Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

16 

« Une restructuration de la Grèce à l’intérieur de l’Euro est illusoire. »

Les ministres des finances européens prévoient d’approuver un second plan de sauvetage de la Grèce ce lundi, mais Hans-Werner Sinn, le directeur de l’Institut de recherche économique (IFO), un groupe de réflexions allemand de haut niveau, avertit que l’argent ne fera qu’aider les banques internationales - et non les Grecs. Il fait valoir que la Grèce ne peut résoudre sa crise que si elle quitte l’Euro.

SPIEGEL ONLINE : Les ministres des finances de la zone euro souhaitent approuver un nouveau plan de sauvetage de la Grèce ce lundi. Les 130 milliards d’Euros supplémentaires peuvent-ils sauver la Grèce ?

Hans-Werner Sinn : Non, et les politiciens savent qu’ils ne le peuvent pas. Ils veulent gagner du temps jusqu’à la prochaine élection. Je pense que nous perdons du temps en faisant cela.

SPIEGEL ONLINE : Pourquoi ?

Hans-Werner Sinn : Parce que la dette extérieure de la Grèce augmente chaque année qui passe jusqu’à ce qu’elle ne quitte l’union monétaire. Nous renvoyons toujours plus loin la résolution du problème. Le problème fondamental est que la Grèce n’est pas compétitive. Les prêts à taux préférentiels de l’Euro ont amené le pays à augmenter artificiellement les prix et les salaires - et le pays doit faire marche arrière à partir de ce niveau élevé.

SPIEGEL ONLINE : Donc, les pays de l’Euro ne devraient pas approuver l’aide ?

Hans-Werner Sinn : Ils doivent leur donner l’argent pour faciliter leur sortie de l’union monétaire. Le gouvernement grec pourrait utiliser l’argent pour nationaliser les banques du pays et empêcher l’Etat de s’effondrer. L’Etat et les banques doivent continuer à fonctionner dans tous les bouleversements qu’une sortie entraînera.

SPIEGEL ONLINE : Ces bouleversements frapperaient sévèrement la population.

Hans-Werner Sinn : Oui, indéniablement. Mais la crise ne serait que temporaire, elle devrait durer un à deux ans peut-être. Cette période devrait être soutenue par l’aide financière de la communauté internationale. Mais la Drachme se déprécierait immédiatement et la situation va se stabiliser très rapidement. Après un orage bref, le soleil brillera à nouveau.

SPIEGEL ONLINE : Comment une sortie de l’Euro aiderait-elle la Grèce en termes concrets ?

Hans-Werner Sinn : Elle devrait redevenir concurrentielle. Parce que les produits grecs deviendraient rapidement devenir moins chers et la demande serait redirigée des importations vers des marchandises produites dans le pays. Les Grecs ne devraient plus acheter leurs tomates et de l’huile d’olive de Hollande ou d’Italie, mais auprès de leurs propres agriculteurs. Et les touristes pour qui la Grèce a été trop chère ces dernières années seraient de retour. En outre, de nouveaux capitaux devraient affluer dans le pays. Les Grecs riches qui ont déposé tant de milliards, voire des centaines de milliards d’Euros, en Suisse verraient les prix de l’immobilier et les salaires en baisse, et auraient une incitation pour commencer à investir à nouveau dans leur propre pays.

SPIEGEL ONLINE : Est-ce que la sortie de la zone euro entraînerait la Grèce à faire faillite ?

Hans-Werner Sinn : Non, c’est tout l’inverse. La faillite l’obligera à sortir de l’Euro. Les Grecs devraient quitter immédiatement l’Euro s’ils ne recevaient plus aucune aide internationale, car la faillite ne pourrait pas être gérée au sein du système de l’Euro. L’état serait insolvable et le système bancaire également. L’ensemble du système des paiements s’effondrerait. Le chaos ne peut être évité que si la Grèce quitte l’Euro et que la monnaie se déprécie immédiatement.

SPIEGEL ONLINE : Est-ce que cela veut dire que la Grèce devrait être contrainte de quitter l’Euro ?

Hans-Werner Sinn : Non, personne ne devrait forcer quiconque. Mais dans le même temps la Grèce n’a pas le droit de recevoir une assistance permanente à partir des autres pays de l’Euro, et les créanciers de la Grèce n’ont pas le droit de se faire rembourser la dette par la communauté internationale. Tout le monde a à gagner son niveau de vie soi-même, et ceux qui choisissent de gagner de l’argent à partir de risques doivent assumer ces risques.

