Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Venezuela : Ce n’est un coup d’Etat que si le gouvernement états-unien le dit (FAIR)

La rage médiatique qui a légitimé la répression contre les Gilets jaunes en France aide, par analogie, à mesurer l’étendue du mensonge sur le Venezuela. L’occultation de la base populaire du chavisme et la transformation en “société civile luttant pour la démocratie” d’une minorité nostalgique de l’apartheid, victorieuse à Brasilia et impatiente à Caracas, ont déjà fait l’objet de quelques centaines d’analyses sur ce blog (voir “médiamensonges/propagande/désinformation”). Les médias français étant, avec un retard de quelques heures ou minutes, l’ombre portée des médias privés du Venezuela et des Etats-Unis, on gagne du temps à étudier l’original. - Venezuelainfos

L’Histoire semble se répéter au Venezuela, où l’opposition locale de droite a lancé une nouvelle tentative de chasser le Président Nicolas Maduro du pouvoir. Entouré d’une poignée de partisans inconditionnels, Juan Guaidó, président "autoproclamé"… par Washington, a appelé les militaires à se soulever pour renverser le président démocratiquement élu Nicolas Maduro, ce 30 avril 2019. Guaidó, un homme qui ne s’est jamais présenté aux élections présidentielles, avait tenté la même chose en janvier. La droite vénézuélienne a déjà tenté de renverser Maduro et son prédecesseur Hugo Chávez en de nombreuses occasions, notamment en 2017, 2014, 2013, 2002 et 2001.

Bien qu’elle porte les marques évidentes d’un coup d’État – défini comme « le renversement violent ou la modification d’un gouvernement existant par un petit groupe » – les médias états-uniens ont massivement soutenu cette tentative, comme ils l’ont fait dans le passé – (FAIR.org, 25/01/19, 16/5/18, 18/4/02). CNN (30/4/19) a dit aux Etats-Unis qu’il faut "soutenir le peuple" du Venezuela, avant de déclarer explicitement : "soutenir le peuple vénézuélien signifie espérer que Maduro va partir" – répétant ce phénomène étudié par FAIR (31/1/19) qui veut que pour les médias privés, "le peuple du Venezuela" est la minorité (raciste, blanche) qui est d’accord avec le gouvernement états-unien. CNN (30/4/19) a également utilisé les images des paramilitaires de Guaidó (identifiables par leurs brassards bleus) pour illustrer un rapport expliquant que les forces du "dictateur socialiste" Maduro "fauchaient des citoyens dans les rues."

Pas un Coup d’Etat mais un…

JPEG - 29.2 ko
Traduction : « En photos : Un défi de l’opposition soutenu par l’armée est en cours au Venezuela »… Le prix de l’euphémisme le plus lourd revient au … Washington Post (30/4/19) !

Le cadre perceptif est un puissant outil de propagande. Ne dites pas "bombardement massif" mais "attaque chirurgicale". Ne dites pas "tortures" mais "techniques avancées d’interrogatoire". Ne dites pas "droite putschiste" mais "opposition", ou "société civile". Dans leurs efforts pour éviter l’usage du terme négatif, bien qu’approprié, de "coup d’Etat" pour décrire les événements qu’ils soutiennent, les médias doivent parfois emprunter des détours bizarres et des voies tordues. Le Washington Post (30/4/19) a employé l’expression confuse de "défi mené par l’opposition et soutenu par les militaires". Le Post (30/4/19) a aussi publié un article en appui à Guaidó sous le titre "Une tentative de coup d’Etat est-elle en cours au Venezuela ?" Commençons par définir "coup d’Etat" pour voir s’il en existe de "nobles" et "démocratiques"…

D’autres médias ont également refusé d’utiliser le mot le plus logique pour décrire les événements. CBS (30/4/19), Reuters (1/5/19) et CNN (1/5/19) ont choisi le mot "soulèvement" NPR (30/4/19), le New York Times (30/4/19) "protestation". Yahoo ! News a préféré "pari à haut risque" (1/5/19). De son côté le Miami Herald (30/4/19) a insisté sur le fait que la "rébellion militaire" au Venezuela "peut être appelée de multiples manières. Mais ne l’appelez pas une tentative de coup d’Etat."

Même des médias internationaux comme la BBC (1/5/19), le Guardian (1/5/19) ou Al-Jazeera< (1/5/19) n’ont utilisé le terme "coup d’Etat" qu’entre guillemets, en le définissant comme une accusation provenant des autorités gouvernementales que ces médias ont satanisés depuis des années (Extra !, 11–12/05 ; FAIR.org, 28/5/18, 11/4/19). Et ceci en dépit du fait qu’Al-Jazeera (30/4/19) a rapporté, le jour même du coup d’Etat, qu’Erik Prince, Le PDG de l’entreprise militaire privée Blackwater, a tenté de convaincre Donald Trump de le laisser envoyer 5000 mercenaires au Venezuela pour "chasser" Maduro.

Sténographes du pouvoir

Les raisons de la résistance des médias à user du terme "coup d’Etat" sont à rechercher dans les annonces officielles du gouvernement. Avec autant de crédibilité qu’un homme armé et masqué criant à plusieurs reprises "ceci n’est techniquement pas un hold-up", le conseiller national à la sécurité John Bolton a déclaré aux journalistes le 30 avril : "clairement il ne s’agit pas d’un coup d’Etat" mais d’un effort du "peuple vénézuélien" pour récupérer "sa liberté", que les Etats-Unis "soutiennent pleinement." De la même manière, le Secrétaire d’Etat et ex-directeur de la CIA Mike Pompeo a annoncé que ce que nous voyons au Venezuela "est la volonté du peuple de changer pacifiquement le destin de leur pays et de passer du désespoir à la liberté et à la démocratie."

