RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
L’ONU demande la levée du blocus contre Cuba

Un vote sous embargo

Il y a huit jours, à l’ONU, les Etats-Unis se sont retrouvés isolés comme jamais. Du réchauffé ? L’événement en a provoqué un autre qui mérite d’être relevé : le vote de la communauté internationale contre le blocus infligé à Cuba a, jusqu’ici, été mis sous embargo par l’ensemble des médias.

Le 27 octobre [2015], à l’ONU, un tonnerre d’applaudissements a salué le résultat du vote sur la résolution demandant la levée du blocus contre Cuba. Où donc avez-vous vu l’image de l’Assemblée générale, ovationnant debout ?

Il y a huit jours, par 191 voix contre deux (USA et Israël), le monde a isolé comme jamais l’empire qui, visiblement, ne durera pas mille ans. Avez-vous lu l’information quelque part ?

Mis à part le Figaro.fr qui donnait la nouvelle le jour même, en quelques lignes, mis à part quelques chaines d’information en continu, pas un titre ni même une ligne dans les journaux télévisés et la presse écrite. C’est pourtant une déculottée sans précédent que viennent de subir les États-Unis à l’ONU. Ils y laissent et leur chemise et leur pantalon. Le vote de la communauté internationale met à nu les calculs de l’Administration et déjoue sa propagande. Raison pour laquelle sans doute, les grands moyens d’information ont mis ce vote sous embargo.

En décembre 2014, précédant l’annonce des présidents des deux pays de renouer des relations normales, le New York Times, dans le secret des dieux et très inspiré par la maison Blanche, avait multiplié les éditoriaux : « Le blocus est inefficace et a échoué.... Même notre opinion publique, celle de Floride y compris, y est hostile... Cuba se développe et nous perdons de l’argent... Loin d’isoler Cuba, c’est nous qui nous isolons. ». Preuve que le ver est dans le fruit, la suppression du blocus était présentée comme condition sine qua non « pour reconquérir notre Hégémonie en Amérique Latine ».

Enfin, argument choc, Le New York Times y voyait le moyen de reconquérir une légitimité internationale : « Devant la carte du monde, le président Obama doit ressentir de l’angoisse devant le lamentable état des relations internationales...il serait judicieux qu’il réfléchisse sérieusement sur Cuba où un changement de politique pourrait représenter un grand triomphe pour son gouvernement ». La preuve par l’ONU, c’est raté cher confrère.

AUCUN CHANGEMENT TANGIBLE

Barak Obama, en fin de mandature, semble décidé à passer la postérité ; La levée du blocus lui permettrait d’étoffer son prix Nobel de la paix. Il a multiplié les arguments, entre autres celui-ci : la levée du blocus est un moyen de peser sur le gouvernement cubain, de favoriser le secteur privé et l’émergence d’une opposition dans l’ile. Les premières mesures d’assouplissement vont toutes dans ce sens. C’est sans doute la raison pour laquelle, bien que ses pouvoirs lui en donnent les moyens, le président se refuse à vider le blocus de son contenu. Ce dernier a échoué dans son application ? Certes, mais même inefficace il peut servir quand même : sévir dorénavant comme instrument de chantage. Il sera levé mais au compte-gouttes et si seulement Cuba se tient bien et selon notre bon plaisir.

Le calcul rend inapplicables les « mesures d’assouplissement » mises en exergue par nos médias comme preuves du démantèlement du blocus. Y compris celles destinées à accroitre l’influence étasunienne dans l’Ile. C’est ainsi que le premier versement de la compagnie Sprint qui devait inaugurer le rétablissement de communications téléphoniques directes entre les deux pays a été bloqué par l’OFAC, l’organisme du [Ministère du] Trésor [des Etats-Unis]. Même chose pour plusieurs transferts bancaires destinés à financer des vols charters.

Cela ne devrait pas se savoir, cela ne devrait pas être dit. Le monde devrait se contenter des risettes d’Obama, saluer son « courage » ou sa « lucidité », dauber sur ses déclarations d’intention en faisant mine d’ignorer que le blocus sévit toujours. Que l’ONU circule, il n’y a rien à voir. Cuba ne l’entend pas de cette oreille ni se priver du prestige acquis devant la communauté internationale qui a contribué à infléchir la politique de l’Administration.

