RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un système qui permet cela est un système qui est perdu.

La Cour suprême du Royaume-Uni refuse d'entendre les arguments du recours en extradition d'Assange

Ce matin encore, sur le chemin de l’école, notre fils de quatre ans m’a demandé quand papa allait rentrer. La vie de Julian est traitée comme si elle était superflue. Il a été privé de plus d’une décennie de liberté, et de trois ans de son foyer et de ses jeunes enfants qui sont forcés de grandir sans leur père.

Un système qui permet cela est un système qui est perdu.

Que Julian soit extradé ou non, ce qui revient à dire qu’il vit ou meurt, est décidé par un processus d’évitement juridique. On évite d’entendre les arguments qui remettent en cause la déférence des tribunaux britanniques à l’égard des affirmations inapplicables et discutables concernant son traitement faites par les États-Unis, le pays qui a comploté pour l’assassiner. Le pays dont il a révélé les atrocités dans le domaine public. Julian est le témoin clé, l’inculpé principal et la cause d’un énorme embarras pour les gouvernements américains successifs.

Julian n’a fait que son travail, qui consiste à publier la vérité sur des actes répréhensibles. Sa loyauté est la même que celle que tous les journalistes devraient avoir : envers le public. Pas envers les agences d’espionnage d’une puissance étrangère. Il a publié des preuves que le pays qui tente de l’extrader a commis des crimes de guerre et les a dissimulés, qu’il a commis des violations flagrantes qui ont tué des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants innocents, qu’il a torturé, enlevé et séquestré, qu’il a bombardé des enfants, qu’il avait des escadrons de la mort et qu’il a assassiné de sang-froid des journalistes de l’agence Reuters, qu’il a soudoyé des fonctionnaires étrangers et poussé des pays moins puissants à nuire à leurs propres citoyens, et qu’il a également corrompu les enquêtes judiciaires des pays alliés sur les méfaits des États-Unis. Pour cela, ce pays veut l’emprisonner pendant 175 ans.

L’extradition va maintenant passer officiellement à l’étape politique. Le sort de Julian est désormais entre les mains de la ministre de l’Intérieur Priti Patel. C’est une affaire politique et elle peut y mettre fin. C’est à elle de prouver que le Royaume-Uni vaut mieux que tout cela. Patel peut mettre fin à l’exposition de la Grande-Bretagne au ridicule international en raison de l’incarcération de Julian. Cela demande du courage politique, mais c’est ce qu’il faut pour préserver une société ouverte qui protège les éditeurs des persécutions étrangères.

La cruauté à l’égard de Julian est corruptrice. Elle corrompt nos valeurs et nos institutions les plus chères. Elles seront éteintes et perdues à jamais si l’on ne met pas fin à cette parodie.

Le combat pour la liberté continuera, jusqu’à ce qu’il soit libéré.

Stella Moris


EN COMPLEMENT :

Rappel : l’appel portait sur les "garanties" apportées par les US sur ses conditions de détention aux Etats-Unis.

Lettre de ses avocats : (traduction automatique).

Décision de la Cour suprême concernant la requête de Julian Assange

Le 24 janvier 2022, la Haute Cour (le Lord Chief Justice et le Lord Justice Holroyde) a certifié qu’un point de droit d’importance publique avait été soulevé par M. Assange suite au rejet de son appel.

Le point certifié pour l’examen potentiel par la Cour suprême était "Dans quelles circonstances une cour d’appel peut-elle recevoir des assurances de la part d’un État requérant qui n’ont pas été présentées au tribunal de première instance dans le cadre de la procédure d’extradition".

Un panel de trois juges de la Cour suprême a examiné la demande sur papier, et cet après-midi (14 mars 2022) a refusé l’autorisation de faire appel sur la base que "la demande ne soulève pas un point de droit défendable".

Nous regrettons que l’occasion n’ait pas été saisie d’examiner les circonstances troublantes dans lesquelles les États requérants peuvent fournir des garanties sous réserve après la conclusion d’une audience probatoire complète.

Dans le cas de M. Assange, la Cour a estimé qu’il existait un risque réel de traitement interdit en cas de poursuite de son extradition.

Nous expliquons ci-dessous les processus juridiques qui suivent maintenant dans son cas.

Sur instruction de la Haute Cour, l’affaire sera renvoyée devant la Westminster Magistrates’ Court, dont la fonction se limitera ensuite à renvoyer la décision d’extradition au ministre de l’Intérieur, Priti Patel.

Le ministre de l’Intérieur décide alors d’ordonner ou de refuser l’extradition vers les États-Unis sur la base d’un certain nombre de dispositions légales. La défense a le droit de présenter des observations au ministre de l’Intérieur dans les quatre semaines suivantes, avant qu’il ne prenne sa décision.

On se souviendra que M. Assange a obtenu gain de cause devant la Westminster Magistrates’ Court sur cette question, que les États-Unis ont ensuite portée en appel devant la High Court. Il n’a pas encore interjeté appel devant la Haute Cour en ce qui concerne les autres questions importantes qu’il a soulevées précédemment devant la Westminster Magistrates’ Court. Cette procédure d’appel distincte n’a, bien entendu, pas encore été engagée.

»» https://stellamoris.substack.com/p/a-system-that-allows-this-is-a-system
Documents joints
Déclaration des avocats de Julian Assange
PDF 151 ko
URL de cet article 37852
  

Même Thème
Julian Assange parle
Karen SHARPE
200 citations qui reprennent les mots d’Assange, privé de la parole depuis si longtemps maintenant. A travers différentes thématiques, on comprend l’homme et les raisons qui ont poussé les États-Unis à le poursuivre sans raison. APPEL POUR JULIAN ASSANGE De Julian Assange vous avez beaucoup entendu parler. Souvent en mal. Mais lui-même, l’avez-vous entendu ? Savez-vous ce qu’il a vraiment dit et fait, pourquoi il a fondé Wikileaks, ce qu’il pense de la guerre, d’Internet, du journalisme et de bien (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsqu’ils n’arrivèrent pas à s’en prendre à nos arguments, ils s’en sont pris à moi.

Julian Assange

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.