Peu après les commentaires de Bolton, Bloomberg a publié une série d’articles (30/4/19 ;30/4/19 ; 30/4/19), tous d’auteurs différents, pour nous expliquer pourquoi ces événements ne constituaient pas une tentative de coup d’Etat. Et ceci malgré le fait que le reporter de Bloomberg Andrew Rosati a révélé que le leader du coup d’Etat Leopoldo Lopez lui a dit ainsi qu’aux autres médias internationaux, qu’il voulait que les Etats-Unis gouvernent officiellement le Venezuela lorsque Maduro tomberait.

JPEG - 15.6 ko
“Nous avons menti, nous avons volé” a declaré Pompeo mais croyez-le : si Maduro est resté au pouvoir c’est parce que Poutine le lui a ordonné (CNN, 5/1/19) !

Pompeo a fait des vagues en avril après avoir admis publiquement lors d’un événement à l’université de Texas A&M University qu’il était un menteur en série, un tricheur et un voleur. En tant que directeur de la CIA, a-t-il déclaré, "Nous avons menti, nous avons triché, nous avons volé. Nous avions des cours complets pour ça !" Cela n’a pas empêché les médias de crédibiliser ses déclarations étonnantes faites lors d’une interview par Wolf Blitzer de CNN (1/5/19) selon lesquelles Maduro, qui a survécu à plusieurs tentatives de coups d’Etat et d’assassinats, se trouvait sur le tarmac de l’aéroport pour s’envoler vers Cuba, "prêt à quitter le Venezuela pour de bon", et n’était resté sur place que sur injonction de la Russie.

Cette affirmation douteuse, non vérifiée et contestée officiellement a fait les titres du monde entier (Daily Beast, 30/4/19 ; Newsweek, 30/4/19 ; Times of London,1/5/19 ; Deutsche Welle, 30/4/19), sans que sa crédibilité soit vraiment remise en cause.

Ce n’est pas la première fois que les médias suivent la ligne gouvernementale sur un coup d’Etat au Venezuela. Comme je l’ai expliqué en détail dansmon livre, Mauvaises nouvelles du Venezuela : vingt ans de mensonges et de désinformation, les médias états-uniens ont appuyé le coup d’Etat d’avril 2002 contre le président Chavez, utilisant des euphémismes tels que "soulèvement populaire" (Miami Herald, 18/4/02), "troubles" (New York Times, 23/5/02) ou "chute temporaire de Chavez" (New York Times, 29/4/02) pour traiter plus positivement des événements. Ce n’est qu’après qu’un porte-parole de la Maison Blanche usa du terme "coup d’Etat" le 15 avril 2002 que le mot fut fréquemment utilisé dans les médias, ce qui suggère une synergie étroite entre les fonctionnaires gouvernementaux et ceux dont le travail supposé est de leur demander des explications.

Après 12 heures à peine, la plus récente tentative de coup d’Etat semble avoir échoué sous le poids de sa propre impopularité. Selon le New York Times (30/4/19), Guaidó a échoué à réunir un appui suffisant des militaires, son co-mentor Leopoldo Lopez a cherché refuge dans l’ambassade du Chili puis d’Espagne et 25 de ses paramilitaires ont fait de même dans celle du Brésil. Guaidó n’a pas gagné l’appui de la majorité des vénézuéliens qui ont auparavant chassé son cortège de voitures du quartier populaire où il avait essayé d’entrer. Les vénézuéliens ordinaires ont continué à vaquer à leurs occupations ou se sont mobilisés en défense du gouvernement. Comme USA Today (1/5/19) l’a résumé :

Guaidó a appelé en ce moment les vénézuéliens de réclamer leur démocratie une fois pour toutes. Mais à mesure que les heures se sont écoulées, il est resté seul sur un tronçon d’autoroute avec le même petit groupe de soldats avec lequel il avait lancé l’effort téméraire d’allumer une révolte militaire.

Il semble en réalité que l’appui principal du coup d’État furent le gouvernement américain … et les médias. L’extraordinaire complicité de la presse, qui préfère s’aligner sur la version du département d’État plutôt que d’examiner les preuves empiriques, met en évidence le fait qu’en matière de politique étrangère, il n’y a souvent plus de différence entre l’État profond et le "quatrième pouvoir".

Alan MacLeod
https://fair.org/home/venezuela-its-only-a-coup-if-the-us-government-says-so/

L’auteur : @AlanRMacLeod est membre du Groupe sur les Médias de la Glasgow University. Son dernier ouvrage "Bad News From Venezuela : 20 Years of Fake News and Misreporting" (Venezuela : 20 ans de mensonges ou d’inexactitudes) a été publié par Routledge en avril 2018.

Traduction de l’anglais : Thierry Deronne

»» https://venezuelainfos.wordpress.com/2019/05/05/venezuela-ce-nest-un-c...
URL de cet article 34867
   
Même Thème
Venezuela – Chronique d’une déstabilisation
Maurice LEMOINE
A la mort de Chávez, et afin de neutraliser définitivement la « révolution bolivarienne », les secteurs radicaux de l’opposition ont entrepris d’empêcher à n’importe quel prix son successeur Maduro, bien qu’élu démocratiquement, de consolider son pouvoir. Se référant de façon subliminale aux « révolutions de couleur », jouissant d’un fort appui international, ils ont lancé de violentes offensives de guérilla urbaine en 2014 et 2017 (45 et 125 morts), dont une partie importante des victimes, contrairement à ce (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.