Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Un site dont Total est actionnaire servirait de prison et de lieu de torture au Yémen

Frappés, battus à coups de poing et de bâton, tirés par la barbe... Un récent rapport d’ONG internationales révèle que le site gazier de Balhaf au Yémen, dont la société française Total est le principal actionnaire, a été converti en caserne émirienne, voire en un lieu de tortures. Le gouvernement français serait au courant.

Le site gazier de Balhaf au Yémen, géré par le consortium Yemen LNG (YLNG) dont Total détient près de 40% du capital, renferme une prison secrète et sert de lieu de torture, selon le rapport des associations l’Observatoire des armements et SumOfUs, en collaboration avec les Amis de la Terre, relayé par Mediapart. Les documents se basent sur des témoignages qui font part du mauvais traitement des prisonniers dont certains subissent la torture.

Prisonniers battus, malades sans soins

« On m’a enfermé dans une cellule, puis on m’a roué de coups de poing et de coups de bâton. On m’a tiré par la barbe, frappé au visage, on m’a fait croire que mes compagnons de cellule m’avaient dénoncé. On m’a accusé de faire partie de Daesh, d’Al-Qaïda [AQPA] ou des Frères musulmans », témoigne un certain Mohammad, Yéménite, dont le prénom a été modifié pour le protéger.

Ces traitements « inhumains et dégradants » remonteraient à 2017 et 2018, soit pendant la guerre civile yéménite qui opposait les rebelles houthis et le gouvernement, guerre qui a d’ailleurs toujours lieu.

« Les détenus s’entassent de cinq à parfois plus d’une dizaine dans des petites cellules de 5 à 8 mètres. Ils dorment à même le sol, n’ont pas accès à l’eau courante. Le lieu de détention est peu aéré, la chaleur est étouffante. Des cas de torture et de mauvais traitements sont évoqués : les prisonniers sont battus, les malades laissés sans soins », détaille le rapport.

Militarisation du site

Le rapport se penche également sur la militarisation du site qui est aujourd’hui « une base militaire pour les Emirats, avec des armes et des moyens logistiques », selon une source au sein du gouvernement yéménite.

Ventes d’armes françaises au Yémen : un lanceur d’alerte convoqué à la DGSI

Cette militarisation a été mise en place grâce à une participation française. Les auteurs du document évoquent ainsi la mobilisation de l’armée française sur place, dont l’envoi de « quelques commandos navals » en 2009, information révélée par WikiLeaks.

« Cette militarisation massive d’un site lié à la politique énergétique de la France pose vraiment question », estime Tony Fortin, chargé de mission de l’Observatoire des armements.

Cependant, ceci permet à l’usine de rester « en mode de préservation » et de ne pas arrêter de tourner, malgré la guerre en cours depuis 2014. Vitale pour l’énergie yéménite, l’usine est le plus important investissement jamais réalisé dans ce pays. Ses exportations pourraient atteindre « près d’un milliard de dollars par an », avance à Mediapart Aws Al-Aoud, ministre du Pétrole yéménite.

La France, est-elle au courant ?

Selon de nombreux éléments de l’enquête menée par Mediapart, le gouvernement français est loin d’ignorer la situation, une information confirmée auprès du média par un membre du gouvernement yéménite, sous couvert d’anonymat, d’après qui « Total est parfaitement au courant ».

Tony Fortin, de l’Observatoire des armements, confirme lui aussi l’information, évoquant la collaboration franco-émirienne, notamment dans les domaines de l’énergie et de la sécurité régionale, dont la lutte antiterroriste : « La France est une alliée historique des Émirats arabes unis ».

Réaction du Premier ministre et du ministre de la Défense

Sollicité par Mediapart, le cabinet d’Édouard Philippe n’a pas souhaité faire de commentaire et a renvoyé le média « vers l’entreprise », puisque « les éléments très graves dont vous faites état demandent à être précisément vérifiés ». Par ailleurs, ni Total ni YLNG n’ont souhaité répondre aux sollicitations du média, tout comme le ministère des Armées joint à plusieurs reprises.

© 2019 Sputnik. Tous droits réservés
Publié le 8 novembre 2019

7 novembre 2019

URL de cet article 35418
   
L’Espagne dans nos coeurs
Loic RAMIREZ
On a beaucoup écrit sur la guerre civile espagnole et si peu sur ses suites. Refusant la défaite, les républicains ont poursuivi leur combat durant plus de trente ans contre la dictature franquiste. Majoritairement exilés en France, ils ont eu pour principal soutien le parti communiste français et ses militants. Diffusion de tracts et de propagande, campagnes de solidarité, déplacement de clandestins et soutien logistique, les femmes et les hommes du PCF ont prêté main-forte aux "rouges" tout au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« La démocratie et les droits de l’homme ne nous intéressent que très peu. Nous utilisons simplement ces mots pour cacher nos véritables motifs. Si la démocratie et les droits de l’homme nous importaient, nos ennemis seraient l’Indonésie, la Turquie, le Pérou ou la Colombie, par exemple. Parce que la situation à Cuba, comparée à celle de ces pays-là et de la plupart des pays du monde, est paradisiaque »

Wayne Smith, ancien chef de la Section des Intérêts Américains à La Havane (SINA) sous l’administration Reagan


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.