RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Une école de jeunes-loups africains pour un univers néolibéral impitoyable

La dépolitisation des peuples est fondamentale, et celle des jeunes prioritaire, pour les projets du néolibéralisme planétaire, africain à l'occasion

Ce centre éducatif supérieur de l’île Maurice, l’African Leadership College (1), formant des jeunes leaders africains est un projet politique qui ne dit pas son nom. Il a une philosophie sous-jacente, une base théorique, mélangeant des postulats de Francis Fukuyama d’une part, et ceux d’ Hernando de Soto d’autre part, pour n’en citer que ces deux.

Le premier nous assenait ses thèses portant sur l’arrivée définitive de l’humanité à un horizon capitaliste - néolibéral - indépassable, dans le contexte de l’auto-dissolution de l’URSS en 1991. Les USA et ses théoriciens grisés par cette "victoire" stratégique de l’Occident furent frappés d’un manque fondamentale de discernement. Ils produirent ensuite des meilleures "perles" intellectuelles avec toute une génération de néoconservateurs, provoquant encore des crimes et tragédies dans les années 2000 avec la profusion de guerres qu’ils encouragèrent. Avec les guerres contre l’Afghanistan et l’Irak comme points d’orgue, dont nous héritons encore les conséquences. Y compris en Afrique.

Le second, un économiste péruvien, d’orientation reaganienne, préconisait depuis les années 1980 les thèses du consensus de Washington - revues, corrigées, approfondies ... et aggravées - réclamant le démantèlement accéléré de l’État, de l’État entrepreneur et de l’État social, dans la foulée de la politique économique d’Augusto Pinochet au Chili depuis 1973.

De Soto, ce "Chicago boy" version sud-américaine, prétendait que la voie du développement de son pays était le néolibéralisme radical (pléonasme ! mais utile ) et que la solution au chômage massif, structurel, des Péruviens résidait dans la seule volonté entrepreneuriale - ces "Yes, we can" ont une large filiation états-unienne depuis les années 1960-1970 où l’auto-suggestion poussée fut l’apanage des prédicateurs évangélistes et d’autres coachs du développement personnel par exemple - des chômeurs qui n’auraient qu’à créer leur propre emploi en créant leur propre entreprise.

Ce H. de Soto, fidèle à ses thèses, est aujourd’hui le conseiller de Keiko Fujimori, la fille de son autocrate de père - en prison (25 ans) pour crimes contre l’humanité - qui rêve de se faire élire un jour présidente au Pérou pour libérer son père et restaurer le fujimorisme politique. Notons que le vice de la succession dynastique n’est pas un privilège africain.

La dépolitisation des peuples est donc fondamentale, et celle des jeunes prioritaire, pour les projets du néolibéralisme planétaire, africain à l’occasion. Dans les pays dominés du Sud ces postulats sont criminels. Car en Afrique, par exemple, ce qui manque fondamentalement c’est l’État, cet ensemble d’institutions solides et crédibles qui garantiraient services publiques et droits sociaux, emplois, services de santé et services éducatifs, étant le socle du développement social et économique des pays.

Les pays africains sont vassalisés, leurs "États" incompétents, corrompus, impuissants, et leurs armées ethnicisées, ridicules, impotentes. Lors d’une guerre civile, d’une épidémie ou d’une famine ce sont les ONG et les armées occidentales, françaises la plupart du temps, qui viennent enchantées à "l’aide" pour mieux approfondir la domination. Embrasser fort, pour mieux étouffer. Les anciennes colonies françaises ayant même toujours la monnaie coloniale, le franc cfa, et des accords militaires les subordonnant à Paris... éternellement.

Qui ne voit pas clair ne sait pas vers où il marche. La jeunesse africaine a besoin de voir clair, mais se fait émasculer par ces projets éducatifs - mélange de super BTS (2) "force de vente", de management et d’attaché-de-presse ... de soi-même - véritables projets politiques néolibéraux tendant à formater irrémédiablement les jeunes, qui se présentent comme la voie par excellence de réussite personnelle par les études, pour plonger ensuite dans le monde impitoyable des affaires, tels de véritables requins voulant devenir soit golden-boys soit des nouveaux Mark Zuckerberg à la peau noire. Lamentable, ridicule, pernicieux mimétisme du modèle néolibéral anglo-saxon.

Tout peuple a besoin d’intelligence d’abord et de courage ensuite pour affronter soit une grave crise conjoncturelle, soit un délabrement stratégique ou soit l’absence d’avenir prometteur, soit tous les trois au même temps. Ce n’est pas en émasculant ni en lobotomisant les jeunes africains, les parquant dans un égoïsme, dans un égocentrisme - l’horizon indépassable de leurs propres petites personnes ou de leurs familles - , lamentables et éthiquement contestables, que les peuples de jeunes nations construiront leur avenir.

Avenirs à construire avec des intellectuels et hommes d’État solidement formés, des cadres, professionnels et techniciens compétents assurant la construction de leurs pays, assurant le respect des droits souverains de leurs peuples, garantissant leur développement, l’essor de leurs économies qui ne peuvent pas être le plagiat du modèle des dominateurs, avec des responsables sociaux et politiques formés, compétents... incorruptibles.

Pour l’instant les jeunes africains sont ainsi appâtés avec des paradigmes tels les Malamine Koné ou Didier Drogba (3), entre autres. Et ils mériteraient bien mieux, s’inspirant surtout des Modibo Keïta, Amilcar Cabral, Kwamé Nkrumah ou Abdoul Karim Camara, le petit Cabral malien.

Luis F. BASURTO

(1) https://www.alueducation.com/campuses/alc-mauritius/
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/08/12/de-quoi-le-leadership...
(2) Brevet de technicien supérieur, Bac plus 2 en France.
(3) Homme d’affaires (Airness) malien et footballeur ivoirien respectivement.

URL de cet article 30762
  

Même Thème
Que fait l’armée française en Afrique ?
Raphaël GRANVAUD
Préface d’Odile Tobner-Biyidi Que fait l’armée française en Afrique ? Et de quel droit s’y trouve-t-elle encore aujourd’hui ? Si l’on en croit les discours officiels, elle n’y aurait plus depuis longtemps que des missions humanitaires et de maintien de la paix. La page du néocolonialisme et de la Françafrique aurait été tournée en même temps que finissait la guerre froide. Ce « Dossier noir » examine, à travers de nombreux exemples concrets, la réalité de cette présence depuis deux décennies. Après un (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce qui distingue principalement l’ère nouvelle de l’ère ancienne, c’est que le fouet commence à se croire génial.

Karl Marx

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.