RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un héros, par Félicité Herzog

Le seul problème que me pose ce livre, c’est qu’il n’est pas ce qu’il dit être. Il s’affiche comme " roman " , ce qui, à l’évidence, n’est pas exact, et il prétend nous offrir un portrait de Maurice Herzog par sa fille alors que l’ancien résistant, alpiniste et ministre de droite n’est qu’un des personnages de cette sidérante saga familiale. Je dirais que le " héros " de ce livre, c’est Laurent, le frère aîné de l’auteur, celui qui a pris en pleine figure les contradictions et la névrose familiales, et qui en est mort. Le plus édifiant dans ce texte, ce n’est sûrement pas la conquête escamotée de l’Annapurna, qui nous a tant fait rêver, nous les gosses des années cinquante (http://bernard-gensane.over-blog.com/article-annapurna-premier-8000-11...), c’est l’arrière-plan familial, la vieille aristocratie collaborationniste des Brissac et des Schneider face au jeune loup de droite, héros des cimes puis redoutable homme d’affaires.

Avant d’être un formidable écrivain (quel style !), Félicité - qui doit son prénom à celui d’une conquête anglaise de son père ! - est l’héritière des aciéries du Creusot et des Brissac (http://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_de_Cossé-Brissac), puis l’épouse de Serge Weinberg, président de Sanofi, cette entreprise qui préfère les profits financiers à la recherche et aux travailleurs. Weinberg est un proche d’Attali et de Fabius. Félicité a voté Hollande à la présidentielle à cause de la lepénisation du programme de Sarkozy. Quand elle n’écrit pas, Félicité Herzog est directrice adjointe d’une filiale d’Aréva, après avoir exercé ses talents à la Banque Lazare de New York, dont elle livre dans ces pages une description saisissante.

Pour Félicité, son père se caractérise par un désir « inextinguible » de sublimation un donjuanisme « compulsif » (DSK est un prude à côté d’Herzog). Il présente sans vergogne ses petites amies à sa fille. Des proies de tous acabits : nurses, filles au pair, parentes, amies de sa femme, interprètes de voyage. Il s’accorde d’autant plus tous les droits qu’il s’est parachuté dans une famille où l’on ne jurait que par les Laval, les Chambrun, les Morand, une famille qui a fréquenté Drieu la Rochelle et Arno Breker, qui s’est régalée en 1941 de l’exposition « Le Juif et la France » au palais Berlitz (http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Juif_et_la_France).

Marie-Pierre, la mère de Félicité, est une femme brillante et indépendante. Au sortir de la guerre, elle connaît un amour partagé avec Simon Nora, un inspecteur des Finances de vingt-cinq ans, juif, résistant, compagnon de route des communistes, puis proche de Mendès-France, Servan-Schreiber et Chaban-Delmas. Scandale dans la famille, une des seules de la noblesse française « à ne pas être enjuivée ». La famille la fait enfermer dans une clinique psychiatrique en Suisse. Nora l’enlève le 12 novembre 1946. Ils se marient, ont deux enfants et divorcent en 1955.

En 1959, Marie-Pierre rencontre Herzog. Il n’a pas de fortune mais il est ministre, un héros national (le « champion d’un alpinisme d’État contre l’esprit de cordée ») qui la réconciliera avec son milieu. Et puis « Herzog » signifie « duc » en allemand… Ils se marient en 1962. Laurent naît en 1965. Madame De gaulle envoie une jolie layette bleue à cet enfant de divorcée (http://bernard-gensane.over-blog.com/article-regrettons-tante-yvonne-1...). Trois ans plus tard, une rivale, gardée sous le coude depuis des années, s’installe dans sa propre maison à Chamonix. Marie-Pierre s’efforce alors de faire un enfant dans le dos à Maurice. Ce sera Félicité.

Tout petit, Laurent est " différent " : il ne regarde personne, ne parle pas, souffre de somnambulisme. La mère de Félicité s’étiole. L’intellectuelle brillante, un temps proche de Merleau-Ponty, Lacan, Derrida, « n’est plus qu’un astre éteint ». Adolescente, Félicité se pense en Antoine Roquentin. Effarée, l’une des soeurs de son établissement religieux lui demande si elle envisage de se livrer à la prostitution !

Laurent et sa soeur vont de plus en plus mal, pressentant qu’ils ne passeront pas tous les deux le cap de l’adolescence. Le « héros » est indifférent, sauf lorsqu’en vrai prédateur, il prend sa fille en photo de manière symboliquement incestueuse :

«  Les photos se succédaient, puis il s’approcha, et dressant son avant-bras tendu vers le haut, me murmura avec un petit rire de séducteur expérimenté qui vous veut du bien :
" Tu verras, ma petite, comme toutes les femmes, c’est cela que tu aimeras, un sexe dur qui te fera bien jouir. »

Le héros gaulliste se rapproche de Jean-Marie Le Pen, « un type exceptionnel », dit-il à sa fille qu’il traîne de force à un repas en compagnie de l’homme de Montretout.

Laurent se perd dans des travaux intellectuels absurdes qui le coupent complètement du monde. La famille ne veut rien comprendre de la schizophrénie du jeune homme :

« Il était intolérable à notre univers, dans lequel tout ne devait être que réussite, puissance, filiation superbe, séduction et légende, d’avoir un malade, mental de surcroît. »

Pour Maurice, Laurent est un lâche qui ne reconnaît pas qu’il est responsable de sa maladie. Alors, à l’âge de trente-quatre ans, Laurent tombe en bas d’un escalier, foudroyé par une crise cardiaque. La femme de ménage portugaise annonce la mort du frère à la soeur : « Morto ! Morto !  ». Il se plaignait du coeur depuis un bon moment, mais personne n’avait eu l’idée de l’emmener chez un cardiologue.

Maurice n’ira jamais se recueillir sur la tombe de son fils.

Paris : Grasset, 2012.

http://bernard-gensane.over-blog.com/

URL de cet article 17955
  

Même Auteur
Éric Dupont-Moretti : "Condamné à plaider"
Bernard GENSANE
Il a un physique de videur de boîte de nuit. Un visage triste. De mains trop fines pour un corps de déménageur. Il est toujours mal rasé. Il sera bientôt chauve. Parce que ce ch’ti d’origine italienne est profondément humain, il est une des figures les plus attachantes du barreau français. Il ne cache pas sa tendance à la déprime. Il rame, il souffre. Comme les comédiens de boulevard en tournée, des villes de France il ne connaît que les hôtels et ses lieux de travail. Il a décidé de devenir avocat le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Du vivant des grands révolutionnaires, les classes d’oppresseurs les récompensent par d’incessantes persécutions ; elles accueillent leur doctrine par la fureur la plus sauvage, par la haine la plus farouche, par les campagnes les plus forcenées de mensonges et de calomnies. Après leur mort, on essaie d’en faire des icônes inoffensives, de les canoniser pour ainsi dire, d’entourer leur nom d’une certaine auréole afin de « consoler » les classes opprimées et de les mystifier ; ce faisant, on vide leur doctrine révolutionnaire de son contenu, on l’avilit et on en émousse le tranchant révolutionnaire.

Lénine

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.