SPIEGEL ONLINE : Si les Grecs devaient quitter la zone euro, les sévères mesures d’austérité seraient-elles encore nécessaires ?

Hans-Werner Sinn : Dans ce cas, un sauvetage a trait en réalité à une réduction de la croissance de la dette. Les économistes se réfèrent uniquement à un sauvetage si la dette est effectivement remboursée. La Grèce est loin de le faire. Mais il est vrai que la Grèce a pris l’habitude de l’afflux de crédit pas cher de l’étranger, et que c’est politiquement impossible de réduire les salaires dans les proportions nécessaires pour rendre le pays compétitif.

SPIEGEL ONLINE : De combien les salaires devraient-ils être réduits ?

Hans-Werner Sinn : Les produits grecs doivent devenir 30% moins chers pour être sur un pied d’égalité avec la Turquie. Vous ne pouvez y parvenir que par une sortie de l’Euro et une dévaluation. Sans dévaluation, des millions de listes de prix et de contrats de travail devraient être réécrits. Cela amènerait à une radicalisation des syndicats et pousserait le pays au bord de la guerre civile. En outre, les entreprises feraient faillite parce que leurs actifs se réduiraient alors que leurs dettes bancaires resteraient inchangées. Vous pouvez seulement réduire la dette bancaire à travers une dépréciation de la monnaie. Le plan visant à restructurer radicalement la Grèce au sein de l’Euro est illusoire.

SPIEGEL ONLINE : Pourquoi les pays de la zone euro sont-ils si catégoriques sur le fait que la Grèce devrait rester dans l’Euro ?

Hans-Werner Sinn : Ce ne sont pas vraiment sur les pays. Les Grecs sont pris en otage par les banques et les institutions financières de Wall Street, de Londres et de Paris, qui veulent s’assurer que l’argent continue à couler à partir des plans de sauvetage gouvernementaux - pas pour la Grèce, mais dans leurs coffres.

SPIEGEL ONLINE : Qu’en est-il d’une contagion d’une faillite ou d’une sortie grecque de l’Euro impliquerait ? Les marchés financiers pourraient supposer que d’autres pays vont souffrir du même sort que la Grèce.

Hans-Werner Sinn : Il peut y avoir des effets de contagion. Mais je pense que cet argument est instrumentalisé par des gens qui sont inquiets de perdre de l’argent. Les gens continuent à dire "ce sera la fin du monde si vous les Allemands cessez de payer." En réalité seuls les portefeuilles d’actifs de certains investisseurs vont souffrir.

Source : ’Restructuring Greece Within the Euro is Illusory’

URL de cet article 15903
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

La Guerre d’Espagne - Révolution et contre-révolution (1934-1939)
Burnett Bolloten
« La révolution espagnole fut la plus singulière des révolutions collectivistes du XXe siècle. C’est la seule révolution radicale et violente qui se soit produite dans un pays d’Europe de l’Ouest et la seule qui ait été, malgré l’hégémonie communiste croissante, véritablement pluraliste, animée par une multitude de forces, souvent concurrentes et hostiles. Incapable de s’opposer ouvertement à la révolution, la bourgeoisie s’adapta au nouveau régime dans l’espoir que le cours des événements changerait. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"De toutes les ironies exprimées par la politique étrangère américaine, notre position vis-à -vis de Cuba est la plus paradoxale. Une forte dégradation de la situation économique a provoqué une poussée du nombre de Cubains entrant illégalement aux Etats-Unis.

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour détériorer la situation économique et ainsi accroître le flux. Nous encourageons également cet exode en accordant aux Cubains, qui arrivent illégalement ou qui s’approchent par voie de mer, un statut de résident et une assistance pour s’installer.

Dans le même temps, nous n’avons pas respecté les quotas de visas pour les Cubains désireux d’immigrer aux Etats-Unis [...] quand Castro tente d’empêcher des cubains malheureux de quitter leur pays infortuné, nous l’accusons de violer des droits de l’homme. Mais quand il menace d’ouvrir grand les portes si nous continuons à accueillir sans limites des cubains sans visas - y compris ceux qui ont commis des actes de violence pour aboutir à leurs fins - nous brandissons des menaces imprécises mais aux conséquences terribles. "

Jay Taylor, responsable de la section des intérêts américains à Cuba entre 1987 et 1990, in "Playing into Castro’s hands", the Guardian, Londres, 9 août 1994.


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.