toutes les lois internationales, d’ignorer les droits des pays du monde et la pandémie économique à laquelle le capitalisme mourant est confronté, le président américain est devenu le plus grand danger auquel l’humanité et le peuple américain sont confrontés. En ces heures, comme jamais auparavant dans l’histoire, un virus, à peine une tache dans un microscope, a mis à nu en quelques semaines les entrailles d’un empire, d’un système profondément inhumain et pervers, qui s’effondre lentement et dangereusement.

Stella Calloni

Traduction Bernard Tornare

Source Resumen Anglais

»» http://b-tornare.overblog.com/2020/04/trump-s-attaque-au-venezuela-un-...
URL de cet article 35975
   

Même Thème
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous devons employer la force parce que nous sommes l’Amérique. Nous sommes la nation indispensable.

Madeleine Allbright
Secrétaire d’Etat des Etats-Unis

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.