RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Trump se dit prêt à discuter avec Maduro (l’Humanité)

Devant l’échec de ses manœuvres, de ses sanctions et de ses menaces de guerre, l’administration américaine lâche Juan Guaido et cherche à renouer le dialogue.

Ses parrains occidentaux le lâchent avec le même empressement qu’ils avaient mis à le « reconnaître » quand il s’était autoproclamé « président en exercice », le 23 janvier 2019. Donald Trump, désormais, affirme n’avoir « pas beaucoup confiance » dans l’opposant vénézuélien Juan Guaido, dont l’adoubement par Washington, assure-t-il, n’a pas « eu une grande signification ». C’est ce qu’il a confié en marge d’un entretien publié dimanche sur le site d’information Axios. Volte-face, après le durcissement des sanctions, le déploiement de l’armada américaine en mer des Caraïbes et les équipées de barbouzes de ces derniers mois ? L’hôte de la Maison-Blanche confie, dans cette interview, être prêt à rencontrer son homologue vénézuélien Nicolas Maduro : « Vous savez, je me suis rarement opposé à des rencontres. Je dis toujours, on ne perd pas grand-chose à se rencontrer. » Intention précisée sur un ton plus cassant, lundi, dans un tweet : « Contrairement à la gauche radicale, je me battrai toujours contre le socialisme et avec le peuple vénézuélien. Mon administration a toujours été du côté de la liberté et contre le régime d’oppression de Maduro. Je ne rencontrerai Maduro que pour discuter d’une chose : un départ pacifique du pouvoir. » L’intéressé, dont la tête est mise à prix par Washington, a aussitôt saisi la balle au bond. Dans un entretien à l’agence de presse vénézuélienne AVN, il n’exclut pas, « si nécessaire », de « discuter respectueusement avec le président Donald Trump ». « De même que j’ai parlé avec Joe Biden, je pourrais parler avec Trump », a-t-il expliqué, en référence aux discussions qu’il avait eues avec l’administration Obama.

Les droites sud-américaines cernées par les scandales

Ces déclarations esquissent-elles une possible issue diplomatique ? Une chose est certaine : elles signent l’échec complet de la stratégie de tension portée à son paroxysme par l’administration Trump, entre blocus et menaces d’agression militaire pour chasser Nicolas Maduro du pouvoir. Elles interviennent aussi dans un contexte régional où les coups de force orchestrés par Washington en Amérique latine tournent partout à la pantalonnade. En Bolivie, l’Organisation des États américains s’est appuyée, selon une étude relayée par le New York Times, sur des données électorales truquées pour lancer les accusations de fraude qui ont ouvert la voie au coup d’État de la police et de l’armée contre Evo Morales ; la droite intégriste et raciste qui s’est emparée du pouvoir est cernée par les scandales de corruption et la gauche reste favorite de la course à l’élection présidentielle reportée au 6 septembre prochain. Au Brésil, en plein désastre sanitaire, le poulain de Donald Trump, Jair Bolsonaro, est lui aussi plombé par les scandales et les enquêtes pouvant conduire à sa destitution ou à l’annulation de son élection.

Au Venezuela, les États-Unis manquent d’alliés et d’appuis sérieux, en dépit de la triple et grave crise sanitaire, économique et sociale que doit affronter le pouvoir bolivarien, mis en difficulté par la chute des cours mondiaux des hydrocarbures et l’effondrement de la production pétrolière. Plus fracturée que jamais, la droite continue d’étaler ses divisions au grand jour : à l’approche des élections législatives, censées se tenir cette année, partisans du boycott et tenants de la participation s’écharpent et c’est le Tribunal suprême de justice qui arbitre leurs conflits. Sans stratégie ni direction cohérente, le camp conservateur n’a plus d’autre choix que celui de composer avec Nicolas Maduro. Comme Donald Trump.

Article publié dans l’Humanité du 24/06/2020 (p.16)

»» https://www.humanite.fr/venezuela-trump-se-dit-pret-discuter-avec-maduro-690801
URL de cet article 36262
  

Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le rôle d’un bon journaliste est de s’en prendre aux abus de pouvoir des puissants. Et lorsque cela arrive, la réaction est toujours violente.

Julian Assange

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.