Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


TUNISIE : moindre mal et politique du pire

Les "évènements de Tunisie "-en fait le surgissement massif du peuple tunisien comme acteur politique majeur- sont l’occasion pour les classes dominantes et l’oligarchie qui se partagent le pouvoir et la domination médiatique de tenter de justifier leur complicité à l’égard du régime Ben Ali.

L’argument mis en avant pour justifier leur silence -et leur fréquentation assidue mais non dépourvue davantage sordidement matériels de la dictature tunisienne- est que le régime de Ben Ali représentait un rempart contre l’islamisme radical.

Cette complicité ne concernant pas seulement la droite et le gouvernement de Sarkosy mais incluant largement les hiérarques socialistes et la gauche bien-pensante , n’est-ce-pas M. Strauss Kahn ?

C’est donc au nom d’un pire qu’il nous faudrait craindre par dessus tout qu’est justifiée la complicité.

Mais ce cousinage à première vue contradictoire avec le droit d’ingérence proclamé au nom de la défense des droits de l’homme n’illustre t-il pas en fait la complicité de fonds des oligarchies soudées par leur immersion radicale dans « les eaux glacées du calcul égoïste » indifféremment des formes et régimes politiques qui constituent le cadre de cette domination ?

D’ailleurs la permanence de cette réalité n’est-elle pas illustrée chez nous pour le moins par le soutien continu sur près d’un quart de siècle au féroce et criminel dictateur Duvalier fils (des dizaines de miliers de morts, la torture …) douillettement réfugié sur la cote d’Azur, protégé par la justice française de toute poursuite (cf. l’article le concernant sur Wikipedia à l’adresse :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Duvalier )

et par les complicités manifestes qui lui ont permis ces derniers jours de rentrer en Haïti à partir de la France sur un vol régulier d’Air France ?

Pourtant à son endroit ce n’est pas à l’évidence le péril islamiste qui peut être évoqué pour justifier le soutien complice !

Il est vrai qu’à l’époque - mais l’évocation demeure sans doute actuelle paraisse-t-elle incongrue- c’est le « péril communiste » qui était convoqué.

En clair donc , brut de coffre, sans révérence à la complexité du monde et à la finesse des analyses - »mon cher ! »- le pire moulé au gré des conjonctures historiques sert d’argument -pour gagner l’assentiment (le consentement comme dirait sans doute Chomsky)- "au moindre mal".

Et le "moindre mal" ne serait-il pas finalement le paravent de la politique du pire ?

URL de cet article 12561
   
"L’Industrie du mensonge - Relations publiques, lobbying & démocratie"
Sheldon Rampton, John Stauber
En examinant le monde des lobbyistes, ce livre dévoile l’ampleur des manipulations pour transformer l’« opinion publique » et conforter les intérêts des grands groupes industriels. Des espions aux journalistes opportunistes, en passant par des scientifiques peu regardants et de faux manifestants, l’industrie des relations publiques utilise tous les canaux possibles pour que seule puisse être diffusée l’information qui arrange ses clients - gouvernements et multinationales, producteurs d’énergie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A 20%, il devient enthousiaste. A 50%, il est téméraire ; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à 300%, il ne recule devant aucun crime.

Karl Marx, Le Capital, chapitre 22


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
53 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.