RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’homme de Dieu... ou de Kiev ?

Récemment, mon attention a été attirée par L’homme de Dieu, film annoncé comme serbe, sur un prêtre orthodoxe : il est si rare de voir un film serbe à l’affiche (en dehors du célébrissime Kusturica, qui est du reste yougoslave, pas serbe) ! En outre, la religion orthodoxe , en ce moment, sent plutôt le soufre, non ? Mais, en même temps que j’étais attirée, je me méfiais ; était-il vraisemblable qu’on laisse passer un film culturellement proche de la Russie, alors qu’on censure même Le lac des cygnes ?

J’avais raison de me méfier : la réalisatrice, Yelena Popovic, donnée tantôt comme née à Belgrade, tantôt à Los Angeles (c’est plus crédible) est en fait une « serbo-américaine » qui a fait carrière à Hollywood, et le film a été réalisé en anglais (curieusement, il passait en français, dans un cinéma où on pouvait voir en même temps plusieurs films en anglais).

Quant au sujet, il étonne par son intemporalité : le héros en est un évêque orthodoxe, Nectarios, qui, au début, en 1890, officie à Alexandrie, en Egypte, et qui, en butte à la malveillance et la jalousie de ses collègues, qui ne veulent pas qu’il soit élu patriarche, le font exiler en Grèce, où ils continuent à le persécuter, y compris dans le couvent de femmes qu’il fonde à Egine. A la fin du film, on nous apprend avec insistance qu’il a été canonisé en deux temps, en 1961 et en 1998. Quel intérêt aujourd’hui ? Pour nous ? Pour les Grecs, eux-mêmes persécutés, collectivement, depuis dix ans, par l’UE, et qui ont d’autres chats à fouetter ?

Un parallèle s’impose avec un film mexicain de Buňuel, Nazarin, (1958 ), d’après le roman de Pérez Galdós : le but était de ridiculiser ce prêtre et son mysticisme (Buňuel étant férocement anticlérical) ; mais, curieusement, l’interprétation bouleversante de Francisco Rabal se retourne contre les intentions de l’auteur et fait du prêtre Nazarin une touchante figure christique. Ici, aucune ironie à l’égard de l’évêque Nectarios : on a affaire à une hagiographie ; Nectarios est toujours présenté comme un saint, et ses adversaires comme faux, pervers, brutaux, à tel point qu’on se demande quels sont leurs motifs, si ce n’est une méchanceté innée et gratuite. Certes, le film est intéressant, parfois touchant, mais on est gêné par son manichéisme outré. Quelle est donc la cible de Popovic ?

On trouve très vite la réponse sur Internet : sur les mêmes pages où on présente le film (toutes les critiques sont élogieuses), on nous informe que les orthodoxes canadiens et étasuniens ont réuni tant d’argent pour aider les Ukrainiens, et on nous appelle à apporter nos dons.

C’est alors qu’on se rappelle que le soft power étasunien utilise aussi l’orthodoxie contre les Russes : l’Ukraine a fait scission en 2018 d’avec le Patriarcat de Moscou, et son autocéphalie (indépendance) a été déclarée par le patriarcat de Constantinople. Il est facile de reconnaître dans les hiérarques sclérosés et haineux d’Alexandrie les dignitaires russes, desquels on conseille à Nectarios de faire appel au Patriarcat de Constantinople, et dans son couvent d’Egine la nouvelle Eglise ukrainienne, régénérée et anti-russe : le film ne raconte pas l’itinéraire d’un croyant qui cherche Dieu, mais la « lutte » de la nouvelle Eglise ukrainienne autocéphale pour se faire reconnaître (20 % des Ukrainiens sont restés fidèles au Patriarcat de Moscou).

L’homme de Dieu est donc un film à clés, un film de propagande anti-russe, dans lequel on embringue les Grecs malgré eux, car leurs sympathies vont aux Russes (pendant la guerre de l’Otan contre la Serbie, on pouvait voir le long des routes grecques des inscriptions à la gloire des héros serbes). Je n’ai pas envie de la faire plus longue, tant la propagande est évidente dans toutes les réalisations « culturelles » actuelles : le fameux crayon des pro-Charlie a vite révélé sa vraie nature : une mitraillette.

URL de cet article 37851
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si je devais naître pauvre en Amérique latine, je prierais le bon Dieu pour qu’il me fasse naître à Cuba »

Manu Chao

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.