RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
16 

Quand sur la chaîne d’information LCI, on discute de "l’élimination" du président Vladimir Poutine !

Vendredi 8 mars 18h : sur LCI, la grande chaîne d'information de TF1, l'émission du célèbre David Pujadas.(*) Je lis machinalement le titre de l'émission sur l'écran " Éliminer V. Poutine, la seule solution". Je n'en crois pas mes yeux. Je relis, éberlué.. Ai-je bien lu ? Oui, et il n'y a même pas un point d'interrogation au titre. C'est dit dans le mode affirmatif. Première réaction, je reste interloqué, incrédule, choqué.

Puis, je regarde, j’écoute l’émission. Ce titre, c’est peut-être un malentendu ? Une erreur que le contenu de l’émission va clarifier ? C’est peut être au contraire la dénonciation d’un tel projet d’assassinat ? Mais au fur et à mesure que j’écoute, c’est pire encore.

Hallucinant

David Pujadas, officie dans le rôle du Candide, impavide, un visage qui se veut impassible. Il veut donner l’impression qu’il s’agit d’un sujet "normal". Mais il est évident que le sujet n’a rien de normal, qu’on franchit, là, une ligne rouge. Il cherche à expliquer, à mots hésitants, que c’est une émission d’information. Son argument est que ce thème, celui de "l’assassinat de Vladimir Poutine", est à traiter par l’information, car il a déjà été abordé publiquement ou évoqué par des "personnalités" qui "ont envisagé" cet assassinat : un sénateur étasunien Lyndsay Graham, un général français, Christophe Gomart, ancien chef des services de renseignement, un ex oligarque russe "passé dans le camp américain", Alex Konanykhin, qui a "mis à prix la tête de Vladimir Poutine pour un million de dollars".

D’autres intellectuels va-t-en guerre acharnés, comme Bernard Henry Lévy, avaient évoqué à demi-mots, cette "solution" les jours précédents. En fait, peu de personnes se sont risquées à cette horreur, ou alors elles se sont vite rétractées devant les réactions de l’opinion publique. C’est dire la gravité d’un tel thème. L’argument de Daniel Pujadas n’est donc, en réalité, qu’un leurre, pour donner encore plus de publicité, plus d’ampleur à ces appels au meurtre.

En fait, dans l’émission, toutes les digues sont rompues. Celles de l’information, du droit, des valeurs humaines, des relations internationales, de l’éthique médiatique, de la morale tout court.

Pendant une heure sur le plateau, les participants, vont tout simplement débattre, froidement, des façons d’assassiner le président de la Fédération de Russie : "Un bombardement du Bunker du Kremlin ? Extrêmement difficile " dit l’un d’eux. "un empoisonnement par un agent infiltré dans son entourage, un agent double mais il risquerait d’y passer ". "Une balle de 9mm dans la tête dans un couloir du Kremlin ? Ce serait la meilleure solution", évoque un autre, se référant à ce que lui aurait dit des services français, "Que les gens des services travaillent sur cette hypothèse (l’assassinat de Vladimir Poutine) cela me parait la moindre des choses", conclut tranquillement l’un des participants. Hallucinant.

Non, ce n’est pas un film d’espionnage, ce n’est pas un cauchemar. Cela se passe sur LCI, la chaine d’information de TF1, la plus grande chaine de télévision française.

Comme une mafia

Ils sont là, réunis sur ce plateau, comme une mafia passant un contrat sur la tête d’un adversaire et discutant des moyens de le "liquider". Ce sont d’ailleurs les mots qui sont prononcés sans honte : le "liquider physiquement", "l’éliminer", "s’en débarrasser". On revient sur des "exemples" précédents , comme l’assassinat de Kadhafi et d’autres.
Certes, tout le monde sait que les puissances occidentales ont toujours pratiqué l’assassinat ou la tentative d’assassinat de dirigeants étrangers. Les assassinats ou les tentatives d’assassinat sont connues de Lumumba à Fidel Castro, en passant par Kadhafi et un grand nombre de dirigeant africains, latino-américains, arabes etc.
Mais là, il s’agit d’une des plus grandes puissances, et maintenant, c’est public, c’est en direct. On ne cherche même plus à maquiller le projet, les pulsions de meurtre. Le titre de l’émission dit "la seule solution". On ne pense même pas à d’autres solutions, le dialogue, la négociation diplomatique. Non, l’assassinat pur et simple. C’est brut, c’est sans scrupules, c’est sans état d’âme.