« Tant que le blocus durera, nous continuerons à le dénoncer » avait averti Raul Castro le 26 septembre, lors de l’ouverture de l’Assemblée générale à New York. Rappelant les progrès réalisés, l’ouverture des ambassades respectives, il précisait cependant : « s’enclenche maintenant une évolution longue et complexe pour la normalisation de nos relations, laquelle ne sera réalité que lorsque le blocus sera levé, que le territoire occupé illégalement par la base navale des États-Unis, dans la baie de Guantánamo, nous sera rendu, que les émissions de radio et de télévision ainsi que les programmes de subversion et de déstabilisation auront cessé et que notre peuple aura été indemnisé pour les pertes humaines et économiques subies » (121 milliards 192 millions de dollars).

S’exprimant devant l’ONU deux jours plus tard, Barak Obama avait déclaré : « J’ai confiance que notre Congrès lèvera inévitablement l’embargo qui ne devrait plus être en place ». Mais il sévit toujours. Économique, commercial et financier, il affecte la vie de plus de 11 millions de personnes et constitue le principal obstacle au développement de l’ile du crocodile verte. Il viole les accords et les règles qui régissent, en tous domaines, les relations entre États. Il attente au droit des citoyens étasuniens puisque Cuba est le seul pays du monde où ils ne peuvent voyager librement.

UNE VIOLATION MASSIVE DES DROITS DE L’HOMME

Dés sa publication, les États-Unis ont fait pression pour que la résolution cubaine présentée à l’ONU soit, sinon retirée, au moins amendée. Auquel cas, faisaient-ils savoir, ils auraient condescendu à… s’abstenir. La résolution a été maintenue et ils se sont pris les pieds dans leurs propres calculs. Leur vote, contre la levée de l’embargo, réduit à néant leur propagande et met à nu leurs intentions véritables. Il jette le discrédit sur la politique extérieure de l’empire qui frise la schizophrénie et ridiculise le président Obama.

Pour tenter de justifier le vote lors du débat devant l’Onu, le représentant nord-américain Ronald Godard, a déclaré : « Nous regrettons que le gouvernement de Cuba ait décidé de continuer à présenter sa résolution » qui « ne souligne pas les pas significatifs effectués ni l’esprit de compromis du président Obama ». Faux car le texte se félicite du « rétablissement des relations diplomatiques » , reconnaît « la volonté exprimée par le président Obama de travailler à l’élimination du blocus économique, financier et commercial ». Mais, malgré ces progrès, a souligné le ministre des relations extérieures de Cuba, « il n’y a eu aucun changement tangible . » Il a souligné : « Nous ne devons pas confondre nos désirs ou les manifestations d’intention avec la réalité. Il faut juger à partir des faits. Ils démontrent que le blocus contre Cuba bat son plein (…..) Il s’agit d’une violation flagrante, massive et systématique des droits de l’Homme. »

Ce qui vient de se passer à l’ONU confirme que c’est bel et bien la résistance et la volonté cubaine qui imposent la levée du blocus. Qu’elle n’aura pas lieu si Cuba et la communauté internationale ne l’imposent pas. Que les États-Unis devront s’y résoudre, dans leur propre intérêt, au lieu de faire semblant. En attendant, l’empire se retrouve gros Jean comme devant et cul nu devant l’ONU. Indécent et dérangeant spectacle pour nos « moyens d’information » qui l’ont censuré en chœur.

Maïté Pinero

URL de cet article 29543
  

Même Thème
L’écologie réelle
Guillaume SUING
Des premières aires naturelles protégées (zapovedniki) en 1918 jusqu’au plus grand plan d’agroforesterie au monde en 1948, avant que Nikita Khrouchtchev ne s’aligne sur le modèle intensif américain dans les années soixante, c’est toute une écologie soviétique qui fut jadis raillée par les premiers zélateurs occidentaux de l’agriculture « chimique ». Cette « préhistoire dogmatique », pourtant riche d’enseignements pour l’époque actuelle, est aujourd’hui totalement passée sous silence, y compris dans le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(CUBA) "Tant qu’il y aura l’impérialisme, nous ne pouvons nous permettre le luxe du pluri-partisme. Nous ne pourrions jamais concurrencer l’argent et la propagande que les Etats-Unis déverseraient ici. Nous perdrions non seulement le socialisme, mais notre souveraineté nationale aussi"

Eugenio Balari
in Medea Benjamin, "Soul Searching," NACLA Report on the Americas 24, 2 (August 1990) : 23-31.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.