Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Ukraine : l’absence de sûreté nucléaire menace l’Europe

Alors que la France envisage de fermer 17 réacteurs nucléaires pour réduire le risque d’accident et investir dans le nouveau système énergétique renouvelable, les centrales nucléaires ukrainiennes, dont l’état actuel laisse à désirer, constituent une menace éventuelle pour l’Europe.

Les incidents qui risquent provoquer un accident

Trente et un an après la catastrophe de Tchernobyl, le pire accident nucléaire de l’Histoire, le risque nucléaire en Ukraine reste « très préoccupant », estime Michel Chouha, spécialiste de l’Europe de l’Est à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), l’établissement public français chargé de la recherche et de l’expertise dans ce domaine.

Depuis le début du XXIe siècle, une série des incidents graves s’est produite aux centrales nucléaires en Belgique, en France, en Autriche et aussi, en Ukraine.

Le 10 juin 2008, une fuite d’eau radioactive a provoqué l’arrêt d’un réacteur à la centrale nucléaire de Rivné (ouest de l’Ukraine).

En 2014, l’unité 4 de la centrale nucléaire de Zaporijia, la plus grande d’Europe, a été déconnectée du réseau à cause de l’activation de la protection contre le déséquilibre des régulateurs de pression de la turbine de plus de 30%.

L’incident le plus inquiétant est survenu au début de 2015 dans la même installation à Zaporijia. Les réacteurs ont dû être mis à l’arrêt à cause des fluctuations de l’approvisionnement électrique, frôlant la catastrophe.

Cette année, les centrales ukrainiennes ont subi au moins deux incidents passés sous silence par Kiev.

Néanmoins, l’Ukraine n’a pas l’intention de renoncer à l’atome pour ses besoins en électricité, en dépit des craintes que suscitent ses réacteurs vieillissants.

Les réacteurs ukrainiens, construits pour la plupart dans les années 1970 et 1980, sont vieillissants. De surcroît, de type VVER (caloporteur et modérateur eau), ils souffrent de faiblesses structurelles, même si leur principe de fonctionnement est proche de celui des réacteurs à eau pressurisée occidentaux et notamment français.

Interrogée par l’AFP, Irina Golovko de l’ONG Centre national ukrainien d’écologie a affirmé que "le principal risque dans l’utilisation de l’énergie nucléaire en Ukraine réside dans les réacteurs ayant dépassé leur durée de vie". D’aprè l’expert, "six réacteurs du pays sur 15 en activité ont dépassé leur durée de vie prévue. D’ici 2020, ils seront 12".

Quel impact pour l’Europe ?

Certes, l’utilisation de l’énergie nucléaire est liée aux dangers, mais le pays qui possède des centrales doit au moins garantir la sûreté de ses installations et assurer leur bonne gestion, ce que Kiev a échoué à faire jusqu’à ici.

Maintenant que l’UE a approuvé l’extension des accords commerciaux avec l’Ukraine, c’est aussi la responsabilité des dirigeants européens de faire pression sur les autorités ukrainiennes pour qu’elles prennent des mesures nécessaires visant à éviter toute possibilité de la contamination des produits venant du pays.

Si l’Ukraine n’entreprend pas des efforts pour mieux gérer et moderniser ses centrales nucléaires, l’Europe risque de connaître une catastrophe plus grave que Tchernobyl.

Gabriella Lima

URL de cet article 32200
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La vérité, c’est que le gouvernement ne peut construire une prison qui soit pire que celle qui consisterait à trahir ma conscience ou mes principes."

Chelsea Manning.


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.