L’Occident a fait main basse sur l’argent de bien des États, dont dernièrement celui de la Russie et de l’Afghanistan. Il a fait fi déjà de la morale internationale et des principes les plus élémentaires de la propriété. La boucle est bouclée. Ce gangstérisme international aboutit désormais au projet de meurtre, à l’assassinat, souhaité, justifié, revendiqué et donc à toute la panoplie mafieuse.

Peut-on imaginer une telle scène dans une quelconque télévision dans le monde non occidental, c’est-à-dire un débat sur la manière, comme ils le disent, de "liquider physiquement" un chef d’État ? Imaginons un instant un tel projet concernant le président Biden, ou Macron, ou Boris Johnson, exposé froidement dans une télévision russe. Impensable. Et dans une quelconque télévision du monde, sur le sujet d’un projet d’assassinat d’un quelconque dirigeant. Dans tout pays normal, ceci serait considéré comme un grave délit, comme un appel au crime. Là rien. Et ces gens se réclament à longueur de journée de l’État de droit.

C’est terrifiant. Certains milieux occidentaux n’ont plus de repères.

"Merci Poutine" ?


Cette violence verbale effarante semble s’être généralisée dans le système médiatico- politique occidental, à part quelques exceptions courageuses. C’est dans les réseaux médiatiques alternatifs occidentaux que se réfugient aujourd’hui, désormais, les forces de paix et de l’humanisme.

On retrouve cette violence inouïe même dans le discours de certains chefs d’États occidentaux. Rares sont ceux qui veulent garder la mesure Ainsi, le jeudi 10 mars, le président Jo Biden pouvait dire du président Vladimir Poutine "qu’il en paiera le prix", ce qu’il répète sans cesse depuis le début de la crise. Il le menace même de "sanctions personnelles" et le traite de "dictateur". En France, à l’Élysée, on fait entendre que Vladimir Poutine est "paranoïaque". Le président Emmanuel Macron accuse régulièrement la Russie de crimes, pour, peu après, téléphoner longuement au président russe ; et les exemples sont nombreux. C’est au plus haut niveau politique que l’exemple est donné aux médias occidentaux. Imaginons le président russe dire, au cours des agressions contre l’Irak ou la Lybie, que "les États Unis devront en payer le prix". Impensable, là aussi. Ce serait un casus belli. Mais ici, il y un mépris pour l’autre, une arrogance, une posture de maitre du monde, un sentiment d’impunité. Tout ceci explique la méfiance ou l’hostilité sourde permanente du reste du monde envers l’Occident.

La Chine est désormais première puissance économique mondiale. Mais ses relations avec les autres puissances, même dans les conflits, restent pleines de courtoisie et de considération. Est-ce finalement une question culturelle ?

Mais aussi, inversement, les dirigeants des puissances occidentales sont, soudain, capables de changer complètement de comportement dès qu’ils y voient un intérêt. Ce qui est bien la preuve que tout cela n’a rien à voir avec l’argument de la défense des valeurs occidentales qui leur sert souvent de discours de légitimation. C’est ainsi que, dernièrement, les États-Unis, ont voulu se rapprocher du Venezuela, qu’ils s’efforcent d’isoler depuis des années, et du Président Madoro, qu’ils traitaient d’"abominable dictateur" . Ressources énergétiques obligent. De même, les États-Unis et leurs alliés ont désormais hâte de conclure un accord avec l’Iran et de normaliser leurs rapports avec lui. La France, de son côté, fait les yeux doux à l’Algérie et à ses réserves de gaz.

Ces pays, ainsi courtisés, doivent peut-être se dire : "Merci Poutine".


(*) Lien vers la vidéo de l’émission

URL de cet article 37853
  

Le cauchemar de Humboldt de Franz Schultheis
Bernard GENSANE
Bien qu’un peu long, ce compte-rendu rend à peine justice à la richesse de cet ouvrage indispensable à ceux qui veulent comprendre pourquoi, par exemple, la première contre-réforme imposée par Sarkozy fut celle des universités. On pourrait commencer par cette forte affirmation de 1991 de sir Douglas Hague, universitaire britannique de haut niveau, professeur de sciences économique, spécialiste du " marché de l’éducation " et, ô surprise, ancien conseiller de Madame Thatcher : "Si les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Croire que la révolution sociale soit concevable... sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira "Nous sommes pour le socialisme", et qu’une autre, en un autre lieu, dira "Nous sommes pour l’impérialisme", et que ce sera alors la révolution sociale !

Quiconque attend une révolution sociale “pure” ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution.

Lénine
dans "Bilan d’une discussion sur le droit des nations", 1916,
Oeuvres tome 22

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.